14/05/2012

Le chat qui n'avait pas de chance avec les Corvidés...

Tout à l’heure, alors que je travaillais à l’ordinateur, des cris énervés de corneille ont détourné mon attention de l’écran… Il y a un nid de corneilles dans un des robiniers sous mes fenêtres, cela ne m’a donc pas trop étonné ! Mais quand même je les ai trouvées bien insistantes !

Je vais voir et je découvre  qu’une corneille s’en prend à un gros matou noir ! Ce pauvre chat n’a décidément pas de chance avec les corvidés : c’est sûrement le même qui, il y a 3 ans, a eu maille à partir avec les pies qui nichaient à peu près au même endroit ! Le billet est consultable à cette adel : http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2009/05/30/la-pie-ange-ou-demon.html

 

Voici en ombre chinoise quelques scènes de l’affrontement…. je vous laisse prendre les paris sur le vainqueur (ne trichez pas en allant voir tout de suite la fin !)

 

Corneille_Chat_maison_a_red.jpg

Les deux protagonistes

 

Corneille_Chat_maison_b_red.jpg

Recul stratégique de la corneille

 

Corneille_Chat_maison_c_red.jpg

La manœuvre a fonctionné : la corneille repart à l’attaque…

 

Corneille_Chat_maison_d_red.jpg

…. et pousse son avantage !

 

Corneille_Chat_maison_e_red.jpg

L’autre vient au secours de la victoire !

 

Corneille_Chat_maison_f_red.jpg

Le chat, honteux et confus, jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus…..

 

PS : la scène n’avait pas échappé aux enfants de l’école maternelle ombragée par ces robiniers et ils ont suivi passionnément la rivalité. Je me permets quand même de regretter l’attitude de l’enseignant qui leur a fait crier « Allez, le chat ! » sur l’air des lampions au lieu de leur expliquer que les corneilles défendaient leurs petits...

 

29/01/2012

Les légendes urbaines ont la vie dure !

Hier 28 janvier, des discussions à l’occasion d’un débat public consacré aux Buttes-Chaumont m’ont prouvé que certaines légendes avaient la peau dure !

On m’a en effet demandé s’il était vrai qu’on avait introduit des corneilles pour se débarrasser des pigeons et, face à mes dénégations, la personne m’a dit « alors que pour les faucons,c’est vrai… » !

Soyons très clair : c’est faux dans les deux cas !

D’où peuvent venir ces deux légendes ?

 

Corneilles_allee D_Milhaud_rognée.jpg

 

D’abord de la situation, surprenante pour le parisien moyen, de l’avifaune urbaine actuelle : il y a de plus en plus d’oiseaux en ville… et on attire de plus en plus l’attention des gens sur la biodiversité urbaine. Une réaction habituelle est de dire : « Je ne le savais pas, donc cela n’existait pas. Et comme la pollution augmente, la situation des oiseaux devrait s‘aggraver. Donc si on voit des oiseaux nouveaux, c’est qu’on les a introduits ! »

 

Reprenons chaque point :

- est-ce nouveau ? Oui la Corneille noire est un « nouvel arrivant » à Paris (et dans toutes les villes européennes). Il n’y avait pas de corneilles nicheuses dans Paris avant les années 60 et les effectifs ont été multipliés par 15 (à la louche…) pendant ces 20 dernières années. Ce qui frappe le plus, ce sont les troupes de plusieurs dizaines de corneilles qu’on peut observer dans certains parcs. Pour les faucons, les faucons crécerelles sont présents à Paris depuis longtemps (au moins les années 50) et leur effectif semble assez stable autour d’une cinquantaine de couples nicheurs dans Paris intra-muros, mais les gens ne le savaient pas. En revanche la présence d’un (voire deux) couples de faucons pèlerins (et deux autres tout proches) est une nouveauté spectaculaire ! La Défense a commencé à en héberger un couple en 2008, une cheminée à Ivry fin 2009, une cheminée dans le 15è arrdt en aout 2011 (et peut-être un autre entre le 20ème arrdt et Bagnolet…). Une fois commencée, la rapidité de l’installation est impressionnante… et peut donc poser des questions !

 

Pèlerin Vitry Attik_090910_rogné.jpg

Un Faucon pèlerin sur la cheminée de Vitry (photo Y.Attik)

- un autre point de départ de ces rumeurs peut être aussi l’utilisation de rapaces par des fauconniers pour effaroucher les étourneaux (à la BNF par exemple voir le billet que j’ai consacré à ce dortoir en cliquant ici) ou les pigeons de certains lieux huppés qui veulent en protéger leur clientèle … En entendant quelqu’un dire « on a fait venir des faucons pour chasser les étourneaux », on peut en déduire qu’on a laissé les rapaces sur place ! Surtout si on apprend aussi qu’on a placé des nichoirs en haut d’une des tours de la BNF….  Et en plus, un de ces nichoirs a été occupé la première année par un couple de faucons crécerelles… qui est venu tout seul !

Mais soyons clair : aucun rapace n’a été introduit à Paris ! Pour les corneilles non plus, certains ont plutôt essayé de s’en débarrasser !

Mais alors, si on ne les a pas introduits, pourquoi y en a-t-il maintenant alors qu’il n’y en avait pas avant ?

 

Pour les Faucons pèlerins (et aussi les éperviers qui nichent dans Paris depuis 2008), la cause en est le redressement des populations  de rapaces depuis leur « minimum historique » des années 70 : beaucoup d’espèces étaient alors en situation critique à cause des campagnes d’éradication menées par les chasseurs et de l’utilisation des insecticides organochlorés (DDT par exemple). La protection intégrale des rapaces et l’interdiction de ces insecticides a permis une reconstitution des populations de rapaces qui ont commencé à se trouver à l’étroit dans leurs sites naturels et ont cherché des substituts artificiels : les immeubles ou cheminées de nos villes modernes offrent aux Faucons pèlerins des falaises artificielles qui les satisfont tout à fait et les Eperviers peuvent se contenter de quelques arbres dans une cour d’immeuble pour nicher !

 

Buse Harris red.jpg

Ces Buses de Harris, apportées pour chasser les étourneaux, sont reparties ensuite !....

Et les corneilles ? Dans un premier temps, ces oiseaux de milieu mixte (campagnard avec des bosquets) se sont très bien acclimatés aux zones suburbaines qui ont des points communs avec leur milieu d’origine, à la différence près qu’on les tire rarement dans les pavillons de banlieue ! Leur succès reproductif les a poussées elles aussi à chercher de la place ailleurs, dans la ville voisine… là elles y ont trouvé un surplus de nourriture, en particulier dans les « poubelles Vigipirate » qu’elles ont vite appris à déchirer ! Paradoxalement, la reproduction en ville semble moins efficace qu’en zone suburbaine, d’où une arrivée continue d’oiseaux de banlieue qui forment ces groupes de jeunes non-nicheurs qui font si mauvais effet dans nos parcs. Il est donc sans doute parfaitement illusoire de les capturer pour diminuer la population… il en viendra d’autres ! il est sûrement plus efficace de limiter la disponibilité en nourriture….   

 

19/09/2011

Une Corneille gordini au-dessus de l'eau...

J'ai déjà parlé de nombreuses fois dans ce blog des habitudes alimentaires des Corneilles urbaines et des conséquences sur l'état des poubelles... J'ai aussi évoqié les conséquences sur le plumage de ces oiseaux. Pour plus de détails, reportez-vous à l'article que j'ai publié dans Alauda il y a qq années et dont vous pouvez lire un résumé en cliquant sur le lien suivant : http://lesoiseauxdesvilles-publiperso.skynetblogs.be/arch...

Ce week-end, en faisant un petit tour le long de la Seine en aval de Paris, j'ai rencontré cet oiseau assez remarquable dans le genre !

Corneille-gordini_Jatte rognée-2.jpg

 Spectaculaire, non ?

 

 

12/07/2011

Un noyer mystérieux......

Pour évoquer un peu de ma vie, je suis né à Pont-à-Mousson (54) où vit encore mon père. J'y retourne régulièrement et mon père m'a fait remarquer un détail curieux : un noyer s'est mis à pousser au bord du chemin d'entrée de la maison, alors qu'il n'y a pas de noyer autour : le plus proche est de l'autre côté de la maison et il y a peu de chance qu'une noix ait fait le tour à l'occasion d'un coup de vent tourbillonnant !...

Corneille_cassage_noix_PaMjuil2011red(2).jpg

Une idée ?......

et si c'était une corneille ?....comment ça , une corneille ?

Si vous ne devinez pas, regardez cette vidéo, qui a fait le tour du Net : http://www.youtube.com/watch?v=1P8Nwl7FAJk

Pour résumer, une corneille qui veut manger une noix s'installe à un carrefour ....

Corneille_intelligente0.jpg

...elle la lâche au passage d'une voiture

Corneille_intelligente1.jpg

et va récupérer le résultat après le travail des pneus !

