06/06/2010

La vengeance des Goélands...

Il y a 3 semaines j’écrivais un billet intitulé « Vos gueules les mouettes ! » alors qu’en fait j’évoquais le problème des goélands qui vivent dans Paris. Je ne quitte pas le sujet : vendredi dernier, j’ai participé au tournage d’une émission (qui sera diffusée à la rentrée) qui s’est intéressée aux goélands…

 Nous sommes donc montés sur le toit d’un immeuble haussmannien du quartier Montparnasse ( j’ai dit que les goélands n’avaient pas besoin d’avoir vue sur la Seine pour nicher…..) pour voir ce qu’est un nid de Goélands. Ceux qui ont déjà acheté « Les oiseaux nicheurs de Paris » connaissent l’endroit car c’est sa photo qui illustre la page consacrée au Goéland argenté. Pour les autres, en attendant qu’ils achètent cet inestimable ouvrage, voici la photo de cette année du site avec Mr et Mme…

red couple et St Germain

............................................................Si vous regardez entre les 2 pots de cheminée de gauche, vous devinez une ( 2 en fait….) boule(s) de plumes qui recherche l’ombre ( il faisait une de ces chaleurs !.... ), ce sont les 2 jeunes qui doivent avoir une dizaine de jours.

Evidemment notre arrivée n’est pas passée inaperçue….. Envol immédiat des adultes et visite d’inspection  en poussant des cris d’alarme …

red alarme

..................................Ces cris ont la particularité d’attirer les copains du secteur : il y a un autre couple qui niche de l’autre côté de la rue, peut-être un 3ème sur une autre cheminée et quelques immatures toujours prêts à venir participer à un charivari….  

red attaque5

....................................................En quelques minutes, ce sont pas moins de 8 Goélands ( dont un Goéland brun) qui nous montraient qu’ils n’avaient pas apprécié notre présence !

Virages sur l’aile, piqués suivis de ressources sans qu’à aucun moment nous n’ayons craint qu’ils se rapprochent trop…

red Attaque3

.......................................................Il est clair qu’il ne s’agissait que d’intimidation, du style « Arrêtez-moi ou je fais un malheur ! », mais rien de sérieux. En revanche, j’ai très nettement l’impression que si nous avions voulu nous approcher plus, les attaques se seraient montrées plus précises et plus déterminées : cela peut aller jusqu’aux coups de bec sur la tête s’ils ont l’impression, juste ou erronée, que vous allez toucher à leurs œufs ou leurs jeunes…

red attaque7

..........................................................Cela explique certaines scènes qui ont inquiété des passants pacifiques sur un « chemin des douaniers » ou « des contrebandiers »…..ils n’avaient pas vu qu’ils passaient à un ou 2 mètres d’un nid de goéland !

rogn Banzai

.....................................................................Pour nous, pas ce genre de problème : au bout d’une heure (quand même…) les oiseaux ont compris que nous n’avions pas l’intention de nous approcher plus loin  et ils se sont calmés et sont revenus au nid…

 

red adulte_nid

................................Ici, le goéland ne crie pas...il tire la langue car il a chaud ! Comme les chiens, les oiseaux se refroidissent en ventilant et en évaporant par la langue

17/01/2010

La vague de froid à Paris

Je ne vais rien apprendre à personne en disant que nous sortons d’une vague de froid qui a provoqué le gel de la plupart des pièces d’eau et donc des déplacements de populations et pas seulement des oiseaux d’eau ! Cela s’est senti jusque dans Paris.

En décembre, la vague de froid terrible qu’a connue l’Europe centrale (la température est descendue jusqu’à -33°C en Bavière) a provoqué une fuite des Bécasses des bois (qui ont besoin d’un sol meuble pour pouvoir le fouiller avec leur bec à l’extrémité molle) : 4 observations parisiennes en une semaine mi-décembre !

Gd cormo red

Contrairement aux apparences, cette photo est bien prise dans Paris, c'est à l'Ile aux Cygnes (75015)

La vague de froid de janvier, bloquant les lacs des bois, a poussé les Grands Cormorans à changer leurs lieux de pêche. Un bon paquet a choisi la Seine : une 40aine pouvait être observée entre Austerlitz et Jussieu. Une quinzaine est même venue un jour sur le canal de l’Ourcq, entre la Villette et le port de Pantin.

