24/11/2014

Les étourneaux se mettent au chaud

On parle régulièrement des dortoirs d'étourneaux, pour la beauté des vols d'approche ou les problèmes posés par leurs cris ou leurs fientes. J'ai évoqué sur ce blog le dortoir qui s'était constitué à la BNF de Paris il y a quelques  années

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2010/12/18/les-dortoirs-urbains-d-oiseaux.html

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2008/01/05/tu-viens-dormir-a-la-bnf.html

Un des points importants dans le choix par les étourneaux d'un site de dortoir est l'abri qu'il peut fournir contre les mauvaises conditions climatiques (froid et vent principalement). De ce point de vue, la "forêt" de la BNF est assez exemplaire mais..... des étourneaux belges ont encore trouvé mieux !

Dans un article paru dans la revue Aves il y a quelques jours (*), Jacky Wuelche décrit le cas d'un dortoir qui s'est établi à l'intérieur d'un bâtiment d'une cimenterie à Gaurain-Ramecroix, 6 km à l'est de Tournai et 30 km à l'est de Lille (ce n'est pas en ville, mais c'est quand même une histoire de bâtiment...).

Etourneau_dortoir-interne_JWuelche2.jpg

Pourquoi rester dehors quand on peut se mettre à l'abri ? photo J.Wuelche

Quelques pionniers, imitant peut-être les 4-500 pigeons qui utilisaient ces bâtiments, se sont installés en 2003 dans un bâtiment en hauteur quasiment jamais visité puis les choses se sont emballées et en 2005 ce furent pas moins de 5000 étourneaux qui utilisaient 2 bâtiments et une tour pour la nuit. Le problème des fientes a provoqué quelques effarouchements qui ont été efficaces mais provisoires... et les étourneaux reviennent chaque hiver avec des maxima entre septembre et novembre et en février-mars (probablement à cause des passages migratoires, remarque perso).

 

 

  Etourneau_dortoir-interne_JWuelche1.jpg

 

 

Et en plus en se serrant, on se tient chaud.... photo J.Wuelche

L'arrivée se fait comme toujours pour cette espèce en plusieurs temps, les oiseaux formant des pré-dortoirs rassemblant de plus en plus d'oiseaux au fur et à mesure que l'heure du dortoir approche, finissant par rejoindre la cimenterie par des vols spectaculaires dont je ne résiste pas à vous mettre un lien vers une vidéo en montrant un exemple particulièrement démonstratif !

 

Etourneaux-video.jpg

 

https://www.youtube.com/watch?v=XH-groCeKbE

Cette stratégie d'approche progressive n'a pas empêché un épervier de repérer la manne et d'y faire ses emplettes...

(*) Un dortoir d'Etourneaux sansonnets Sturnus vulgaris dans un bâtiment fermé. Jacky Wuelche Aves 51-3 (2014) p. 185-188

16/11/2014

L'été 2014 à Paris

Le nombre d’espèces observées cet été est resté dans la moyenne des étés ( 73) . Cette année, c’est un jardin nouvellement aménagé qui a tenu la vedette ( et l’a gardé en automne…. Cf. le prochain résumé saisonnier….). Le Jardin des Grands Moulins a hébergé au mois d’août pas moins de 7 espèces inhabituelles dans Paris, dont la découverte a été provoquée par la recherche de la vedette  estivale : une jeune Pie-grièche écorcheur qui est restée presque 2 semaines. Du coup les observateurs ont découvert pas moins de 6 espèces de sylvidés peu fréquents , voire franchement rare à Paris ( le Phragmite des joncs…).

Phragmite2.jpg

Le Phragmite des Grands Moulins n'a pas échappé à l'objectif d'Yves Gestraud !

A part ça on a retrouvé les migrateurs estivaux habituels (cigogne, bondrée, rougequeue à front blanc, Gobemouche noir, …) et même quelques individus en dispersion un peu surprenants ( Grèbe huppé, Pic mar).

Des absences (Chardonneret, Serin, Hulotte) ou des effectifs particulièrement faibles ( Sittelle, Pic épeichette, Gobemouche gris, Choucas) laisse supposer que l’évolution de l’avifaune parisienne ces dernières années n’a pas été très positive…

A noter la première nidification prouvée du Cygne tuberculé dans Paris, la nidification certaine ou très probable de 5 couples d’Eperviers, mais de seulement un couple de Pic épeichette et  de Gobemouche gris et de 2 couples de Sittelles…

Cygne_Villette_A.Malouvier.jpg

La petite famille au complet tout près de son lieu de naissance à la Villette (photo A.Malouvier)

Cygne tuberculé (Cygnus olor) 

Bernache du Canada (Branta canadensis) 

Tadorne casarca (Tadorna ferruginea) 2 obs parc Montsouris et B-Chaumont 

Canard colvert (Anas platyrhynchos)

 Grèbe huppé (Podiceps cristatus) 1au Pont-St Louis le 4/6

 Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo) 10 obs, maximum de 4 ind

 Héron cendré (Ardea cinerea) : en plus des individuels, 4 en vol S le 27/8

Cigogne blanche (Ciconia ciconia) 17 en vol S le 31/8

Bondrée apivore (Pernis apivorus) 1  le 21/8

Busard des roseaux (Circus aeruginosus) 1 le 31/8

Épervier d'Europe (Accipiter nisus)

Buse variable (Buteo buteo) 1 le 16/8

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)

Faucon pèlerin (Falco peregrinus) Olympiades tout l'été, qq obs Front de Seine et hop St Louis et 1 obs dans le 12è

Gallinule poule-d'eau (Gallinula chloropus)

Chevalier guignette (Actitis hypoleucos) 2 obs fin juillet-deb août

Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus) 1er gros groupe, presque 100 sq de Choisy le 27/7

