24/11/2014

Les étourneaux se mettent au chaud

On parle régulièrement des dortoirs d'étourneaux, pour la beauté des vols d'approche ou les problèmes posés par leurs cris ou leurs fientes. J'ai évoqué sur ce blog le dortoir qui s'était constitué à la BNF de Paris il y a quelques  années

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2010/12/18/les-dortoirs-urbains-d-oiseaux.html

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2008/01/05/tu-viens-dormir-a-la-bnf.html

Un des points importants dans le choix par les étourneaux d'un site de dortoir est l'abri qu'il peut fournir contre les mauvaises conditions climatiques (froid et vent principalement). De ce point de vue, la "forêt" de la BNF est assez exemplaire mais..... des étourneaux belges ont encore trouvé mieux !

Dans un article paru dans la revue Aves il y a quelques jours (*), Jacky Wuelche décrit le cas d'un dortoir qui s'est établi à l'intérieur d'un bâtiment d'une cimenterie à Gaurain-Ramecroix, 6 km à l'est de Tournai et 30 km à l'est de Lille (ce n'est pas en ville, mais c'est quand même une histoire de bâtiment...).

Etourneau_dortoir-interne_JWuelche2.jpg

Pourquoi rester dehors quand on peut se mettre à l'abri ? photo J.Wuelche

Quelques pionniers, imitant peut-être les 4-500 pigeons qui utilisaient ces bâtiments, se sont installés en 2003 dans un bâtiment en hauteur quasiment jamais visité puis les choses se sont emballées et en 2005 ce furent pas moins de 5000 étourneaux qui utilisaient 2 bâtiments et une tour pour la nuit. Le problème des fientes a provoqué quelques effarouchements qui ont été efficaces mais provisoires... et les étourneaux reviennent chaque hiver avec des maxima entre septembre et novembre et en février-mars (probablement à cause des passages migratoires, remarque perso).

 

 

  Etourneau_dortoir-interne_JWuelche1.jpg

 

 

Et en plus en se serrant, on se tient chaud.... photo J.Wuelche

L'arrivée se fait comme toujours pour cette espèce en plusieurs temps, les oiseaux formant des pré-dortoirs rassemblant de plus en plus d'oiseaux au fur et à mesure que l'heure du dortoir approche, finissant par rejoindre la cimenterie par des vols spectaculaires dont je ne résiste pas à vous mettre un lien vers une vidéo en montrant un exemple particulièrement démonstratif !

 

Etourneaux-video.jpg

 

https://www.youtube.com/watch?v=XH-groCeKbE

Cette stratégie d'approche progressive n'a pas empêché un épervier de repérer la manne et d'y faire ses emplettes...

(*) Un dortoir d'Etourneaux sansonnets Sturnus vulgaris dans un bâtiment fermé. Jacky Wuelche Aves 51-3 (2014) p. 185-188

Commentaires

Spectaculaire !!

C'est toujours curieux le rapport des piafs vers les intérieurs ...
J'ai déjà rencontré des pies bavardes dans 2-3èmes sous-sol, type La Défense, sans aucun contact avec le jour, en train d'ausculter les poutrelles où sont susceptibles de pondre les pigeons ...
Un martin-pêcheur enfermé dans un local à Stalingrad, qui n'a pas demandé son reste ...
Mais des quantités pareilles, jamais !

Écrit par : jean-luc saint-marc | 24/11/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Et en allant se mettre au chaud, les étourneaux font aussi parfois de courtes escales sur les antennes en ville..

Écrit par : oiseau du soir | 12/12/2014

Répondre à ce commentaire

Effectivement, avant de se poser au dortoir, les étourneaux font des petits rassemblements, en particulier sur des antennes et des haubans de grues. Ensuite, ces rassemblements fusionnent progressivement en se rapprochant du lieu de dortoir : un moyen de vérifier qu'il n'y a pas de pb sur le lieu de dortoir...

Écrit par : Frédéric Malher | 12/12/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.