26/01/2013

Casarca très très urbain !

Jadis j'avais lancé un faux concours ( faux car il n'y avait ni classement ni récompense...) de la photo la plus ornitho-urbaine ( voir la catégorie du même nom dans la colonne de droite). J'ai laissé tomber malgré quelques rechutes.... et justement en voici une : je suis tombé sur cette photo sur la page Facebook de " To save wildlife in Algeria" et je n'ai pas pu résister au plaisir de vous la faire connaître !

Renseignement pris, cette photo a été faite à Moscou où le Tadorne casarca est installé comme espèce férale ( population échappée d'élevage qui se reproduit librement sans aide humaine )

Casarca_familleMoscou_NikitaOrloveria.jpg

Photo Nikita Orlov

 

Le casarca est un canard steppique et désertique qui peut nicher loin de l'eau ( par exemple, en falaise à quelques kilomètres d'un oued au Sahara ). A la naissance des jeunes, la première chose que fait la femelle est de les accompagner à pied jusqu'au point d'eau le plus proche : le problème, c'est qu'à Moscou le trajet est plus encombré qu'à Beni Abbès !

20/01/2013

Défense d'importuner les hiboux

Décidément ce blog s'internationalise ! Qu'on en juge : un ami québecois m'a signalé un article paru à Montréal à propos d'une ville serbe et l'histoire va se retrouver sur un blog français hébergé par un serveur belge !

J'ai toujours dit à mes élèves que, quand on cite des phrases d'un autre, il fallait le dire, alors voilà : je transcris intégralement l'article de "La Presse" ( lisible à l'adresse http://www.lapresse.ca/actualites/insolite/201301/18/01-4... ) qui lui-même citait ( recopiait ?) une dépêche AFP. J'ai seulement changé la photo car celle du journal québecois représentait un Grand-duc alors que l'article parle de Moyen-Duc !

"À Kikinda, dans le nord-est de la Serbie, il est désormais interdit sous peine d'une sévère amende, d'importuner de quelque manière que ce soit les centaines de hiboux moyen-duc qui s'abritent chaque hiver dans les arbres du centre-ville.

La municipalité a indiqué à l'AFP vendredi avoir adopté un arrêté aux termes duquel, il est interdit d'organiser des manifestations publiques, de mettre en place des enseignes lumineuses à proximité des arbres où nichent ces rapaces, ou de les déranger par des cris voire tout autre moyen.

Les contrevenants risquent des peines d'amende pouvant aller jusqu'à 10 000 euros (13 200 $).

La municipalité a affiché le texte de l'arrêté sur des panneaux dans le centre de cette petite ville d'environ 40 000 habitants.

Moyen-duc MNHN FJiguet red.jpg

Ce Hibou est venu quelques jours dans une cour du Museum d'Histoire Naturelle, devant l'objectif de F.Jiguet !

«Les hiboux moyen-duc sont une espèce protégée ce qui justifie l'adoption de cet arrêté afin de préserver ce phénomène insolite, emblème de notre ville», a déclaré à l'AFP Marijana Ilicin, directrice du bureau touristique local, à l'origine de cette initiative.

Les autorités locales ont évalué à quelque 700 le nombre de hiboux moyen-duc s'emparant du centre-ville de Kikinda de novembre à mai."

Il faut signaler l'importance remarquable de ce dortoir : 700 individus ! En général, les dortoirs rassemblent jusqu'à quelques dizaines d'individus mais c'est la première fois que j'entends parler de plusieurs centaines !

 

17/01/2013

Les mésanges trouvent des roselières en ville !

Il y a quelques jours, un message sur les listes de diffusion ornithologiques signalaient un billet intéressant sur un blog anglais ( lisible à http://btoringing.blogspot.fr/2013/01/londons-first-beard...)

Deux Mésanges à moustaches femelles séjournaient en plein Londres, à Hyde Park, dans une roselière "grande comme un arrêt de bus" ! Il faut remarquer que c'est le même genre de roselière qui a accueilli à Paris la nidification de la rousserolle effarvatte et l'hivernage du Râle d'eau.

En plus elles sont baguées.... Les photographes ont évidemment mis leur point d'honneur à lire ces bagues :

Bearded Tit Hyde Park 394.jpg

Elles montrent bien leur bague !....;-) (photo Chris Hinton)

... une fois lues , les bagues ont révélé que les 2 oiseaux avaient été baguées ensemble en novembre dernier 30 km plus au nord. Il semble qu'en fait elles soient là depuis au moins la mi-décembre, il n'y a donc pas de raison qu'elles partent tout de suite : il doit y avoir du monde près du Mémorial Diana ! C'est en effet la 1ère fois que l'espèce est vue dans Inner London, rectangle 100km² tracé au centre de Londres qui est suivi par les ornithologues depuis 1 siècle.

