30/05/2015

Une piste "anable"...

Je deviens de plus en plus fainéant. Le sujet de ce billet m'a été fourni par Florent Yvert (merci Florent !...) et il m'a suffi de traduire la page du site du journal italien "la Repubblica"  http://www.repubblica.it/ambiente/2015/05/25/foto/londra_...  pour avoir un texte suffisamment clair et explicatif...:-)

Le voici donc , j'espère traduit fidèlement... mà attenzione : traduttore, traditore !

piste-anable1.jpg


Il n'y a pas que les cyclistes : au Royaume-Uni maintenant, même les canards ont leur piste pour se promener. L'initiative sympathique et originale (mais temporaire) a permis de créer une piste le long des voies navigables de Londres, Birmingham et Manchester : dans ces villes, The Canal and River Trust, l'organisme responsable de la gestion de plus de 2000 miles ( 3220 km) de voies navigables en Angleterre et au Pays de Galles, a tracé le long de la rive une longue ligne qui attribue aux oiseaux un "parcours de courtoisie".

piste-anable2.jpg

" Nous voulons encourager les personnes à être conscientes des animaux qui partagent la rue avec elles quand elles se déplacent à pied ou à bicyclette" , expliquent les responsables. "Il y a suffisamment d'espace, il y a de la place pour tous."

----------

Ce blog devient de plus en plus collaboratif : après avoir lu le billet ci-dessus, Jean-Luc Saint-Marc m'envoie cette photo prise en 2003 au Pays de Galles, près du lac glaciaire Tall-y-llyn

piste-à-canard-galloise_JLuc.jpg

Ce qui prouve que l'idée n'est pas récente...

Merci Jean-Luc !

 

06/05/2015

Des touristes de passage à Paris...

Au moment des migrations, on sait qu'on peut voir à peu près n'importe quelle espèce n'importe où ! La plupart des oiseaux ne s'arrêtent que sur des lieux d'étape favorables mais certains individus fatigués se posent un peu au hasard et peuvent donc être observés, même dans Paris.

Torcol1-recad-red.jpg

Ce Torcol s'était arrêté aux Grands Moulins cet automne

Un cas particulier est constitué par ce qu'on appelle des "tombées" de migrateurs : c'est le cas quand brusquement les conditions météo deviennent défavorables. Par exemple une averse en pleine nuit, quand la plupart des passereaux migrent, les poussent à se poser un peu à l'aveuglette... C'est sans doute ce qui s'est passé cette année, provoquant l'observation d'un nombre inhabituel d'espèces migratrices dans les petits squares ou les parcs parisiens. On peut même parler d'une quinzaine de folie, tant le nombre d'observations de migrateurs fut inhabituel ! Aucune espèce n'est en elle-même surprenante, c'est la série qui l'est !

Voici le résumé des observations du 23/4 au 5/5 :

Torcol fourmilier : 23/4 à la friche du Sernam ( 18ème)
Bergeronnette printanière 23/4 à la friche du Sernam ( 18ème)
Rossignol philomèle : 24/4 aux Buttes-Chaumont ( 19ème)

RQFB_Milieu_Pantin 210509.jpg

Ce Rougequeue à front blanc a niché à Pantin, pas très loin de la Villette....


Rougequeue à front blanc : 22 et 23/4 hop. Ste Anne (13ème); du 27/4 au 4/5 la Villette ( 19ème)
Rousserolle effarvatte : 29/4 - 1/5 sq.Rachmaninoff (18ème); 3-5/5 la Villette (19ème)
Hypolais polyglotte: sq. Rachmaninoff 29/4
Fauvette des jardins : au moins 7 ind du 23/4 au 5/5
Fauvette babillarde : la Villette 3/5; Grands Moulins ( 13ème) 4/5
Fauvette grisette : 7 ind du 23/4 au 4/5
Pouillot fitis : 4 ind du 23/4 au 1/5 (et au moins 14 du 4 au 22/4 !)

