19/07/2015

Le piégeur de Sartrouville

Le numéro du 3/7/29015 du Courrier des Yvelines nous parle d’un personnage « haut en couleurs » comme on dit quand on ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer : Francis, un des 2 piégeurs de pies sur Sartrouville…. Je ne peux résister au plaisir de commenter les principales déclarations de Francis.

 

Pie Londres-red.JPG

 

Ça commence par la présentation de l’espèce, pas du tout orientée évidemment ! On sent tout de suite le scientifique qui raisonne calmement…

«La pie est un prédateur redoutable. (…) Ce carnivore mange les bébés et les œufs de nombreuses espèces d’oiseaux : (…). J’ai assisté à des scènes horribles où des couples de pies se ruaient sur des nids pour tout dévorer.»

J’ai assisté aussi à d’horribles scènes de hordes de mésanges se précipitant sur des nids de chenilles d’hypomoneutes (papillons dont les chenilles détruisent le feuillage de saules pleureurs en particulier) : elles mangeaient aussi « les bébés et les œufs »… Quand aura-t-on en tête qu’il n’y a pas de sentiments dans la nature, juste la nécessité de survivre et de se reproduire !

Pie_bébé_Sausset-red.JPG

Et si on joue sur les sentiments, c'est pas mignon un bébé Pie ?

« Au fil des ans, cette gourmandise entraîne tout simplement la disparition de certaines espèces de volatiles, ce qui donne lieu à des «déserts biologiques» par endroits. »

François Chiron a fait sa thèse au début des années 2000 dans les parcs de Seine St Denis justement pour répondre à la question de savoir si les pies menaçaient l’avifaune… il a montré qu’il n’y avait aucune corrélation entre la densité de pies et les courbe des effectifs des petits passereaux ! S’il y a des « déserts biologiques », c’est dû à la disparition des milieux favorables, à l’usage intempestif de pesticides et à l’urbanisation croissante.

« En tant qu’écologiste convaincu, Francis a décidé de se dévouer afin d’entendre chanter à Sartrouville autre chose que la pie et son cri relativement agaçant. »

Si Francis était aussi « écologiste convaincu » que ça, il saurait que la valeur d’une espèce ne se juge pas à la beauté de son chant…

Les deux piégeurs exerçant sur la commune ont déjà capturé une centaine de pies depuis février. «Il en reste encore environ trois cents, estime-t-il. C’est encore beaucoup trop.»

300, c’est trop ?.... trop par rapport à quoi ? Comment fait Francis pour connaître le nombre idéal de pies ? Et d’ailleurs comment a-t-il compté le nombre de pies présentes à Sartrouville ?

«Le piégeage, ce n’est pas un plaisir pour moi. Je le fais par nécessité.»

…ou plutôt par jouissance du pouvoir de décider ce qui est bon pour la Nature, qui a le droit de vivre et qui ne l’a pas : une manière en somme de se prendre pour Dieu….!

Mais son activité n’est pas comprise par tout le monde. Il essaye de l’exercer dans la plus grande discrétion pour ne pas se retrouver face à des écologistes «mal informés» qui pourraient, selon lui, entraver son action.

« Mal informés »… c’est çui qui l’dit qui l’est !...Clin d'œil

On pourrait juste avoir l’espoir un peu fou de lui expliquer le fonctionnement des écosystèmes, même en milieu urbain… S’il est capable de comprendre, il arrêtera de lui-même son activité aussi inefficace que non fondée !

Commentaires

Le Corif envisage-t-il un "droit de réponse" dans le Courrier des Yvelines ???

Écrit par : jean-luc saint-marc | 20/07/2015

Répondre à ce commentaire

C'est déjà fait : le courrier est parti mercredi dernier, ainsi qu'une lettre faisant connaître notre point de vue à la Mairie de Sartrouville .

Écrit par : Frédéric Malher | 20/07/2015

Répondre à ce commentaire

Salut Frédéric,
Il y a encore beaucoup de travail d'éducation à faire. J'aimerai savoir si ta réponse a été publiée.
Et il faudrait qu'on s'attaque à l'éducation des journaleux, ceux qui mettent n'importe quoi pour vendre du papier.
Je ne vais pas profiter de cette discussion pour relancer le débat avec les chats.
Et rassure-toi, on a les même à la maison (ici, la Belgique).

Écrit par : Martin WINDELS | 20/07/2015

Répondre à ce commentaire

Pas encore de réaction du journal.... Dans le cas présent, je crois plus à la paresse qu'à la volonté de lucre : Francis leur a fourni un argumentaire complet qu'ils se sont contentés de retranscrire sans chercher à "recouper l'info"....

Écrit par : Frédéric Malher | 20/07/2015

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord mais à force de chercher à remplir par paresse on édite n'importe quoi et ceci "éduque" une partie de l'opinion (qui n'a plus de sens critique).

Écrit par : Martin WINDELS | 20/07/2015

Répondre à ce commentaire

"La pie, voleuse et prédatrice ? Eh bien non !"

http://vigienature.mnhn.fr/blog/focus/post-de-lete-la-pie-voleuse-et-predatrice-eh-bien-non

Écrit par : Du Chérimont | 27/07/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Suite à cet article, j’ai écrit au service environnement de la mairie de Sartrouville qui non contente de permettre à un piégeur de persécuter cet oiseau dit « nuisible » sur le territoire de la commune, organise et propose à tous Sartrouvillois de faire appel audit piégeur pour se débarrasser des pies qui ont le malheur de fréquenter leur jardin. Ce « service » aux particuliers est inadmissible et je conseille à toute personne sensibilisée par la protection de la faune sauvage d’écrire à la mairie de Sartrouville pour demander que cesse cette pratique archaïque et inutile. Courriel de la mairie : cabinetdumaire@ville-sartrouville.fr. Courriel de Mme Aknine, Maire adjointe Environnement : aknined@ville-sartrouville.fr ou aknine.d@gmail.com

Écrit par : Mayans | 01/08/2015

Répondre à ce commentaire

Laurent a essayé de placer ce commentaire sur mon site, en vain... Je le fais donc à sa place :
" Le piegeage est evidemment ridicule dans le cas que tu evoques dans ce billet.....mais est il justifie quand il s'agit de la survie d'une autre espece (clairement un cas plus extreme)? J'avais essaye de poster un commentaire sur ton blog (sur le billet sur le piegeage des pies), mais je recois un message d'erreur......"La paruline de Kirtland est un passereau qui niche uniquement dans une region limitee de l'etat ou j'habite (le Michigan). La population mondiale est tres restreinte (200 couples il y a une 20aine d'annee, un millier en 2014). La survie de cette espece depends tres largement du piegeage des Vachers a Tete Brune (extremmement commun) qui parasitent les nids de parulines et bruants (ainsi que de la maintenance des sites de reproduction par brulage periodique). Est il de notre responsabilite de preserver cette espece, dans cette situation, au detriment d'une autre? "

Écrit par : Frédéric Malher | 20/08/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.