06/01/2013

Alerte, les corbeaux attaquent !

 

Voici un titre qui sous une forme ou sous une autre s’est retrouvé dans tous les journaux qui surveillent plus leur chiffre de vente que leur conscience professionnelle… sans parler des forums sur Internet qui attirent tous ceux qui sont victimes de toutes les catastrophes du monde !

 

En général, ça commence par une référence hitchcockienne, puis ça continue par une proclamation d’amour pour les animaux, ça continue par une description horrifique de ces oiseaux noirs à l’air méchant qui nous surveillent et qui s’attaquent à tout ce qui nous est cher ( chat, enfant, maison) pour se conclure par un appel à l’aide et une difficile résignation à la nécessité de détruire ces bêtes du diable….

 

Je caricature ? à peine ! Tapez « attaque corbeau » dans un moteur de recherche et vous verrez….

 

En essayant de ne pas prêter de sentiments humains à des animaux dont le comportement a en général des explications rationnelles, nous allons tenter de mettre un peu d’ordre dans ces phénomènes qui existent malgré tout et dont on peut comprendre qu’ils déclenchent la peur ou l’exaspération chez ceux qui en sont victimes… Je ne prétends cependant pas y apporter des solutions qui marchent à tous les coups…  les animaux sauvages restent heureusement en partie imprévisibles !

 

Je crois que ces comportements anxiogènes peuvent se ranger en 4 catégories :

 

à une corneille attaque toutes les personnes qui passent dans une zone restreinte au moment de la reproduction ( avril-juin en général). Le meilleur exemple est cette corneille américaine qui attaque tous ceux qui passent sur un pont de Portland dans l’Oregon. Pour en voir quelques scènes, cliquez sur la photo ci-dessous.

 

corneille-attaque_video.jpg

 

Dans ce cas, il s’agit de la défense du territoire : la corneille a construit son nid dans le secteur et craint que les humains viennent le détruire  (crainte justifiée par de nombreuses expériences de ses ascendants….). Il suffit donc d’éviter le secteur jusqu’à l’envol des jeunes. Parfois le comportement vise des prédateurs éventuels (chat en particulier) et peut durer un peu plus longtemps, jusqu’à ce que les jeunes soient émancipés.

 

à une corneille s’attaque à une personne en particulier et peut même la suivre en dehors de son territoire potentiel. C’est le cas de cette femme du Territoire de Belfort  qui pouvait être légitimement inquiète…. même s’il faut sans doute faire un peu le tri entre ce qui s’est réellement passé et ce qu’elle a cru voir !

lire http://www.leparisien.fr/societe/persecutee-par-une-corneille-13-07-2012-2088785.php

Le plus probable est, comme exposé dans l’article cité, que cet oiseau ait été élevé par une personne qui ressemblait à cette dame et que, l’ayant « reconnue », l’oiseau cherche à la rejoindre et à se poser sur son bras ou son épaule comme le font souvent les corvidés apprivoisés. C’est la peur de cette dame qui transforme cette attitude « gentille » de la corneille en agression insupportable vécue par la dame…  

 

Corneille_florient.jpg

Un de mes anciens élèves avec sur l'épaule une jeune corneille qu'il avait recueillie 

(photo tirée de son blog http://lesoiseaux93.skynetblogs.be/ ..... depuis il a fait des progrès en orthographe ! )

 

D’ailleurs un lecteur de l’histoire de Belfort raconte sur le site du Parisien une histoire intéressante «Il m'était arrivé la même chose avec une pie : elle était méchante, elle m'avait blessé à plusieurs reprises mais un jour j'ai décidé de l’adopter, de la nourrir et surtout d’arrêter de me préoccuper d'elle. Beh depuis 2 ans elle fait partie de la famille, elle va elle vient un cou sur l'épaule ou dans son arbre .. Elle est gentille comme tout… Alors, que c'est-il passé ? Mystère ». En fait de mystère, sans doute une pie apprivoisée qui s’était perdue.Une autre possibilité, heureusement nettement plus rare, est que la corneille ( ou une corneille de sa famille) a été maltraitée  par une personne qui ressemblait à cette dame et qu’elle «  se venge »…. J.M. Marzluff a montré à Seattle qu’une corneille maltraitée peut transmettre à ses enfants sa hargne contre une personne qui l’avait maltraitée !