Fitis Marquenterre_mai05bis.JPG

J'ai pu photographier ce Pouillot fitis au Marquenterre ( Somme)



En revanche, au bois de Vincennes ont été observées des espèces vraiment peu fréquentes (Loriot ) voire rarissimes : le 3/5, un Labbe parasite survolait le lac Daumesnil pendant qu'une Hypolais ictérine chantait sur ses rives !

 Je ne me cacherai pas que ce qui m'a le plus fait plaisir dans cette histoire, c'est que j'ai réussi à me faire la série complète des migrateurs de Paris intra-muros ! En revanche j'ai raté le labbe et l'ictérine....

01/05/2015

Une corneille sur un mur...

Aujourd'hui, petite variation sur le thème des oiseaux urbains, et plus précisément de la corneille, dans l'art tout aussi urbain.

Lundi dernier, alors que je revenais de faire un petit tour sur une friche de la Petite Ceinture, je passe par un pont qui enjambe les voies de la gare de l'est, juste au nord des Jardins d'Eole et je tombe sur un artiste au travail et son sujet me pousse évidemment à m'arrêter....

Work in progress.jpg

Nous échangeons deux mots (il devait partir tout de suite), juste le temps d'apprendre qu'il s'appelle Monsieur Qui, que son oeuvre sera terminée 3 jours plus tard et qu'il accepte que j'en publie les photos sur mon blog. Pas eu le temps de lui dire que, même à l'état d'ébauche, j'aimais beaucoup son trait et la précision de la représentation... S'il me lit, il le sait maintenant !

Je suis donc repassé ce matin pour voir le résultat final.... monumental !

Vue générale-red.jpg

.... et encore il en manque un morceau (il n'y a pas beaucoup de recul pour prendre la photo complète ) !

Une fois terminée, le portrait montre effectivement le souci de précision de la représentation, tout en figurant une attitude très naturelle de l'oiseau... chapeau l'artiste !

Tête-red.jpg

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur lui, il est facile à trouver sur Google, voici en particulier son FB

https://www.facebook.com/pages/Monsieur-Qui-Eric-LACAN/384951148278529

et une interview qui date un peu mais qui est intéressante

http://www.inkulte.com/2013/04/rencontre-avec-monsieur-qui/

 

J'en profite pour mettre la photo d'un pochoir, qui n'a rien à voir avec Monsieur Qui, que j'ai vu plusieurs fois sur les murs autour de chez moi

Pochoirs_rueGoubet-retravaillé .JPG

Il semble que l'auteur de ce pochoir ait vu des corneilles "Gordini", affectées d'une forme de leucisme qui se traduit par la pousse de rémiges partiellement blanches formant une bande alaire blanche ( d'où la référence aux Gordini...). C'est la consommation excessive de pain qui est considérée comme la cause de ce déficit de pigmentation

27/04/2015

J'ai un' p'tit' soif, moi...

Par les temps qui courent, quand on traine dans la rue toute la journée, on peut finir par avoir soif !

Quoi de plus simple... il suffit de boire dans une flaque d'eau !

Corneille_buvant_alléeDMilhaud-général-red.jpg

Mais... est-ce bien propre ? Il est bien connu que l'eau de source est la meilleure... il vaut donc mieux boire à la source !

Corneille_buvant_alléeDMilhaud-détail-red.jpg

Cette technique est aussi utilisée par une merlette des Buttes-Chaumont.

Merle_buvant_BChaumont-recad-red.jpg

A noter qu'elle est légèrement leucique : on aperçoit le bout d'une plume blanche sous les tertiaires.

Mais l'eau ne plait apparemment pas à tout le monde, comme on peut le constater à proximité du nid de cette Bernache du Canada...

Bernache-Canada_nidBChaumont (2)red.jpg

...si elle voulait passer inaperçue, elle n'avait qu'à pas nicher sous le pont suspendu des Buttes-Chaumont !

D'autres photos sur le même thème sont visibles sur mon blog, aux adresses suivantes :

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2010/08/27/les-oiseaux-nous-etonneront-toujours.html

et
http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2009/08/0...

02/04/2015

Où voir des oiseaux ? A Paris évidemment !....

