23/10/2013

Et si on mettait les corneilles au boulot ?

Pochoirs_rueGoubet-red.jpg

Un pochoir trouvé en bas de chez moi... un artiste de rue qui connaissait mon goût pour les corneilles dites "gordini" ? 

On reparle des corneilles... et tout d'abord on m'a fait causer dans le poste à leur sujet. C'était sur Radio-bleue Ile-de-France...

La présentation en est à lire sur http://www.francebleu.fr/infos/corneille/les-corneilles-s...

Mais je voulais surtout parler d'un nouveau mode de raisonnement à propos des corneilles... J'ai souvent aborder le problème que posent les corneilles qui répandent le contenu des sacs-poubelles : et si on leur apprenait à ramasser les déchets ?

Un projet original a été récompensé cet été par le prix spécial du jury du Concours Génération Développement Durable, organisé par le magazine La Recherche et l’ADEME.Il s'agit du projet Ecorvidés défendu par un groupe d'étudiants du master d'écologie de Lille.
"Le projet consiste donc à concevoir une machine adaptée à la collecte des déchets sauvages (mégots, emballages plastiques, canettes…) et équipée d’un détecteur capable de discriminer un déchet de tout autre objet (feuille, fleur, branche, caillou…) pour éviter la tricherie dont les corvidés sont tout à fait capables pour obtenir une récompense. Cette machine pourrait intéresser des utilisateurs publics, comme les collectivités territoriales, les campus universitaires (1 000 kg de déchets ramassés annuellement sur le campus de l’université Lille 1, par exemple) , ou privés comme les entreprises de nettoyage." plus de détails sur http://www.ecoco2.com/blog/?p=8325#more-8325

Cette idée repose sur un projet exposé en 2008 par Josha Klein. Le projet repose sur une "machine à apprendre" :
elle a été mise au point pour que les corneilles apprennent toutes seules, sans intervention humaine, avec l'espoir que ce comportement se répande dans la population par imitation.
La machine comporte une boite, un perchoir, un plateau de nourrissage et un entonnoir.Le tout est controlé à distance par ordinateur.
L'auto-entrainement se déroule en 4 étapes :
- les pièces et les cacahuètes tombent au départ de la corneille, ce qui habitue l'oiseau au bruit et à la présence permanente de nourriture
- les pièces et les cacahuètes tombent à l'arrivée de l'oiseau. Les pièces encombrent le plateau de nourrissage, ce qui oblige l'oiseau à les dégager pour atteindre la nourriture. Ce faisant, la corneille fait tomber des pièces dans l'entonnoir
- les pièces seules sont présentes à l'arrivée de l'oiseau et la nourriture ne tombe que quand une pièce tombe dans l'entonnoir
- les pièces sont répandues autour de la machine et la nourriture ne tombe que quand une pièce tombe dans l'entonnoir.
Pour plus de détails, le mieux est d'écouter son "inventeur" dans un numéro de "stand-up scientifique" tout à fait américain ....

  

Vous pouvez aussi  aller sur son site http://www.josh.is/crow-machine/
Ce qui me pose question, c'est que depuis 2008, il ne semble y avoir eu rien de nouveau sur la question....

09:12 Écrit par Frédéric dans histoires de corneilles | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Depuis août 2013, il n'y a plus aucun moineau ni aucun merle ! J'habite depuis quelques années un appartement à Paris 10e avec terrasse donnant sur un très vaste espace dégagé, avec quelques grands arbres à une cinquantaine de mètres. Et jusqu'à juin dernier les moineaux étaient nombreux. Les merles chantaient. Quelques mésanges même se présentaient. Et maintenant un désert sonore d'une tristesse... Avez-vous remarqué aussi ce phénomène? Est-ce lié à la prolifération des corbeaux ou corneilles ?

Écrit par : Daniel | 27/10/2013

Répondre à ce commentaire

Rassurez-vous, il s'agit d'un phénomène régulier : après la reproduction, la plupart des oiseaux subissent une mue complète du plumage qui consomme beaucoup d'énergie : ils sont donc très discrets à cette période de l'année. En plus les moineaux se déplacent souvent vers les friches du secteur. Mais à partir de maintenant, vous allez les voir réapparaître progressivement...

Écrit par : Frederic Malher | 27/10/2013

Répondre à ce commentaire

À propos des corneilles et du projet les concernant.

Voilà un sujet digne d'un Ig-Nobel !
On se souvient du Ig-Nobel d'ornithologie de 2006 obtenu par deux Américains pour leurs travaux expliquant pourquoi les piverts ne sont pas sujets aux maux de tête!
Danièle

Écrit par : Danièle Monier | 30/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Danièle,
Et en quoi récompenser des animaux SAUVAGES et LIBRES pour leur utilité pour les humains serait ignoble ?
A toutes fins utiles, parmi les oiseaux la famille des indicatoridés le font depuis bien longtemps. Ignobles ?
Et je ne parle pas des bactéries de nos intestins, des nématodes de notre sol, des rat qui débouche nos égouts, ...
Enfin bref de tous ces animaux qui depuis notre origine travaillent pour nous, humains. Cela s'appelle le mutualisme et c'est très, très répandu dans la nature ente diverses espèces vivantes.

Christophe, associé au projet

Écrit par : Christophe Vieren | 10/11/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.