17/06/2007

Les faucons crécerelles de Paris

Ce week-end, le Corif organisait sa traditionnelle " Opération crécerelle" à N-Dame et, pour la première fois, à la chapelle St Louis de la Salpétrière (75013).

La présence de faucons dans Paris surprend toujours les non ornithologues, au point que certains veulent y voir le résultat d'une "introduction" volontaire, parfois même en pensant qu'on veut ainsi limiter le nombre de pigeons des rues !...

Il faut rétablir la vérité : les crécerelles parisiens sont là de la manière la plus naturelle du monde.....ils y sont connus depuis au moins les années 1950 (ils étaient aussi présents dans Paris au XIXème s. mais ont sans doute disparu avant 1870 pour réapparaître ensuite). Ils nichent dans des endroits souvent prestigieux : N-Dame donc (jusqu'à 5  couples en même temps !), Arc de Triomphe de l'Etoile, Tour Eiffel, Montmartre, etc. mais aussi dans des endroits beaucoup moins huppés ! La photo ci-dessous représente un site du 19ème arrdt, disparu par destruction du mur en 2006, qui a produit 6 jeunes en 2005 !

Crécerelle Bd Villette site nid red

 

Cette autre photo, dans le même arrondissement, montre que l'orifice du trou n'est pas nécessairement bien gros, ce qui peut expliquer la difficulté qu'il y a à trouver les nids...
Crécerelle Thill-Hainaut mâle

Combien y en a-t-il ?

Le Corif fait un suivi de la population parisienne depuis 1986. 70 sites différents ont été repérés au cours des 20 ans de l'enquête, au maximum 30 couples repérés la même année. On en tire habituellement une extrapolation à 40-50 couples, sans tendance à l'augmentation ni à la diminution.

Que mange-t-il ?

Il va souvent se nourrir en banlieue où il capture comme partout des micromammifères, souvent sur les bords des autoroutes. Comme dans d'autres villes (cf. "Publications scientifiques" ), il se nourrit aussi d'oiseaux, surtout au moment de l'envol des jeunes moineaux. Il participe donc à l'équilibre écologique du milieu urbain, comme il le fait à la campagne....