11/09/2013

Vélornithologie (suite...)

On ne dira jamais assez l'importance des lecteurs dans le devenir d'un blog... A peine avais-je publié mon billet sur l'utilisation des deux-roues par les oiseaux que je recevais deux messages me donnant matière à poursuivre ce filon...

Yves Dubois m'a envoyé une photo qu'il a prise à Annecy d'un cycliste nourrissant des moineaux.

Moineau-vélo_YDubois_Annecy.jpg

Ici, il y a un intermédiaire entre l'oiseau et le vélo mais, si vous regardez bien, vous verrez qu'il y a un moineau qui s'est perché sur le guidon pour terminer d'avaler la pitance apportée par le cycliste.

Beaucoup plus spectaculaire est la photo que m'a signalée Patrick Behr et qui fut publiée dans un document de la mission rapaces de la LPO.  La photo a été prise à Strasbourg par Gilbert Eriani, dans la cour en bas de chez lui.

Pèlerin_Haguenau_GilbertEriani2red.jpg

 Quoi, vous ne voyez pas bien ce qui est posé sur le guidon ?... Attendez, je zoome !

Pèlerin_Haguenau_GilbertEriani2red-rec.jpg

Oui, oui.. c'est bien un Faucon pèlerin ! Que faisait-il donc là ? Je vais laisser l'auteur raconter lui-même ce qui s'est passé...

"J'habite en ville, au cœur du quartier allemand à côté de la place de Haguenau. La cour intérieure est relativement étroite et les murs du jardin assez hauts. Un matin, mon regard a été attiré par une tache colorée sur le sol. En fait, il s'agissait de maïs éparpillé sur le sol.

Pèlerin_Haguenau_GilbertEriani1red-rec.jpg


J'ai alors aperçu sous nos fenêtres (du 1er étage) le faucon qui était en train de dépecer un pigeon (le jaune correspondait à du maïs probablement contenu dans l'estomac du pigeon). J'ai alors fait quelques photos sans me douter qu'il s'agissait là d'un fait plutôt rare.
Puis je suis parti à mon travail en prenant mon vélo qui se trouve dans l'abri situé dans le même jardin. A ce moment, l'oiseau était posé sur un vélo. Il a tenté de s'envoler, mais en était bien incapable compte tenu de l’exiguïté de la cour et de la hauteur des murs. Après son repas, il était probablement trop lourd pour repartir. Le soir il n'était plus dans le jardin. "

Décidément, l'ornithologie urbaine fourmille d'histoires incroyables !

 

Les commentaires sont fermés.