Sur la Seine aussi, quelques observations sympas, en particulier 3 Sarcelles d’hiver (2 mâles et une femelle) encore près du pont d’Austerlitz (espèce très rare dans Paris) et une (ou deux ?) femelle  de Fuligule morillon (la même que celle vue l’an dernier au pont de la Concorde à l’occasion d’une vague de froid aussi ?). Des Cygnes tuberculés (jusqu’à 4 ensemble) ont été vus sur le canal de l’Ourcq (bizarrement le cygne n’est pas une espèce fréquente dans Paris, sauf autour des îles de la Seine où il semble être devenu régulier depuis 2 ans). La surprise du chef est venue le 13/1 avec un jeune mâle de Canard siffleur observé 2 jours de suite au jardin des Batignolles !

Morillon femelle Londres fev07 red

Elle ressemble bien à celle que j'ai vue sur la Seine, mais celle-ci a été photographiée à Londres...

Pour les laridés, on peut penser que les mouettes habituées des lacs gelés se sont reportées sur les zones d’eau libre, ce qui a donné des effectifs plus importants que d’habitude (plus de 300 sur le canal St Martin le 10/1 contre 200 en décembre et une centaine en moyenne les autres hivers). Le froid a sans doute aussi rabattu sur Paris quelques Goélands cendrés : 1 adulte volait au pont d’Austerlitz et un (le même ?) dormait au quai Branly le 10/1 tandis d’un jeune était au carrefour des canaux St Denis et de l’Ourcq le 14/1.

Mauvis St Maurice red

...............................................J'ai déjà utilisé cette photo dans mon blog ? Oui...mais je l'aime bien !

Chez les passereaux, de belles troupes de Grives mauvis sont notées aux Buttes-Chaumont (110 le 11/1 et au parc Montsouris (plus de 200) mais semblent avoir presque disparu le 16/1…..

03/01/2010

Le Ticho est de retour.....

L’avifaune parisienne (au sens large) va-t-elle être symbolisée par un oiseau qui n’a rien de parisien ? On va finir par le croire….

Depuis le 15/12/2009, date où Vincent Lecalvez  l’a découvert au Mont-Valérien (à Suresnes – 92), l’oiseau attire de nombreux visiteurs qui finissent en général par le découvrir en train d’arpenter les murailles de meulière qui entourent ce fort, qui est resté malheureusement célèbre dans l’Histoire de France pour avoir été le lieu où plus d’un millier de résistants ont été fusillés par les nazis entre 1941 et 1944.

Ticho Mont Valérien 291209 red

L’endroit privilégié pour l’observer est le côté à l'ouest du Monument à la France Libre quand on y est entre midi et 15h. Il peut cependant être trouvé sur le mur des douves à l’est du monument jusqu’à l’entrée du fort. Le reste des douves doit sans doute pouvoir l’accueillir, mais elles ne sont pas visibles de la promenade qui fait le tour du fort.

Ticho 020110 ombre profil bis red

La photo est moins jolie que celles que vous pouvez voir dans le chapitre "Observations parisiennes", mais c'est moi qui l'ai faite !....;-)

La majorité des observations a eu lieu entre 12h et 14h mais c’est peut-être dû autant aux horaires des ornithos qu’à ceux de l’oiseau. Cependant, Géroudet signale que l’oiseau n’est pas matinal….Y et MY Gestraud ont signalé l’observation la plus matinale, à 10h45 du côté Est.

Mais au fait, qu’est-ce qu’il a de particulier cet oiseau pour attirer autant l’attention ?... Tout le monde ne sait peut-être pas que cet oiseau vient fort probablement des Alpes ou du Jura : c’est un oiseau qui apprécie les falaises des chaînes de montagne qu’il escalade avec des mouvements brusques et imprévisibles de ses ailes rouges qui tranchent sur son corps gris et blanc. En hiver, il descend un peu de ses montagnes et va parfois assez loin pour passer l’hiver plus au chaud… 

Ticho 020110 chute retaillée redred

......Et celle-là, elle est originale au moins !

