23/10/2013

Et si on mettait les corneilles au boulot ?

Pochoirs_rueGoubet-red.jpg

Un pochoir trouvé en bas de chez moi... un artiste de rue qui connaissait mon goût pour les corneilles dites "gordini" ? 

On reparle des corneilles... et tout d'abord on m'a fait causer dans le poste à leur sujet. C'était sur Radio-bleue Ile-de-France...

La présentation en est à lire sur http://www.francebleu.fr/infos/corneille/les-corneilles-s...

Mais je voulais surtout parler d'un nouveau mode de raisonnement à propos des corneilles... J'ai souvent aborder le problème que posent les corneilles qui répandent le contenu des sacs-poubelles : et si on leur apprenait à ramasser les déchets ?

Un projet original a été récompensé cet été par le prix spécial du jury du Concours Génération Développement Durable, organisé par le magazine La Recherche et l’ADEME.Il s'agit du projet Ecorvidés défendu par un groupe d'étudiants du master d'écologie de Lille.
"Le projet consiste donc à concevoir une machine adaptée à la collecte des déchets sauvages (mégots, emballages plastiques, canettes…) et équipée d’un détecteur capable de discriminer un déchet de tout autre objet (feuille, fleur, branche, caillou…) pour éviter la tricherie dont les corvidés sont tout à fait capables pour obtenir une récompense. Cette machine pourrait intéresser des utilisateurs publics, comme les collectivités territoriales, les campus universitaires (1 000 kg de déchets ramassés annuellement sur le campus de l’université Lille 1, par exemple) , ou privés comme les entreprises de nettoyage." plus de détails sur http://www.ecoco2.com/blog/?p=8325#more-8325

Cette idée repose sur un projet exposé en 2008 par Josha Klein. Le projet repose sur une "machine à apprendre" :
elle a été mise au point pour que les corneilles apprennent toutes seules, sans intervention humaine, avec l'espoir que ce comportement se répande dans la population par imitation.
La machine comporte une boite, un perchoir, un plateau de nourrissage et un entonnoir.Le tout est controlé à distance par ordinateur.
L'auto-entrainement se déroule en 4 étapes :
- les pièces et les cacahuètes tombent au départ de la corneille, ce qui habitue l'oiseau au bruit et à la présence permanente de nourriture
- les pièces et les cacahuètes tombent à l'arrivée de l'oiseau. Les pièces encombrent le plateau de nourrissage, ce qui oblige l'oiseau à les dégager pour atteindre la nourriture. Ce faisant, la corneille fait tomber des pièces dans l'entonnoir
- les pièces seules sont présentes à l'arrivée de l'oiseau et la nourriture ne tombe que quand une pièce tombe dans l'entonnoir
- les pièces sont répandues autour de la machine et la nourriture ne tombe que quand une pièce tombe dans l'entonnoir.
Pour plus de détails, le mieux est d'écouter son "inventeur" dans un numéro de "stand-up scientifique" tout à fait américain ....

  

Vous pouvez aussi  aller sur son site http://www.josh.is/crow-machine/
Ce qui me pose question, c'est que depuis 2008, il ne semble y avoir eu rien de nouveau sur la question....

09:12 Écrit par Frédéric dans histoires de corneilles | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |