26/08/2013

Des frises de martinets

L’un des grands plaisirs qu’il y a à tenir un blog qui devient un peu connu, c’est qu’on reçoit des messages qui vous font découvrir des aspects du sujet que vous traitez que vous n’auriez jamais imaginés ! C’est ainsi que j’ai reçu un message de Laurent Godel, habitant Barcelone, qui a trouvé une technique que je ne vous décrirai pas car j’en suis incapable mais qui permet de faire des images qui recréent l’effet stroboscopique qui avait rendu célèbre un médecin français,  Etienne-Jules Marey et son fusil photographique : cela permet de décomposer le mouvement et tout le monde a déjà vu au moins une fois le galop du cheval décomposé par cette méthode. Moins connue, voici une photo prise vers 1882 décomposant l’atterrissage du pélican.

 

Pelican-Marey1882.jpg

 

Laurent Godel a donc reconstitué cette technique non pas, du moins je crois, pour une étude scientifique, mais pour le résultat esthétique qu’elle donne. L’idée géniale était d’utiliser les sarabandes de martinets striant le ciel barcelonais et de les « placer » en contrepoint de certaines façades, en particulier celles de bâtiments construits par Gaudi …

 

Martinets_8273-bn.jpg

 

… le résultat est saisissant !

 

Martinets_8326-crop1-bn1.jpg

 

La géométrie de leurs dessins dans le ciel est due à leurs jeux aériens : ils s’amusent - semble-t-il - à se poursuivre en poussant des cris stridents et la simple loi de l'inertie les forcent à tracer des courbes harmonieuses.

 

Martinets_pedrera_28.jpg

 

La façade de la Pedrera n’en paraît que plus surchargée de décorations : le génie de Gaudi se poursuit dans le ciel !

Mais cela m’a fait faire aussi une découverte : ils ne se poursuivent pas n’importe comment, ils utilisent ces jeux pour se rapprocher (très) temporairement d’un congénère …. de l’autre sexe ? Peut-être ! Mais comme les deux sexes sont indiscernables, je ne me prononcerai pas sur cette question.

 

Martinets_8250-bn-2.jpg

 

Mais pour voir les rapprochements et séparations, regardez de près cette image (après avoir cliqué dessus) : par moment les deux partenaires volent aile dans aile, de manière presque parfaitement synchrone ! Pour faciliter ( j’espère…) la compréhension, j’ai surchargé la dernière photo de traits qui permettent de suivre les oiseaux d’un couple provisoire…

 

Martinets_8250-bn-2+commentaire.jpg

 

… et on voit que, quand on s’est associé à un partenaire de sarabande, on peut aller s’associer à un autre ensuite ! C’est pourquoi vous voyez les sarabandes grossir puis s’effilocher au gré des « infidélités » de leurs membres.

 

Pour découvrir d’autres photos du même type, avec des pigeons, des choucas ou des martinets à ventre blanc ( à Fribourg, Suisse), précipitez-vous sur son site :  http://iglance.wordpress.com/category/birds-fps/

 

Les commentaires sont fermés.