Corneille_intelligente2.jpg

 Permettez-moi de rester un peu sceptique sur le respect des feux tricolores....le montage cinématographique permet peut-être d'en rajouter un peu...mais on peut s'attendre à tout avec les corneilles !

En tout cas vous avez compris l'hypothèse que je privilégie pour l'origine de ce noyer : il serait donc arrivé par "la voie des airs" !

 

Et çette photo, prise une dizaine de kilomètres plus au sud ( près de Dieulouard).....

Corneille_cassage_coquillage_PaMjuil2011red(2).jpg

... que font là ces débris de coquilles d'Unio, sorte de Moule d'eau ? Bon d'accord, on n'est pas loin d'un étang, mais quand même, ça ne vole pas !....

Corneille_cassage_coquillage_PaMjuil2011.JPG

Après l'exemple précédent, vous aurez deviné que les corneilles ne mangent pas que des noix mais aussi des coquillages !

Quand je vous disais qu'elles nous étonneront toujours !...;-) 

30/01/2011

Touche pas à ma bouffe !

Samedi 29janvier, je faisais une petite balade au parc des Buttes-Chaumont (où les observations les plus intéressantes furent un Pic épeichette mâle et une Mésange noire). Comme d’habitude, les corneilles étaient assez nombreuses et bruyantes (même si je n’ai pas vu de troupe importante comme cela est souvent arrivé) et s’intéressaient en particulier aux poubelles en plastique transparent qu’elles savent bien déchirer d’un coup de bec quand elles y voient quelque chose d’intéressant !

Une corneille arrive en vol avec dans le bec une masse blanche que je n’arrive pas à reconnaitre. Elle se pose dans la pelouse et dépose son bien dans l’herbe et le recouvre de feuilles mortes. Sa tâche terminée, elle s’envole et va se poser sur un lampadaire à quelques dizaines de mètres de là.

planque1 rognée.jpg

Ma curiosité m’empêche de la laisser tranquille et je vais voir ce qu’il y a sous les feuilles….

planque 2 red.jpg

..une becquée de riz dont une partie au safran (semble-t-il…) ! Pendant ce temps, la corneille proteste fortement du haut de son lampadaire mais n’essaie pas d’intervenir ( rassurez-vous donc, vous n’allez pas vous faire attaquer par les corneilles pour de la nourriture !).

Je m’écarte de quelques dizaines de mètres pour voir la suite des évènements….qui ne tarde pas à venir ! La corneille s’envole  ….

envol red_redressée.jpg

 

… et rejoint sa planque.

atterrissage red retaillée.jpg

Elle avale quelques grains de riz et remet en place les feuilles en y rajoutant même quelques-unes supplémentaires.

remise en place red retaillée.jpg

Je décide cette fois de la laisser tranquille….

 

 

18/06/2010

Les cornes d'abondance du 21ème siècle

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer sur ce blog les relations « déchirantes » entre les corneilles et les poubelles « Vigipirate »…

Une anecdote citée plus bas m’a donné l’idée de rassembler les observations dont j’ai eu connaissance qui mettent en scène des poubelles attaquées ou visitées par des oiseaux…

Corneille poubelle red 27sept 07

......................................................Il est plus que probable que son régime alimentaire explique sa coloration anormale...

J’en remets évidemment une couche à propos de la Corneille noire qui est responsable de la plupart des dégâts sur les poubelles parisiennes , spécialement impressionnants un dimanche matin d’été, quand les soirées ont attirés de nombreux pique-niqueurs qui avaient consciencieusement mis leurs déchets là où il fallait…..

Corneille mantelée sur poubelle Istanbul red

Il y a peut-être des restes de loukoums...nous sommes à Istambul !

Il est bien évident que leurs cousines mantelées sont capables de faire pareil…. On ne sera pas non plus étonné d’apprendre que la Pie est capable de déchirer une poubelle comme j’ai pu l’observer près de la Cité des Sciences (La Villette) en juin 2006, pour une frite ! En même temps, c’est la seule fois où une telle observation a été signalée : l’espèce n’y semble donc pas accoutumée.

Goéland sur poubelle red

.................................Le Goéland argenté n'hésite pas à courir les risques de la rue pour trouver sa nourriture !