C’est à cette occasion qu’il peut jeter son dévolu sur des bâtiments dont les parois doivent lui évoquer ses falaises d’origine ! C’est ainsi qu’il a été vu, par exemple, sur la cathédrale de Chartres, le château de Versailles, les quais de la Loire à Orléans ! Il a même été vu une dizaine de fois en Grande –Bretagne dont 4 fois entre 1950 et 2007 : Dorset (1969), East Sussex (1977), Somerset (1977), Isle of Wight (1985) [source : BTO News]. J’imagine toujours avec délice la tête de l’ornitho voyant apparaître un Ticho en vol au-dessus de la Brie (ben oui, pour aller des Alpes à Paris…..) ou en faisant du sea-watching en bord de Manche !

 Vue_cachette

...........................................voici l'endroit où le Ticho allait dormir au Panthéon en 2004 (photo J.Wyplocz)

Mais pourquoi parler de l’oiseau-symbole de l’ornithologie parisienne ? Cet oiseau a été vu 3 fois dans Paris : un « capturé » en 1804, un observé sur N-Dame  le 21/3/63 et du 18 janvier au 16 mars 2004 au Panthéon. C’est cette dernière observation qui a conféré à cette espèce une place à part dans l’ornithologie parisienne : l’oiseau venait tous les soirs dormir au Panthéon (on n’a jamais su où il était pendant la journée !). L’endroit est vite devenu le point de rendez-vous des ornithos parisiens (voire venus de plus loin…….jusqu’à Londres !) et des discussions nées autour d’une bière après « le coucher du Ticho » a émergé l’idée de faire un Atlas des Oiseaux Nicheurs de Paris !

saturday_night fever

.......................Quand je disais que le Ticho attirait du monde !....(photo J.Wyplocz)

Maintenant, l’Atlas est fini (textes et illustrations sont chez l’éditeur, la sortie est prévue pour avril prochain) … et le Ticho est « revenu », comme pour saluer l’efficacité de son passage précédent ! OK, ce n’est surement pas le même et il n’est pas revenu à Paris exactement, mais on peut un peu délirer de temps en temps, non ?....

 

Au fait, tout délire mis à part, qui dit que le Ticho n’est pas hivernant régulier à Paris ou en région parisienne ?....il a fallu le hasard du passage de Vincent Lecalvez au Mont-Valérien cette fois-ci, de Jonathan Norwood au Muséum et d’Emmanuel Roy au Panthéon en 2004 pour qu’on ait su que l’oiseau était là. Qui a vraiment vérifié qu’il n’était pas revenu l’année suivante au Panthéon ? On est quelques-uns à avoir été jeter un coup d’œil une fois ou l’autre, mais pas assez pour affirmer qu’il n’était pas là !

Alors, il est temps de repérer les parois en meulière sur des monuments élevés pour aller y jeter un coup d’œil quand le Tichodrome du Mont-Valérien sera retourné dans ses Alpes natales….

PS: dernier gag du Ticho : le même 15 décembre 2009, Bernard Rondeau découvrait un tichodrome dans sa cour en plein centre de Dourdan (Essonne) !

PS bis: un Ticho est signalé au Mans (72) et un autre près de Nancy (54)

29/12/2009

Des cigognes trompées par des élastiques !

Dans l'Est Républicain du 24/12/09, un article signale qu'on a trouvé en Alsace (Dannemarie-68), des "petits tas d'élastiques" au pied des lampadaires utilisés par les cigognes pour passer la nuit.

Cigogne Pont-a-M juil 08 red detail

Les lampadaires réchauffent les pattes pendant les longues soirées d'hiver...

Les cigognes confondraient les élastiques et les vers de terre....avant de les régurgiter sur leur lieu de repos ! Gérard Wey, président de l'Association pourla protection de la faune sauvage et la réintroduction de la cigogne en Alsace et en Lorraine, craint que l'ingestion de divers objets , en particulier sur les décharges à ciel ouvert, devienne une cause importante de mortalité.
Sans me prononcer sur le danger réel que cela représente, j'ai profité de mon séjour à Pont-à-Mousson (54) pour voir si nos cigognes (une population hivernante s'y développe depuis quelques années et atteint 22 individus cet hiver) avaient pris la même mauvaise habitude....et j'ai effectivement trouvé quelques élastiques. Cependant on est loin des "plusieurs kilos" en quelques mois cités dans l'article ! A noter que nos cigognes vont régulièrement se nourrir sur une décharge à quelques kilomètres de là.