Goéland brun (Larus fuscus)

Goéland argenté (Larus argentatus)

Goéland leucophée (Larus michahellis) a peut-être niché au Jardin des Plantes

Sterne pierregarin (Sterna hirundo) jusqu'au 7/8

Pigeon biset domestique (Columba livia f. domestica)

Pigeon colombin (Columba oenas)

Pigeon ramier (Columba palumbus)

Perruche ondulée (Melopsittacus undulatus) 1 se nourrit à la ménagerie du Jardin des Plantes

Perruche à collier (Psittacula krameri)

Martinet noir (Apus apus) encore un le 31/8, le dernier pour cette année…

Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) 1 à Montsouris fin août

Pic vert (Picus viridis) noté à Montsouris, Bercy, Luxembourg, Jardin des Plantes, Buttes-Chaumont et Père-Lachaise

Pic épeiche (Dendrocopos major) noté au Père-Lachaise, Buttes-Chaumont, Jardin des Plantes, Montsouris et un trouvé mort au pied d'un immeuble du 13ème

Pic mar (Dendrocopos medius) 1 trouvé mort près de l'hop St Louis

Pic épeichette (Dendrocopos minor) des jeunes au Père-Lachaise et un tambourinage aux B-Chaumont

Hirondelle rustique (Hirundo rustica) 2 obs de nicheurs probables et des migrateurs le 31/8

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum)

Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea)

Bergeronnette grise (Motacilla alba)4

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

Accenteur mouchet (Prunella modularis)

Rougegorge familier (Erithacus rubecula)

Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros)

RQFB_été2014.jpg

Celui-ci, c'est celui de Montsouris... ( photo Y.Gestraud)

Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) 1 séjourne quelques jours à Denfert-Rochereau en juin et un autre passe à Montsouris fin août

Merle noir (Turdus merula)

Grive musicienne (Turdus philomelos)

Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus) séjourne au moins 4 jours au Jardin des Grands Moulins vers le 10/8

Rousserolle effarvatte_Bercy_FrédéricLuc.jpg

 

Celle-ci a chanté une bonne partie du mois de mai à Bercy ( photo F.Luc)

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) a probablement niché au parc de Bercy et jusqu'à 4 présentes au Grands Moulins en août; une à la gare de Charonne

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta) 1-2 aux Grands Moulins pendant la 2ème moitié du mois d'août

Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla)

Fauvette des jardins (Sylvia borin) 1 aux Grands Moulins en août

Fauvette babillarde (Sylvia curruca) 1 fin août aux Grands Moulins

Babillarde_GdsMoulins.jpg

Une jolie photo pour se mettre la Fauvette babillarde dans l'oeil.... ( photo Yves Gestraud)

Fauvette grisette (Sylvia communis) jusqu'à 5 tout le mois d'août aux Grands Moulins et une obs friche Poniatowski

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita)

Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus) 5 obs à partir du 10/8

Roitelet huppé (Regulus regulus)

Roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla) a probablement niché aux B-Chaumont et qq observations ailleurs à partir du 25/8

Gobemouche gris (Muscicapa striata) a niché au Jardin du Luxembourg et 7 observations à partir du 12/8

 Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca) 5 obs au parc Montsouris en août

 Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus)

 Mésange nonnette (Poecile palustris) 1 aux Jardins du Ranelagh

 Mésange huppée (Lophophanes cristatus)

 Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)

 Mésange charbonnière (Parus major)

 Sittelle torchepot (Sitta europaea) P-Lachaise, Luxembourg et B-Chaumont

 Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla)

 Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) 1 juvénile du 7 au 18/8 aux Grands Moulins

PGE2_Jardin-AbbéPierre_NicolasDavy.jpg

Et voici la cause d'une affluence d'ornithos aux Grands Moulins ! ( photo N.Davy)

Geai des chênes (Garrulus glandarius)

Pie bavarde (Pica pica)

Corneille noire (Corvus corone)

Choucas des tours ( Corvus monedula) : des cris entendus pte de Clignancourt

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris)

Moineau domestique (Passer domesticus)

Pinson des arbres (Fringilla coelebs)

Verdier d'Europe (Carduelis chloris)

Bruant zizi (Emberiza cirlus) 2 obs en lisière du bois de Vincennes en juin

 

 

73 espèces

22:15 Écrit par Frédéric dans Les saisons à Paris | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2014

Un duplex avec vue imprenable

L'adaptation à de nouveaux sites de nidification est une des caractéristiques de l'ornithologie urbaine.  Des objets nouveaux apparaissent aux yeux des oiseaux et certains plus débrouillards que les autres y trouvent des possibilités nouvelles.

Colombin-Grue_pteChaumont-red.jpg

 

On peut donc imaginer qu'un jour, un Pigeon colombin a regardé une grue et c'est dit : "Mais au fait, ce serait sympa d'avoir un appart' avec paysage tournant !" et il a regardé de plus près ce curieux objet métallique. Il n'a pas tardé à remarquer que les contre-poids de béton comportaient un trou de la même taille que ceux qu'il apprécie dans le tronc des vieux arbres.... et dans certains cas il y en a même deux !

Colombin-Grue_pteChaumont-rec-red.jpg

Ces contre-poids de grue sont depuis devenus des sites très recherchés par les colombins parisiens ( et je pense dans d'autres villes....) au point qu'il est rare de trouver un groupe de grues sans qu'au moins une soit occupé par un colombin ! La question est la durée du séjour de la grue et donc de la possibilité de mener à bien la nidification.

Rappelons qu'un cas beaucoup plus rare a été observé en 2012 : un couple de Faucon crècerelle a niché dans le contrepoids d'une grue dans le 13ème arrdt parisien ( Passer 46 - 2012)