Décidément, Paris devient un hot spot pour les ornithologues : rappelons qu’il y a 10 jours une Avocette s’est arrêtée sur la pointe amont de l’île St Louis alors qu’un ou deux Goélands pontiques se mêlaient aux dizaines de Goélands venant se nourrir au pont d’Austerlitz.

Hier 1er avril, un message sur les listes et Faune-IdF a soulevé le scepticisme de certains qui ont subodoré une plaisanterie classique en cette date…. Et pourtant c’était vrai ! Une Gorgebleue était bien présente Bd Richard-Lenoir (75011) dans les buissons et petits arbres du centre de cette large avenue !

Gorgebleue_RLenoir_Regine-Le-Courtois2.jpg

photo Régine Le Courtois Nivart

Elle partageait son temps entre le sol au pied des buissons, position classique de la Gorgebleue en halte migratoire, et les branches des jeunes platanes qui dominent les jeux d’enfants, désertés à cette heure (malheureusement, quand j’ai pu venir, les enfants étaient arrivés… et l’oiseau parti !)

 

Gorgebleue_RLenoir_Regine-Le-Courtois1.jpg

photo Régine Le Courtois Nivart

 

Normalement c’est un oiseau qui s’arrête dans les marécages, aimant chercher les insectes en limite de roselière. Sa présence en ville hors de présence d’eau à proximité est exceptionnelle mais il a déjà été vu à Paris plusieurs fois, ces dernières années à Montsouris et au square du Temple .

Le lendemain, aujourd’hui donc, je reçois un message par l’intermédiaire de ce blog de la part de Cyril Catelain qui me signale qu’un Râle d’eau se trouve sur son balcon rue Damrémont (75018), un peu perdu mais apparemment en bon état ! n’est pas la première fois qu’un râle s’arrête à Paris : fin novembre 2012 un s’était même arrêté dans… un bar du 20ème arrdt ! (cf. http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2012/12/0... et le billet suivant). Ensuite un Râle (le même ?) avait séjourné plus de 4 mois au parc de Bercy (75012) !

 

Rale-d-eau_Damrémont-bis (3)i nv.jpg

 

photo Cyril Catelain

Celui de Montmartre était sans doute épuisé par les coups de vent qu’il a dû rencontrer pendant sa migration de retour et a dû « caler » quand il a vu qu’il fallait survoler la butte Montmartre…

 

Rale-d-eau_Damrémont-bis (1)inv.jpg

 

photo Cyril Catelain

On peut supposer qu’une fois reposé , il va reprendre son vol vers le nord-Est… d’autant plus que son hôte a un lumbricomposteur sur son balcon…  une bonne source de nourriture !

30/03/2015

La cane de la darse

Je dois d'abord préciser que je dois à Alexandre Malouvier la découverte de la cane de cette histoire et de sa localisation assez.... discrète !

Nous sommes à la Villette, dans la darse du Fond de Rouvray...

Colvert_nid-darse_général-red.jpg

Une cane en train de couver est cachée sur cette photo....

Colvert_nid-darse_détail1-red.jpg

Vous la voyez mieux ?

Colvert_nid-darse_dessus-red.jpg

Et par-dessus, ça le fait mieux ?

Colvert_nid-darse_dessus-detail--red.jpg

Bon cette fois, ça y est ? Quand même....

Ces photos appellent quelques remarques :

- les colverts sont capables de nicher dans des endroits bien particuliers !

- on comprend l'intérêt du plumage mimétique de la femelle. Pendant ce temps-là les mâles ( il y en avait 7 !) se pavanent avec leur plumage coloré à quelques mètres de là mais il est évident que jamais ils ne relaient la femelle sur le nid ! On les verrait comme un nez au milieu de la figure...

- la femelle fait une totale confiance à l'efficacité de son plumage et à la qualité de son choix d'emplacement : elle n'a pas bougé d'une plume pendant que je prenais des photos : trois sur quatre sont prises au smartphone et l'appareil était à un mètre pour les 2 dernières photos...

- en revanche je ne parierais pas grand chose sur le succès de cette couvée : entre les rats, les corneilles et les goélands du secteur, cela ne manque pas de candidats pour consommer les oeufs ou les jeunes juste éclos !