Cigogne Pont-a-M juil 08 red

La décharge est à quelques kilomètres au fond à droite de la photo...

07/11/2009

Un colombin au p'tit déj'....

Fin octobre, Fabrice Girardot prend son petit déjeuner en contemplant le paysage sympathique qui s’étale devant ses fenêtres situées à proximité de la gare du Nord (pas celle de Bruxelles…celle de Paris !). Un petit square avec de beaux arbres, une église à droite,

Epervier GdNord Girardot 261009cadre général


photo Laetitia Vivarelli

.

Epervier GdNord Girardot 261009b


.....la cour d’une crèche en dessous…..tiens qu’est que c’est ?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>photo Fabrice Girardot

.

Jumelles, téléobjectif.....l’oiseau est de dos, mais on commence à avoir une idée….

 

 

Epervier GdNord Girardot 251009


photo Fabrice Girardot

….pas de doute c’est bien un Epervier qui vient de capturer un pigeon et qui a commencé à s’en repaître !

 

Epervier GdNord Girardot 261009c


photo Fabrice Girardot

Pigeon ? oui, mais de quelle espèce ? L’œil expert de Benoit Segerer a pu l’identifier : il a le dessous des ailes gris, l’extrémité des rémiges noire, il s’agit donc d’un Pigeon colombin, la moins courante des 3 espèces de pigeons qui vivent à Paris !

Un épervier sur un Colombin en plein centre de Paris, décidément, cette scène sort du commun !

Dernier détail, l’épervier est revenu le lendemain pour finir les restes !

Merci à Fabrice Girardot et Laetitia Vivarelli pour leurs photos....;-)

 

 

 

30/05/2009

La Pie, ange ou démon ?

Cet après-midi, alors que je travaillais fenêtre grande ouverte au-dessus du bosquet de Robinier de la cour de l’école maternelle qui sonorise mon appartement lors des récréations, un raffût assourdissant de pies « secouant leurs boîtes d’allumettes » me pousse à abandonner mon écran d’ordi !

Depuis qu’une couvée de pies s’est envolée dans le coin, il ne se passe pas de jour sans que ce cri fort peu harmonieux se fasse entendre, surtout si les corneilles viennent dans le coin …. Cette fois, c’est plus fort que d’habitude : les pies ont l’air d’être spécialement remontées !

Pie_Observatoire_Vincennes071204 red

C'est peut-être celle dont je parle plus bas..en tout cas c'est à l'Observatoire de Vincennes...

.

J’essaie donc de trouver les furies, ce qui n’est pas trop difficile : elles sautent de branche en branche, se perchent sur un grillage, la plus audacieuse (on dirait un mâle adulte…) descendant même à terre et s’approchant de la petite haie de troène qui fait office de limite entre la résidence et l’école….La cause de ce tintamarre se révèle enfin, en la « personne » d’un greffier noir assez dodu qui….joue avec un pigeon qui se débat comme il peut dans les pattes du matou ! Je ne suis pas certain que le manège des pies détourne beaucoup le chat de son occupation du moment : il lâche un peu sa proie, la rattrape, l’emporte un peu plus à l’abri de la haie , le tout dans une sonorisation assurée par la famille de pies ! Et en plus , ça résonne bien entre les murs des immeubles : je ne suis pas sûr que ça rende les oiseaux très sympathiques aux oreilles des non-habitués !

Le chat s’est-il lassé ? Les pies ont-elles réussi à détourner son attention ? Toujours est-il que le pigeon a fini par s’envoler, péniblement mais il réussi à prendre un peu d’altitude et à disparaître !…..je n’aurais pourtant pas parié grand chose sur ses chances de survie !…

Biset rose Meaux1 mai09 red

>>>>>>>>>>Ce n'est pas le pigeon de l'histoire, mais celui-ci est plus joli que le "héros" du blog !

.