 

 

à autre possibilité, qui a sans doute inspiré directement le début du film d’Hitchcock : une corneille vient frapper au carreau, voire se jette sur une fenêtre et revient sans cesse à l’attaque : l’interprétation classique est que la corneille voit son reflet dans la vitre et croit y voir un rival sur son propre territoire. Elle fait donc son travail d’oiseau territorial : elle tente de chasser l’intrus et, comme l’intrus reste là, elle n’arrête pas d’attaquer ! Cependant, il m’étonnerait fort que, comme je l’ai lu sur certains forums, elle soit capable de rayer le carreau avec ses griffes et son bec : seul le quartz et le diamant peuvent rayer le verre…. pas la corne qui forme nos ongles et leur bec ! La solution ? Sans doute masquer la fenêtre par un rideau externe, au moins pendant quelques temps.

 

à dernier problème : les corneilles se prennent de passion pour les joints de vos carreaux et passent leur temps à les arracher, ce qui ne vous remplira pas d’aise on s’en doute ! Pour proposer une explication, je traduis la réponse donnée par le Dr. Kevin J. McGowan du laboratoire Cornell d’Ornithologie sur le site  http://www.birds.cornell.edu/crows/crowfaq.htm#wiper . Celui-ci répondait à une question sur des corneilles qui s’attaquaient à des balais d’essuie-glace….

« les corneilles sont très curieuses et il est possible que ce caractère l’ait poussé à explorer les essuie-glace.(…). Les essuie-glace sont exactement le genre d’objets avec lesquels les jeunes corneilles peuvent avoir envie de jouer : souple mais résistant , assez mou pour se plier mais assez solide pour mettre un peu de défi.

 

Corneille-curieuse_red2.jpg

La corneille est vraiment un oiseau très curieux....

Les jeunes corneilles de première ou deuxième année jouent souvent avec des objets non comestibles qui n’intéressent pas les corneilles plus vieilles.De plus, les frères et sœurs s’observent mutuellement et se disputent ces objets (que ce soit une plume, une baguette ou peut-être un balai d’essuie-glace). Il est ainsi possible qu’une jeune corneille ait découvert à quel point les essuie-glace pouvaient être amusants et l’ait « appris » aux autres membres de la famille ». En remplaçant « essuie-glace » par « joint de fenêtre » on ne doit pas être trop loin de l’explication…. La solution ? Notre professeur propose 2 solutions : le harcèlement des corneilles dès qu’elles s’approchent de votre voiture ( resp. votre fenêtre) : elles finiront par vous prendre en grippe et ne pas revenir. L’autre solution, moins fatigante : introduisez un élément de nouveauté autour de votre voiture ( resp. fenêtre) , une guirlande de couleur par exemple… Les corneilles ont horreur de la nouveauté et cela peut suffire à les dégoûter de votre voiture (resp. fenêtre)….. Je serais heureux d’avoir des retours d’expérience !.... ;-)

 

Commentaires

Bonsoir,

Blog très intéressant ! Je suis tombé dessus suite à une recherche après une attaque de corneille... Cela date de midi, et du coup je suppose que je suis passé un peu trop près de son nid... Pourtant en marchant en plein trottoir. Quand je l'ai regardé et que je l'ai vu me regarder, jamais je n'aurais pensé que 10 secondes plus tard elle serait en train de m'attaquer.

Bref, j'en viens à ma principale inquiétude qui me hante depuis midi... Est-ce dangereux ? Elle est venu en silence par derrière et m'a charcuté le crane, puis est partie... Je saignais un peu. Du coup, étant donné son régime alimentaire, etc... J'ai un petit peu peur. Sauriez-vous m'aider ?

Micka

Écrit par : Mickael | 16/05/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
je suis dans la même situation de Mickael! Hier soir vers 10h une corneille/un corbeaux m'a donné un coup de bec sur la tête.
Je l'ai revu ce matin en allant au travail a 50 metres de l'attaque et heureusement j'etais avec quelqu'un parce que sinon j'aurais flippé!!
Tout ça en plaine Paris!!

J'imagine qu'il faudra que j'y fasse l'habitude...

Écrit par : Mimì | 24/05/2013

Répondre à ce commentaire

C'est effectivement la période la plus risquée : les jeunes corneilles sont sur le point de s'envoler ( j'en ai trouvée une à terre ce matin à la Villette, sortie trop tôt du nid ) et les parents sont donc sur les nerfs.... à nous d'être sur nos gardes !

Écrit par : Frédéric Malher | 24/05/2013

Répondre à ce commentaire

Connaissez vous Joshua Klein, un étasunien qui souhaite réhabiliter les corvidés en les rendant utiles à l'homme ? Pour le trouver, tapez "crowbox". Et si vous êtes sceptique, visionnez le docu passé récemment (sur Arte je crois) : "les corbeaux ont-ils des cervelles d'oiseaux".

Bon, je retourne à mes recherches : j'ai récupéré une corneille baguée qui aurait agressé, avec deux congénères non bagués) des enfants dans une cour d'école (tapez : corbeau, mouchonnière, seclin) il y a quelques jours. Deux d'entre-elles ont été capturées dont la baguée. Elles était promise à l'exécution mais j'ai réussi à les y soustraire. Provisoirement ? Appartient-elle à un particulier ? Fait elle l'objet d'un suivi scientifique ?

Écrit par : Christophe Vieren | 29/05/2013

Répondre à ce commentaire

Même si , contrairement à ce qui est écrit dans le journal local, il est tout à fait possible de faire un suivi d'un oiseau classé "nuisible" ( quel terme stupide...), le plus probable est un oiseau apprivoisé qui cherche à se rapprocher des enfants car il y en avait dans la famille qui l'hébergeait... Les 2 corneilles du secteur n'apprécient pas sa présence et font des maneuvres d'intimidation... qui effraient surtout les humains !

Écrit par : Frédéric Malher | 29/05/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai entre temps relevé ce qui est mentionné sur la bague : il s'agit d'une bague du MNHN de Paris. J'ai suivi leur recommandations pour leur apporter les informations relatives à cette capture.
J'ai également pris contact avec le Centre de Sauvegarde de la Faune sauvage qui me dira que faire de ces deux volatiles, qui semblent en bonne santé. Le piégeage de la 3e a été abandonné suite aux nombreuses réactions de protestations des Seclinois et lecteur du Journal. Arrrrh, Hitchcock aurait mieux fait de rester couché ce jour là !

Comme vous dites : "nuisible" quel terme stupide. Il me semble que les corvidés (geai des chênes, pie bavarde, corneille noire et corbeau freux) ne soient nuisibles qu'en France, pays de chasse et d'agriculture conventionnelle (doux euphémisme) réputé. Quel hasard !
En tout cas pas trouvé de listes de corvidés nuisibles sur des sites web francophones, et en tout cas pas en Belgique, à 15 km d'ici ! Etrange.

Écrit par : Christophe Vieren | 29/05/2013

Répondre à ce commentaire

Mon hypothèse était donc fausse et on retombe sur l'hypothèse la plus logique à cette date : les jeunes sont sur le point de s'envoler ou volent mal et les parents sont "sur les dents" pour protéger leur progéniture...

Écrit par : Frédéric Malher | 29/05/2013

Répondre à ce commentaire

En tout cas c'était bien ça, elle a effectivement retenté de m'attaquer, mais cette fois j'étais sur mes gardes, et elle a également essayé de s'attaquer à 2 autres personnes dans la rue.
Et puis depuis quelques jours, elle ne garde plus son territoire, les petits ont du prendre leur envol :)

Écrit par : Mickael | 08/06/2013

Répondre à ce commentaire

Dans le nid qui est sous ma fenetre, un des 3 jeunes est déjà envolé et les 2 autres s'entrainent à battre des ailes... c'est sans doute pour demain !

Écrit par : Frédéric Malher | 08/06/2013

Répondre à ce commentaire

Toujours l'exagération délirante. Je n'ai aucun problème avec des corbeaux auxquels j'envoie alternativement un gateau ou un morceau de fromage. Il s'agit d'un couple, pacifique, présent tous les matins. Ils lancent quelques croassements pour appeler si j'oublie. C'est plutôt sympa. (au printemps, un seul des deux vient et emporte au nid ce que j'envoie - j'envoie un peu plus dans ce cas).