On ne sera pas surpris de trouver les goélands dans la liste des oiseaux « perceurs de poubelles » : celui-ci est Dieppois (je n’ai pas  souvenir d’observations de ce genre à Paris mais il serait intéressant de surveiller les mouettes rieuses qui viennent y passer l’hiver…)

L’étourneau est aussi assez débrouillard et donc il est assez logique qu’il ait trouvé lui aussi le truc : une observation au Champ de Mars en mai 2006 par JM Bellec et une photo de Jean Hénon lors de l’opération « Comptage des moineaux » de mai 2010 place Léon Blum ( 12ème arrdt)

Etourneau poubelles_JeanHénon_080510 rognée

Plus étonnante l’observation d’un pigeon biset que j’ai pu voir aux Buttes-Chaumont (19è) faire un trou dans une poubelle plastique et… défendre vigoureusement « son » trou contre les congénères qui voulaient en profiter !

Encore plus étonnant, le cas de cette famille de mésange charbonnière du parc de Bercy (12è) qui a fait halte sur une poubelle : le mâle adulte est descendu dedans et s’y est nourri de reste de ….taboulé ! Malgré les sollicitations de ses descendants, il ne leur a rien donné de son repas (obs de P.Dubois 9/6/06).

J’ai gardé pour la fin le cas qui est à l’origine de ce message : Yves Gestraud a pu voir une ….. Poule d’eau entrer dans une poubelle au parc Montsouris !  

Poule_d'eau_poubelle_Gestraud_mai2009a

Regardez bien dans la poubelle de gauche.... vous avez du mal à en croire vos yeux ? (photo Y.Gestraud)

Poule_d'eau_poubelle_Gestraudb

Maintenant qu'elle est sortie, vous y croyez ?........ (photo Y.Gestraud)

Si on veut faire la liste des oiseaux amateurs de « junk-food », en plus des classiques pigeons bisets et ramiers, moineaux, merles, corneilles, pies et, depuis quelques années, mouettes rieuses qu’on peut voir se nourrir dans les caniveaux, on peut ajouter quelques cas plus surprenants :

J’ai ou observer un Pigeon colombin récolter des chips au parc de la Villette : il est déjà tellement rare d’observer un colombin se nourrir dans Paris qu’en voir un se nourrir de chips est carrément exceptionnel ! Au même endroit une mésange charbonnière nourrissait ses jeunes volants avec les mêmes chips…..

Colombin Zénith 050606 rogné

......La photo n'est pas très jolie mais c'est un document ! Les débris de chips sont au premier plan !

Jacqueline Lejeune a pu voir un Geai nourrir un jeune avec des débris de…saucisson près de N-Dame

Olivier Laporte a vu une Bergeronnette grise qui se nourrrissait aux Tuileries de miettes de pain alors que Pierre Delbove a vu sur l'Ile St Louis une Bergeronnette des ruisseaux qui enfournait dans le gosier de ses jeunes des restes de sandwich jambon-crudités….

28/10/2008

Des nouvelles des poubelles anti-corneilles....

J’ai commencé un long feuilleton sur les corneilles en ville qui ont profité de l’application un peu irréfléchie du plan Vigipirate qui oblige à mettre des poubelles transparentes : en se contentant de plastique transparent, on fournit aux corneilles la possibilité de le déchirer très facilement pour atteindre la nourriture qu’elles voient au travers du plastique….

J’ai déjà évoqué la solution trouvée par le Jardin des Plantes (cliquez ici pour en voir l’image). Il faut reconnaître que, depuis, les troupes de corneilles ont disparu (il reste quelques individus), mais ….. n’y a-t-il vraiment eu que l’application de ce nouveau modèle de poubelle ? Je n’en suis pas sûr….

La même technique a été appliquée depuis mars 2008 au parc Montsouris : toutes les poubelles sont entourées d’une gaine de plastique dur (mais pas de couvercle…..les corneilles peuvent vider les poubelles si elles sont pleines !). Résultat : il existe encore des groupes importants de corneilles (un de 25 et un de 35 environ notés le 19/10 ), mais on ne voit presque plus de corneilles marquées de taches ou de barres alaires blanches comme avant….

Corneille leucique en vol red

N'est-elle pas jolie ma "corneille Gordini" ? (Londres fev 2007)

 

Je rappelle que l’idée que j’ai défendue dans un article d’Alauda ( résumé lisible en cliquant ici ) est que ces marques sont dues à un carence en lysine due à la trop forte consommation de pain….. Cela semble coller avec les observations actuelles : à la première mue qui a suivi leur retour à un régime alimentaire plus équilibré, elles auraient repris un plumage plus normal. Le nouveau modèle de poubelle serait bon au moins pour la santé des corneilles !….

J’en profite pour montrer un autre modèle de poubelle adaptée aux corneilles : la photo vient de Toulouse (son auteur se cache sous le pseudo de Clubescargot…..merci à lui !)

Poubelle Toulouse red