Mais l’histoire n’était pas finie !… Une demi-heure plus tard, le même raffût recommence : les mêmes pies, le même chat et …..peut-être le même pigeon ! En tout cas il ressemblait fort à la première victime…. De nouveau, celui que je prends pour le papa pie est le plus aventureux, les jeunes ( reconnaissables à leur queue à peine poussée et à la zone de peau nue qui leur fait un superbe maquillage bleu vif à l’arrière de l’oeil ) restant prudemment dans les robiniers ! Cette fois-ci je n’ai pas pu voir la fin de l’histoire…le chat disparaissant avec son « jouet » et les pies se calmant progressivement…..

Il ne faudrait cependant pas croire que les pies soient intervenues pour « aider » le pigeon : elles voulaient principalement se débarrasser d’un prédateur dangereux, même pour elles !

En revanche cela m’a remis en mémoire une scène qui s’est déroulée dans une rue toute proche : une pie se précipite sur un ramier au sol et l’attrape par la queue….Le ramier, un peu pataud, se défend mollement, mais à ce moment-là arrive un Merle très énervé qui attaque la Pie : celle-ci « ouvre un large bec et laisse partir sa proie »….

Dans l’autre sens, à l’Observatoire de Vincennes, j’observais un renard qui faisait du ramping pour approcher de ramiers qui se faisaient sécher après un bain à la mare sans se douter de ce qui les attendait…..jusqu’à ce qu’une Pie vienne se percher en criant  sur le sommet de l’arbre qui cachait le Renard ! Les ramiers n’ont pas réfléchi plus d’une demi-seconde et le Renard s’est retrouvé « Gros-Jean comme devant »…..

Une fois pour toutes, il n’y a pas dans la Nature (campagnarde ou urbaine ) des bons et des méchants, il n’y a que des espèces qui essaient de survivre en mangeant et en sauvant leur peau….  

Dernière minute.... photos du 31/5/09

Voici les vrais protagonistes de l'histoire : le chat et l'une des pies

Pie et chat Maison 310509b red

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>c'était après la bagarre ! elle mange un morceau !

..............et le matou

Pie et chat Maison 310509a red

11/04/2009

Quel est le s…. qui a fait ça ?!!

 Je ne l’ai pas entendu, mais j’imagine bien le cri du cœur de l’automobiliste qui retrouve sa voiture laissée à peine une heure sur le bord d’un trottoir transformée en installation avant-gardiste de l’école tachiste !

Ramier Crottes voiture

>>>>>>>>>>>Elle est-y pas jolie comme ça ?..... le propriétaire n'en est pas convaincu !

 

Que c’est-il passé ? Menons l’enquête…..et d’abord précisons la disposition des lieux : nous sommes début avril, sur le bord d’un boulevard (Richard-Lenoir pour la photo…), le trottoir est planté d’une rangée de platanes ( au pied desquels on laisse enfin pousser l’herbe au lieu de mettre des herbicides !). 

Ramier Crottes général red

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>Notez la présence importante d'herbes au pied des arbres

Début avril les platanes ont des toutes jeunes feuilles et une semaine plus tard, on pourra retrouver la même scène sous des Sophoras…..qui auront aussi leurs jeunes feuilles.

Levons la tête et que découvrons-nous ?…… des oiseaux en train de prendre des poses acrobatiques pour atteindre les jeunes pousses.

Ramiers robiniers 10mai08 red1

Pour les fleurs de Robinier aussi, il faut faire des prouesses !

Pour les ramiers, l’hiver qui vient de se terminer s’est traduit par une nourriture sans doute sèche, dure (graines, bourgeons) et l’arrivée du printemps signifie l’apparition en abondance d’une nourriture fraîche, juteuse et tendre : les pousses qui viennent d ‘éclore. Les palombes les recherchent donc spécifiquement et on peut avoir des jolies concentrations de ramiers sur des arbres présentant des feuilles au bon stade de développement : ce matin ce sont des dizaines de ramiers qui se nourrissaient sur les platanes du Bd R-Lenoir !

Le problème est que ces jeunes pousses semblent avoir un effet laxatif spectaculaire….

Ramiers robiniers 10mai08 red2

Avis aux automobilistes : après les platanes, les ramiers vont chercher les Sophoras et les Robiniers  pour leurs fleurs….les photos de ramiers acrobates présentées ici ont été prises à la mi-mai, le problème ne va donc pas disparaître demain ! 

Comme quoi, même en ville, ça peut être utile de savoir reconnaître quelques espèces d’arbres !…..