 

20/03/2015

Le Goéland pontique à Paris

Voici une histoire qui explique mes problèmes avec la détermination des goélands et de leur diverses espèces , surtout chez les immatures...

Jeudi 19 mars, après être allé voir l'avocette signalée par Olivier Laporte et Isabelle Giraud sur l'île St Louis, j'ai voulu tenter de voir le Goéland pontique signalé depuis quelques temps au pont d'Austerlitz.

Il y a à cet endroit de temps en temps une concentration de goélands grâce à la présence d'une personne qui vient les nourrir à coup de déchets de viandes et de poisson. On  peut donc y voir plusieurs dizaines de Goélands, principalement argentés.

Rembarde-red.jpg

Mais il y a d'autres espèces de Goélands...

Quelques précisions pour ceux qui comme moi sont nés avec une seule espèce "grand goéland gris" qu'on appelait Goéland argenté et qui pouvait être "à pattes roses" ou "à pattes jaunes". Depuis, on s'est aperçu que les argentés "atlantiques" et "méditerranéens" ne s'hybridaient quasiment pas dans la Nature et on en a donc fait 2 espèces : argenté (à pattes chair) pour l'Atlantique et leucophée (à pattes jaunes) pour la Méditerranée, mais qui remonte le long de la côte aquitaine et du Rhône.

 

Portrait red.jpg

 

Celui-ci est un Goéland argenté, définition 1952 ou 2015.....

 

ArgentéH2-red.jpg

Celui-ci aussi, mais dans sa troisième année civile...

 

Plus à l'est, la situation n'est pas très claire.... et on a fini par décider que de la Roumanie à la Pologne et plus à l'est il s'agissait d'une autre espèce : le Goéland pontique (de "Pont-Euxin", nom de la Mer noire chez les Grecs anciens).

Le challenge chez les ornithologues fut d'apprendre à distinguer cette nouvelle espèce ! Et là j'avoue que je ne suis pas très bon : après plusieurs illusions de pontiques, j'ai fini par en cocher un vrai en Lorraine cet hiver seulement, un adulte bien typique ( haut sur pattes, petit oeil noir sur une tête bien blanche et en forme de poire, bec allongé sans gonys marqué) qui avait été signalé auparavant par quelqu'un qui connaissait bien l'espèce.

Au pont d'Austerlitz, il s'agissait d'apprendre à reconnaître le jeune de premier hiver...

Pontique-nage-recad-red.jpg

J'ai bien cru le voir : belle tête bien claire, nuque et bords du cou marqués d'un "châle" brunâtre), bec sombre , légèrement bicolore, allongé et profil en poire de la tête.

Pontique-recad-red.jpg

En vol, en plus de la silhouette de la tête et du bec qui apparaissent mieux sur cette photo, les rémiges sombres forment une barre presque noire au bord de fuite de l'aile

Pontique-bagarre-red.jpg

Juste pour le plaisir des yeux : le camaïeu de brun et de beige est assez sympa!

 

 Et en fait.... quand j'ai montré ces photos, on m'a répondu que ce n'était pas un G. pontique mais un G. argenté première année car (extraits bruts des commentaires reçus) :

-tête et bec ne font pas très pontique pour moi (bec assez court), queue très marquée dessus avec large bande sombre qui fait plus argenté.
- et les grandes et moyennes couvertures bien marquées de blanc; petites couvertures trop blanches aussi; contraste sur les primaires qui serait à l 'extrême de la variation pour un pontique; pattern des scapulaires et du manteau par franchement typique...
- les parties inférieures ne sont pas très "propres" non plus...Bon ok la tête et le manteau sont pâlots mais pour le reste, il n'a pas grand chose de cachoïde chez ce piaf

Et pour illustrer le tout, voici une photo d'un probable Goéland pontique, photographié par Olivier Laporte au même endroit le lendemain... pas simple, hein !

 

Pontique-OLaporte.jpg

photo Olivier Laporte

 D'autant plus que le débat n'est pas fini : aux dernières nouvelles la détermination de cet oiseau est aussi remise en cause... hybride argenté x pontique ?