Le lendemain, mon ami Pierre Cabard me signalait la présence d'une Mésange rémiz à Joué-les-Tours, dans une zone très urbanisée : la photo prise par Marie-Claude Derrien en témoigne largement !

Remiz_Tours_Marie-ClaudeDerrien-janv2013.jpg

L'endroit est quand même un lac, consacré aux activités récréatives (pêche, voile, promenade, feux d'artifice du 14 juillet, kermesses et autres animations) et où l' émissaire d'eaux usées débouche dans un massif de massettes, ce qui explique la présence de cette espèce. Même si elle s'y montre assez régulièrement, la présence de cette espèce n'est quand même pas banale.

Et surtout, la co-occurence des 2 mésanges en milieu urbain est bien sympathique...;-)

06/01/2013

Alerte, les corbeaux attaquent !

 

Voici un titre qui sous une forme ou sous une autre s’est retrouvé dans tous les journaux qui surveillent plus leur chiffre de vente que leur conscience professionnelle… sans parler des forums sur Internet qui attirent tous ceux qui sont victimes de toutes les catastrophes du monde !

 

En général, ça commence par une référence hitchcockienne, puis ça continue par une proclamation d’amour pour les animaux, ça continue par une description horrifique de ces oiseaux noirs à l’air méchant qui nous surveillent et qui s’attaquent à tout ce qui nous est cher ( chat, enfant, maison) pour se conclure par un appel à l’aide et une difficile résignation à la nécessité de détruire ces bêtes du diable….

 

Je caricature ? à peine ! Tapez « attaque corbeau » dans un moteur de recherche et vous verrez….

 

En essayant de ne pas prêter de sentiments humains à des animaux dont le comportement a en général des explications rationnelles, nous allons tenter de mettre un peu d’ordre dans ces phénomènes qui existent malgré tout et dont on peut comprendre qu’ils déclenchent la peur ou l’exaspération chez ceux qui en sont victimes… Je ne prétends cependant pas y apporter des solutions qui marchent à tous les coups…  les animaux sauvages restent heureusement en partie imprévisibles !

 

Je crois que ces comportements anxiogènes peuvent se ranger en 4 catégories :

 

à une corneille attaque toutes les personnes qui passent dans une zone restreinte au moment de la reproduction ( avril-juin en général). Le meilleur exemple est cette corneille américaine qui attaque tous ceux qui passent sur un pont de Portland dans l’Oregon. Pour en voir quelques scènes, cliquez sur la photo ci-dessous.

 

corneille-attaque_video.jpg

 

Dans ce cas, il s’agit de la défense du territoire : la corneille a construit son nid dans le secteur et craint que les humains viennent le détruire  (crainte justifiée par de nombreuses expériences de ses ascendants….). Il suffit donc d’éviter le secteur jusqu’à l’envol des jeunes. Parfois le comportement vise des prédateurs éventuels (chat en particulier) et peut durer un peu plus longtemps, jusqu’à ce que les jeunes soient émancipés.

 

à une corneille s’attaque à une personne en particulier et peut même la suivre en dehors de son territoire potentiel. C’est le cas de cette femme du Territoire de Belfort  qui pouvait être légitimement inquiète…. même s’il faut sans doute faire un peu le tri entre ce qui s’est réellement passé et ce qu’elle a cru voir !

lire http://www.leparisien.fr/societe/persecutee-par-une-corneille-13-07-2012-2088785.php

Le plus probable est, comme exposé dans l’article cité, que cet oiseau ait été élevé par une personne qui ressemblait à cette dame et que, l’ayant « reconnue », l’oiseau cherche à la rejoindre et à se poser sur son bras ou son épaule comme le font souvent les corvidés apprivoisés. C’est la peur de cette dame qui transforme cette attitude « gentille » de la corneille en agression insupportable vécue par la dame…  

 

Corneille_florient.jpg

Un de mes anciens élèves avec sur l'épaule une jeune corneille qu'il avait recueillie 

(photo tirée de son blog http://lesoiseaux93.skynetblogs.be/ ..... depuis il a fait des progrès en orthographe ! )

 

D’ailleurs un lecteur de l’histoire de Belfort raconte sur le site du Parisien une histoire intéressante «Il m'était arrivé la même chose avec une pie : elle était méchante, elle m'avait blessé à plusieurs reprises mais un jour j'ai décidé de l’adopter, de la nourrir et surtout d’arrêter de me préoccuper d'elle. Beh depuis 2 ans elle fait partie de la famille, elle va elle vient un cou sur l'épaule ou dans son arbre .. Elle est gentille comme tout… Alors, que c'est-il passé ? Mystère ». En fait de mystère, sans doute une pie apprivoisée qui s’était perdue.Une autre possibilité, heureusement nettement plus rare, est que la corneille ( ou une corneille de sa famille) a été maltraitée  par une personne qui ressemblait à cette dame et qu’elle «  se venge »…. J.M. Marzluff a montré à Seattle qu’une corneille maltraitée peut transmettre à ses enfants sa hargne contre une personne qui l’avait maltraitée !

