15/12/2012

On a besoin de vous !....

Grâce aux nombreux commentaires ( 118 !) que continue à m’attirer un billet écrit il y a 5 ans sur le sujet http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2007/09/15/un-peu-d-exotisme-en-ville.html , je sais que beaucoup de personnes sont étonnées de découvrir des perruches dans leur jardin et les deux questions qui viennent le plus souvent sont : « D’où viennent-elles ? », et « Comment font-elles pour survivre en hiver ? ».

Je résume rapidement les réponses à ces deux questions :

- elles sont originaires semble-t-il d’Asie ( il y a aussi une sous-espèce africaine), arrivées en Europe en avion pour être vendues en animalerie. Mais à l’occasion des contrôles sous douane dans les aéroports, certaines de ces perruches réputées pour savoir s’évader ( « Houdini parakeet » est leur surnom anglo-saxon…) se sont échappées et ont réussi à se reproduire naturellement. Leurs descendants reviennent dormir près du lieu d’évasion de leurs ancêtres : Roissy-CdG et Orly !

 

Perruche-Pic vert1 Gestraud 070210.jpg

Photo prise par Yves Gestraud dans le 13ème arrdt parisien

- les oiseaux résistent en général assez bien à l’hiver s’ils trouvent de quoi se nourrir en suffisance. Les perruches se nourrissent aisément de fruits divers (en particulier exotiques, cf. la photo d’une perruche en train de déguster un fruit de Catalpa ) et des boules de graisse aux mangeoires. Il faut cependant noter que l’espèce semble avoir du mal à s’installer dans le centre et le nord de l’Europe (mais on en trouve beaucoup à Bruxelles, Londres, Amsterdam, Cologne)

Mais il reste des tas de questions à élucider sur cette espèce et son implantation dans les villes européennes… d’où l’appel ci-dessous ( cliquer sur l’image pour la lire correctement…)

 

Perruches_CP_Clergeau.jpg

12/12/2012

Alors, on joue ?...

 

Dans un billet récent sur le jeu chez les corneilles, je citais une vidéo qui a fait le tour du Monde comme exemple de jeu de glisse sur neige chez la corneille mantelée, qui en plus utiliserait un outil pour jouer. Je me suis fait aimablement reprendre par Michel Réglade qui m’a fait remarquer qu’il n’était pas évident que l’oiseau jouait avec cet objet en plastique : on pouvait penser plutôt qu’il cherchait à le picorer, voire à en arracher des lambeaux et que la glissade n’aurait été qu’une conséquence involontaire de ces tentatives à visée utilitaire, même si cette visée nous échappe un peu….

En commentaire à ce papier, j’ai reçu un lien pour une autre vidéo où on voyait 2 corneilles mantelées harcelant un chat comme par jeu…  ce qui ouvrait la voie à un combat féroce entre ce chat et un autre (« propriétaire » des lieux ?). Là aussi, on pouvait penser spontanément à un jeu des 2 corneilles mais un lecteur de ce blog s’est souvenu avoir vu ce genre de comportement chez une corneille domestiquée et pariait donc que ces 2 corneilles avaient été elles-aussi domestiquées….

 

Du coup, y a-t-il des preuves défintives de jeu chez les corneilles ?

Pour le grand spécialiste américains des corvidés JM Marzluff, cela ne pose aucun problème : oui les corneilles jouent ! ( voir la traduction d’un extrait de son livre In the company of CROWS and RAVENS  J.M.Marzluff and T.Angell.(2005) sur un autre chapitre de mes blogs http://lesoiseauxenville-biblio.skynetblogs.be/archive/2008/01/22/le-jeu-chez-les-corneilles.html ).

 

Pour les comportements décrits dans le billet précédent, le lâcher d’objet suivi d’une récupération en vol me semble assez indubitablement un jeu, comme le fait de s’agripper par les pattes la tête en bas à une branche avant de se laisser tomber. Il en est sûrement  de même pour cette vidéo d’une corneille mantelée ( encore !...) jouant avec un gobelet en plastique http://www.youtube.com/watch?v=ThK2tg-skso

Corneille mantelée en vol Istanbul.JPG

De sous-espèce de la Corneille noire, la Corneille mantelée a acquis récemment le grade d'espèce à part entière

 

Il ne semble pas y avoir de doute non plus pour ces corneilles qui jouent dans le vent, et même peut-être avec le drapeau…. http://www.youtube.com/watch?v=8JC9Aj34P4w

 

Mais pour revenir à la neige : les corvidés se roulent-ils ou glissent-ils par jeu dans la neige ?

Dans cette vidéo de Grand corbeau cela ne semble faire aucun doute : http://www.youtube.com/watch?v=gjgpenWavO8

Sur celle-ci en revanche, c’est nettement moins évident ….http://www.youtube.com/watch?v=LpsDWFei9Z4  J’ai plutôt l'impression d’un bain de neige que le Grand corbeau fait sur un toit peut-être parce que la neige y est intacte alors qu’au sol elle est piétinée ( c’est filmé au parc de Yellowstone…). Les glissades ne seraient qu’une conséquence involontaire de la pente…  d’ailleurs il ne roule pas sur le dos comme le précédent. Ce bain de neige se retrouve aussi chez des corneilles et peut se faire à plat, ce qui ne provoque donc pas de glissade. Voici des corneilles mantelées prenant de tels bains de neige, comme d’autres oiseaux prennent des bains de poussière ou d’eau…. http://www.youtube.com/watch?v=gocbriy08QA (vous avez le droit de couper le son !.... ;-)

 

Corneille mantelée profil Istanbul-red.jpg

 

On peut imaginer que le bain de neige qui est une pratique ayant sans doute une utilité, et qui n’est donc pas un jeu, a provoqué dans certains cas des chutes ou des glissades et que certains corvidés ont trouvé ça « drôle », les poussant à reproduire ensuite ce genre de situation just for fun !

