02/02/2014

Les voies du Cormoran sont difficiles à suivre...

J'ai déjà raconté il y a 3 ans ( http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2011/01/2... )  comment les cormorans voyageaient quotidiennement au-dessus de Paris-Petite couronne pour aller de leurs dortoirs jusqu'à leurs lieux de pêche.J'ai repris mon enquête ces 2 dernières semaines pour préciser les choses...

CormoPNred.jpg


Tout d'abord, deux mots sur le Grand Cormoran qu'on peut voir en hiver à Paris et enbanlieue : il nous vient du nord, essentiellement Pays-bas et Danemark,  pour passer l'hiver dans toute la France. C'est un pêcheur de poisson qui vit en groupe. La sous-espèce qui nous visite se reconnait en plumage nuptial ( dès janvier...) à sa nuque marquée de blanc.

Cormoran_Poudrette red-recadré.jpg

 Il coupe son temps de pêche de périodes de repos où on le voit souvent prendre sa position caractéristique, ailes écartées. Cela a longtemps été interprété comme une manière de sécher ses ailes, mais c'est actuellement remis en cause : on parle plutôt d'une méthode pour se réchauffer le corps en faisant travailler ses muscles.

La population hivernante de la Petite Couronne est d'environ 700 individus qui se regroupent en 2 gros dortoirs ( sur la Seine en aval de Saint-Denis et sur la Marne, dans la bouche de St-Maur) ainsi que 3 dortoirs de taille plus réduite ( Île Seguin, la Courneuve et Villepinte ).

Cormo_dortoirEpinay-red-recadré.jpg

Une partie d'un dortoir : regardez bien il y en a une quarantaine !

Il part le matin très tôt, souvent à la pointe du jour, pour rejoindre ses lieux de pêche. Le trajet se fait en longeant les cours d'eau, quand il y en a ! Les cormorans de La Courneuve et de Villepinte n'ont pas cette possibilité et survolent les cités et pavillons !
Quand ils ont trouvé un bon endroit, ils y vont tôt et en nombre : cela explique la présence de ce groupe de cormorans à la Villette au lever du jour en janvier 2011.

Cormos-radeauVillette-red.jpg

La pêche se fait souvent collectivement, en rabattant les poissons vers le quai pour les désorienter... ce qui intéresse beaucoup les mouettes ! Elles se mettent toujours du bon côté pour profiter du travail des cormorans... J'ai vu le même comportement de la part des Hérons cendrés et Grandes Aigrettes en Lorraine ou sur le lac du Der.

Cormo_pêche-collective_Bondy-red.jpg

Donc... souvent je me suis levé de bonne heure... pour être sur le terrain avant les cormorans, que ce soit à la Villette où arrive un canal qui conduit les cormorans venant de Saint-Denis, à Sevran pour voir s'il en venait de Villepinte ( un peu) ou de plus à l'est (un peu aussi), au pont de Sèvres ou au pont d'Austerlitz. J'ai ainsi pu confirmer l'idée qu'ils suivent bien les cours d'eau, du moins à l'aller. Je pense même que c'est ce qui explique la modification progressive des lieux de pêche : les plus motivés partent tôt et savent où ils vont. Les autres attendent un peu puis longent les cours d'eau jusqu'à trouver des copains en train de pêcher ! Ils se joignent alors à la pêche qui peut donc rapidement atteindre la centaine de participants( cas de la Villette en 2011). Quand le secteur est épuisé, ou si les premiers arrivés n'ont rien trouvé, ils vont plus loin... C'est ainsi qu'un joli groupe ( au moins 70) avisité plusieurs jours de suite le secteur de la Folie à Bobigny avant d'aller plus loin jusqu'au pont de Bondy.

C'est à cette occasion qu'ils peuvent former des reposoirs comme on en voit par exemple en plein coeur de Paris.

Cormorans_quai Tuileries_281210 (3)red.jpg


Pour le retour en revanche, plus besoin de longer l'eau et on peut voir des vols quitter le canal pour aller directement vers le dortoir au-dessus de la terre ferme.

carte Cormos 2014-recad.jpg

C'est pourquoi cette carte comporte quelques flèches violettes qui indiquent ces trajets "sur terre", du moins certains car ils sont évidemment plus difficiles à repérer...

Commentaires

Hello

A Epinay Il y parfois beaucoup plus de cormorans je me rappelle en avoir vu 400 il ya qques années
je vois périodiquement 1 ou 2 cormorans en vol passer au dessus de la place de la république ou du cirque d'hiver en allant au travail vers 9h00
Le samedi avant le lever du soleil j'en vois aussi sur le port de l'arsenal depuis le quais du metro (avant l'ouverture du parc donc...): ce samedi 15/2 il y en avait 8 à 7h50
L'après midi ils stationnent sur les poteaux d'arrimage de la police fluviale (donc endroit tranquille) en aval du pont d'austerlitz parfois 1 ou 2 sont dans l'eau mais il s'envolent rapidement à l'arrivée des bateaux: on notera qu'on les voient donc plus dans Paris même quand les crus empéchent les bateaux de circuler
Ceci améne une remarque sur déterminisme de la présence d'oiseaux sur nos fleuves: certains préférent les sections non navigables et/ou en crues : cormorans ou harles sur la Marne dans la partie où les bateaux passent sur le canal de Chelles
Canard chipeaux a Epinay sur les herbiers aquatiques (peut être un des herbiers artificiels créés par les pêcheurs comme site de frai y compris dans Paris)
Un autre déterminisme de présence d'oiseaux aquatiques est la présence ou l'absence d'herbiers aquatiques AU FOND des lacs : on le voit bien à Jablines ou les milouins/morilons restent toujours sur les mêmes lacs à herbiers (profonds et non visibles : milieu oligotrophe à eau claire et fond calcaire) de potamots pectinés,naiades,elodées,etc... (dont les restes poussés par le vent se trouvent sur la berge)
[C'est juste une remarque de botaniste car souvent les ornithos n'appréhendent pas la ressource végétale d'un milieu]

Alain Thellier - ANCA

Écrit par : Alain Thellier | 17/02/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.