 

 

à autre possibilité, qui a sans doute inspiré directement le début du film d’Hitchcock : une corneille vient frapper au carreau, voire se jette sur une fenêtre et revient sans cesse à l’attaque : l’interprétation classique est que la corneille voit son reflet dans la vitre et croit y voir un rival sur son propre territoire. Elle fait donc son travail d’oiseau territorial : elle tente de chasser l’intrus et, comme l’intrus reste là, elle n’arrête pas d’attaquer ! Cependant, il m’étonnerait fort que, comme je l’ai lu sur certains forums, elle soit capable de rayer le carreau avec ses griffes et son bec : seul le quartz et le diamant peuvent rayer le verre…. pas la corne qui forme nos ongles et leur bec ! La solution ? Sans doute masquer la fenêtre par un rideau externe, au moins pendant quelques temps.

 

à dernier problème : les corneilles se prennent de passion pour les joints de vos carreaux et passent leur temps à les arracher, ce qui ne vous remplira pas d’aise on s’en doute ! Pour proposer une explication, je traduis la réponse donnée par le Dr. Kevin J. McGowan du laboratoire Cornell d’Ornithologie sur le site  http://www.birds.cornell.edu/crows/crowfaq.htm#wiper . Celui-ci répondait à une question sur des corneilles qui s’attaquaient à des balais d’essuie-glace….

« les corneilles sont très curieuses et il est possible que ce caractère l’ait poussé à explorer les essuie-glace.(…). Les essuie-glace sont exactement le genre d’objets avec lesquels les jeunes corneilles peuvent avoir envie de jouer : souple mais résistant , assez mou pour se plier mais assez solide pour mettre un peu de défi.

 

Corneille-curieuse_red2.jpg

La corneille est vraiment un oiseau très curieux....

Les jeunes corneilles de première ou deuxième année jouent souvent avec des objets non comestibles qui n’intéressent pas les corneilles plus vieilles.De plus, les frères et sœurs s’observent mutuellement et se disputent ces objets (que ce soit une plume, une baguette ou peut-être un balai d’essuie-glace). Il est ainsi possible qu’une jeune corneille ait découvert à quel point les essuie-glace pouvaient être amusants et l’ait « appris » aux autres membres de la famille ». En remplaçant « essuie-glace » par « joint de fenêtre » on ne doit pas être trop loin de l’explication…. La solution ? Notre professeur propose 2 solutions : le harcèlement des corneilles dès qu’elles s’approchent de votre voiture ( resp. votre fenêtre) : elles finiront par vous prendre en grippe et ne pas revenir. L’autre solution, moins fatigante : introduisez un élément de nouveauté autour de votre voiture ( resp. fenêtre) , une guirlande de couleur par exemple… Les corneilles ont horreur de la nouveauté et cela peut suffire à les dégoûter de votre voiture (resp. fenêtre)….. Je serais heureux d’avoir des retours d’expérience !.... ;-)

 

03/01/2013

Et le râle était toujours vivant !....

(Rq liminaire : pour ceux de moins de 50 ans qui ne comprendraient pas d'où vient ce titre, il y a un vieux sketch de Robert Lamoureux dont le leit-motiv était "Et le canard était toujours vivant !..." )

Les habitués de ce blog connaissent déjà l'histoire de ce Râle d'eau qui s'est égaré dans un bar à vin ( facile , mais je ne résiste que rarement à la facilité...) le 30/11 à Belleville. Pour les autres, il suffit d'aller se documenter à l'adresse suivante http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2012/12/0... et de revenir impérativement ici ensuite !

Quelques jours après, un fidèle de ce blog, dont le blaze Chloropus dénote une culture ornithologique certaine, me signalait qu'il avait vu un râle d'eau au parc de Bercy le 7/12 et le 13/12. Puis Martine me le signalait le 25/12... 

Yves Gestraud, dont ce blog utilise si souvent les photos n'a pas manqué d'aller y faire un tour et donc une de ses preières photos de l'année fut celle du Râle de Bercy...

Rale_Bercy2janv13.jpg

Y a même de l'eau dans les poubelles du fond ! ( photo Y.Gestraud)

Pour rester dans le même champ sémantique ( le seul type de champ où rester à Paris...), un Râle d'eau près de la cour St Emilion... étonnant, non ?

En fait, est-ce le même râle que celui du rade de Belleville, on ne le saura jamais... mais j'ai quand même tendance à le croire :  il n'y a eu que 3 observations connues à Paris dans les 20 années précédentes, il y a donc peu de chance que 2 Râles s'arrêtent à Paris en même temps.... mais c'est possible ! Les râles sont des migrateurs nocturnes qui passent n'importe où : un accident météo peut faire se poser plusieurs râles en même temps, à Paris ou ailleurs !

01/01/2013

Ce sont les oiseaux qui vous le disent....;-)

Voeux2013.jpg