 

Mais en tout cas, la leçon à retenir des 2 commentaires que j’ai reçus, c’est que quand  un comportement ressemble beaucoup à un comportement humain, il faut se méfier de l’interprétation « humaine » et y regarder à 2 fois….. ce qui ne veut pas dire qu’elle est fausse !… ;-)

Pour terminer sur un sourire, faîtes jouer vos neurones sur cette vidéo : jeu ? pas jeu?..... http://www.youtube.com/watch?v=l2TKSZDWqIA  

 

09/12/2012

Le râle du rade.... (suite)

 J’ai obtenu, grâce à P.J.Dubois, quelques précisions sur ce fameux Râle d’eau qui est venu passer la journée du 30/11 au bistrot… à qui on peut faire un peu de pub : après tout ce n’est pas si fréquent un bistrot aussi accueillant aux oiseaux ! C’est "Le Métro", angle rue J-Pierre Timbaut/bd de Belleville, devant le métro Couronnes.
 Valérie Guidoux raconte : « Je sais seulement qu'il est entré le matin tôt et qu'il a passé la journée au café perché sur le pot (…), ou déambulant tranquillement sur le dossier de banquette voisin, le long de la vitrine du café. Il était très calme et pas farouche. »

 

Rale d'eau_Belleville_Valérie_Guidoux_bis-red.jpg

photo V.Guidoux 30/11/12

Je rappelle que l’oiseau a passé la nuit à l’abri et à été relâché le lendemain au jardin de la Réunion, juste à côté du cimetière du Père-Lachaise.
Elément nouveau : un lecteur de ce blog ( « Chloropus ») me signale avoir vu un Râle d’eau dans la « roselière » du parc de Bercy le 7/12. Serait-ce le même qui aurait décidé de rester à Paris pour l’hiver ?.... à suivre !
Il m’est aussi revenu une info qu’O.Laporte m’avait transmise mi-novembre : un Râle d’eau avait été photographié à Dunkerque par Hubert Pottiau le 7/11 de cette année : il s’installait sur un buisson pour y passer la nuit….

 

Rale d'eau_Dunkerque_HubertPottiau7nov12.jpg

photo Hubert Pottiau Dunkerque 7/11/12

….. l’image GoogleMaps nous montre que c’est bien un site urbain aussi !

 

Rale_obsDunkerque.jpg

 

02/12/2012

Un Râle d'eau au rade du coin !

Ca y est, j’ai trouvé une excuse pour faire la tournée des bistrots : vérifier qu’un oiseau ne s’y est pas réfugié !

 

Vendredi dernier ( 30/11/12), un Râle d’eau s’est en effet réfugié dans un bar du quartier Belleville (20è) ! La photo  prise par Valérie Guidoux) montre l’oiseau qui s’est mis dans un coin, sans doute complètement paniqué ! Après une nuit tranquille, il a été libéré le lendemain matin au Jardin de la Réunion près du Père-Lachaise….

 

Rale d'eau_Belleville_Valérie_Guidoux.jpg

 

L’espèce est très rarement vue dans Paris : pour les 20 dernières années, je n’ai retrouvé que 3 observations : 2 en octobre 2004 en 2 endroits du 19ème arrondissement et un en octobre 1999 dans le 18ème arrondissement….. à croire que les quartiers populaires du nord de Paris sont préférés par les râles ! En tout cas, ces 4 oiseaux étaient en migration post-nuptiale.

Mais que faisait donc ce râle d’eau dans un rade parisien ? C’est une espèce qui migre la nuit : l’oiseau aura été désorienté par les lumières des villes ( la pollution lumineuse n’est pas un vain mot !....) et ,fatigué, il va se poser n’importe où… la preuve !

Une autre espèce est également trouvée à Paris dans les mêmes circonstances, mais plus régulièrement, en fait chaque année : il s’agit de la Bécasse des bois qui migre aussi de nuit et qui se réfugie souvent dans une cour d’immeuble (encore un cas la semaine dernière à Paris), malheureusement souvent à la suite d’un choc contre un carreau. Si on en trouve une qui ne peut être relâchée après un peu de repos dans une boîte en carton, on peut toujours l’apporter à l’Ecole Vétérinaire de M-Alfort mais, si l’extrémité du bec est cassée - ce qui n’est hélas pas rare - elle sera euthanasiée car elle ne pourra jamais plus se nourrir. D’autres sont trouvées plus rapidement par un rapace et on ne trouvera alors qu’une ceinture scapulaire avec les ailes !

 

Becasse 1a BNF 230210recolor-red.jpg

Celle-ci s'était posée dans la "forêt" de la BNF ....

 

Pour la petite histoire, j’avais déjà cité le cas de ce jeune Grand-Duc de la ville de Luxembourg qui avait été retrouvé dans un bistrot de la ville basse : l’espèce niche en effet dans la falaise qui coupe la ville en deux et, comme c’est fréquent chez les rapaces nocturnes, le jeune était sorti du nid un peu trop tôt et avait été retrouvé sur la route en dessous.

 

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2011/03/15/noctambules-ailes-en-ville.html

 

 Quand je vous disais qu’il faut faire la tournée des bistrots !

Bon, ben je vais aller boire un coup…..mais c’est juste pour la bonne santé de l’ornithologie parisienne !