Écrit par : lelievre | 05/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je souhaite apporter mon témoignage.
Chaque année, j'effectue mon footing assez tôt le matin dans le Bois de Boulogne fin mai-début juin.
En 2012, j'ai été attaqué par un corbeau/grosse corneille qui m'a bien entamé le cuir chevelu.
Ce matin 26/05/14, exactement au même endroit, même scénario. Puis quelques kilomètres plus loin, un autre corbeau a tenté la même chose mais lors de l'attaque, je l'ai entendu croasser et donc ai pu l'éviter. Il a ensuite tenté une autre attaque que j'ai encore esquivé. Je retiens votre hypothèse de la proximité d'un ou plusieurs nids vu la quantité importante de corbeaux dans cet endroit du parc.
Par ailleurs, autre expérience : l'année dernière, lors de sa séance de jogging quotidien, ma fille a été attaqué par une buse en pleine campagne. Vu l'envergure de l'animal, cela lui a laissé une forte impression.

Écrit par : Denis | 26/05/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Vous trouverez ci-joint mon témoignage. Si vous avez la solution à mon problème, je serai ravie !!
Ma maison et mes voitures subissent les attaques d'un corbeau.
L'animal a d'abord commencé par les carreaux de la maison, tous les matins vers 6h.
Nous avons disposé des post-it sur les fenêtres, ce stratagème nous a permis de dormir tranquille.
Cependant, une semaine après, notre ami le corbeau a commencé a attaqué nos voitures, essuies glace, carrosserie, vitres, retro…
Nous avons disposé des couvertures, l’animal attaque les zones non protégées….nous avons déplacés les voitures de l’autre côté de la maison, le corbeau les retrouve !
Nous avons déjà changé 2 fois les essuies glace sur chacune des voitures. Les carrosseries sont bien rayées (le corbeau donne des coups de bec)…
Nous ne savons plus quoi faire…Avez-vous une solution ?

Je vous remercie

Caroline

Écrit par : Caroline | 27/05/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour vos deux témoignages. Je n'ai aucune solution à proposer pour la voiture sinon la recouvrir complètement : il semble que certaines corneilles aient trouvé comme nouveau jeu de s'attaquer aux essuie-glace, sans suite à la réaction de l'oiseau à des reflets sur le pare-brise... Pour le témoignage de Denis, cela pose quand même la question : le footing est-il un "facteur aggravant" dans la réaction de la corneille ou de la buse : le bouvement sautillant de la tête évoque-t-il aux oiseaux un prédateur particulier (fouine ou martre par exemple ou le vol d'un épervier) ? Je n'en ai pas la moindre idée mais je trouve qu'il y a plus de joggers attaqués que de promeneurs...

Écrit par : Frédéric Malher | 27/05/2014

Répondre à ce commentaire

lundi dernier je profitais du soleil sur mon balcon, quand un corneille se pose sur la rambarde, regard effrayant et cris strident, j'étais assis et donc ma tete à hauteur de la rambarde, j'ai bien cru qu'il allait me sauter dessu. Depuis chaque fois, que je vais balcon, ils croasent et arrivent de trés loin. Ils se sont passés le mot, car maintenant j'en vois 5 ou 6 qui volent au-dessu de moi, j'ai peur qu'ils me repèrent dans la rue et m'attaquent. J'habite Paris, pas loin de l'hopital Necker. J'ai pensé acheter un pointeur laser pour les effrayer, est ce légal.

Écrit par : andria | 28/05/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
dans ce cas on dirait quand même que votre crainte des corneilles est pour beaucoup dans votre description. Il ne semble pas que l'oiseau vous ait attaqué, c'est vous qui avez eu peur qu"il vous attaque ! Le cri de la corneille n'est jamais mélodieux, même dans les circonstances où elle ne compte attaquer personne. Il n'est pas impossible que les 5-6 que vous avez vus soient la famille qui vient de sortir du nid et qui tourne dans le secteur. Une fois la famille dispersée (ce qui arrive très vite) il n'y a a plus de raison qu'elles vous importunent...

Écrit par : Frédéric Malher | 31/05/2014

Répondre à ce commentaire

Ce vendredi 30 mai 2014, je viens de faire un beau tour cyclo touriste à l'ouest d'Anvers, dans les fietsrouten entre Terneusen et Philippines. J'ai 52 ans : heureusement j'avais mon casque de cyclo ; je pédalais sur un sentier bétoné à du 32 kms heure, les champs marécageux à ma gauche et une rangée d'arbres à ma droite ; soudainement je reçois un coup violent sur le casque. Je n'ai rien vu venir. J'ai fait un demi tour en j'entendais un vacarme dans un arbre. De peur, j'ai repris ma route. Un point me faisait mal sur ma tête ; tout en roulant , je posai un doigt dans le trou d'aération du casque, proche de la douleur ; ce doigt me revent plein de sang ! Le casque avait une griffe équivalente à celle de mon crâne. Je n'ai pas vu la bête ! Sans casque, vu le choc, j'aurais dû appeler l'ambulance.... (buse, corneille, vanneaux ou autre ?)

Écrit par : pol | 03/06/2014

Répondre à ce commentaire

32 km/h, jolie vitesse ! Etant moi-même cycliste, je reconnais ne pas souvent atteindre cette vitesse en terrain plat ! Il semblerait que vous ayez été attaqué par une corneille (un vanneau ne pourrait faire de tels dégats et une buse n'aurait sans doute pas fait de tapage dans la haie boisée). On est toujours à la période de l'envol des jeunes et je suis de plus en plus persuadé que la casquette ou le casque d'un cycliste, vu son mouvement assez rapide et rectiligne, peut être interprétée par la corneille comme une attaque de rapaces... En tout cas c'est une hypothèse que je suggère pour expliquer le nombre de cas où les cyclistes sont attaqués...

Écrit par : Frédéric Malher | 09/06/2014

Répondre à ce commentaire

hello,

je souhaiterais vous partager une petite histoire que j'ai vecu aujourd'hui avec des corbeaux, et aimerais connaitre votre avis svp.
je me promenais seul dans un parc, et ai vu des corbeaux chercher de la nourriture a meme le sol. du coup je suis parti acheter du pain et suis revenu pour leur donner.
il n'y avait personne autour de moi, juste un corbeau. je lui ai envoye du pain, et il s'est envole, et il a lance une sorte de cri et plein de corbeaux sont arrives a ce moment la. ils volaient autour de moi, c'etait tres inquietant. puis ils se sont tous poses autour de moi, me regardant. j'ai alors envoye un morceau et ont commence a manger. ils avaient peur des mouvements brusques mais ont commence a comprendre la maniere dont je leur envoyais. il devait y avoir une 20taine de corbeaux, voir meme beaucoup plus. puis, ils ont commence a croasser, et se sont tous eparpilles autour de moi mais a une vingtaine de metres, a 360 degres. je les voyais toujours a me regarder, et d'autres croassements puis ils se sont tous envoles a plus de 50 metres, tous se poser sur un arbre, sauf 2 qui etaient restes derriere moi perches. c'etait etrange, car je savais que tous n'avaient pas mange et qu'ils voulaient du pain mais ce signal leur a commander de partir, c'etait fascinant.
quand je suis parti les deux corbeaux derriere moi sont descendus et ont mange les restes au sol, en croassant en poussant les pigeons qui allaient manger les restes.
j'ai adore cette experience, ils sont tres intelligents ! si vous avez des conseils, avis merci de les partager svp !

Écrit par : Jean-Paul | 14/03/2015

Répondre à ce commentaire

Témoignage intéressant ! Il n'est pas impossible que les deux corneilles qui sont restées sur place forment le couple "titulaire" du territoire alors que les autres font clairement partie d'un groupe itinérant de non-nicheurs comme on en voit dans tous les parcs parisiens. En général, les oiseaux de passage n'insistent pas quand les propriétaires rappellent leurs droits de propriété et s'en vont sans faire d'histoire...
Votre observation s'est déroulée à Paris ?

Écrit par : Frédéric Malher | 15/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.