02/12/2012

Un Râle d'eau au rade du coin !

Ca y est, j’ai trouvé une excuse pour faire la tournée des bistrots : vérifier qu’un oiseau ne s’y est pas réfugié !

 

Vendredi dernier ( 30/11/12), un Râle d’eau s’est en effet réfugié dans un bar du quartier Belleville (20è) ! La photo  prise par Valérie Guidoux) montre l’oiseau qui s’est mis dans un coin, sans doute complètement paniqué ! Après une nuit tranquille, il a été libéré le lendemain matin au Jardin de la Réunion près du Père-Lachaise….

 

Rale d'eau_Belleville_Valérie_Guidoux.jpg

 

L’espèce est très rarement vue dans Paris : pour les 20 dernières années, je n’ai retrouvé que 3 observations : 2 en octobre 2004 en 2 endroits du 19ème arrondissement et un en octobre 1999 dans le 18ème arrondissement….. à croire que les quartiers populaires du nord de Paris sont préférés par les râles ! En tout cas, ces 4 oiseaux étaient en migration post-nuptiale.

Mais que faisait donc ce râle d’eau dans un rade parisien ? C’est une espèce qui migre la nuit : l’oiseau aura été désorienté par les lumières des villes ( la pollution lumineuse n’est pas un vain mot !....) et ,fatigué, il va se poser n’importe où… la preuve !

Une autre espèce est également trouvée à Paris dans les mêmes circonstances, mais plus régulièrement, en fait chaque année : il s’agit de la Bécasse des bois qui migre aussi de nuit et qui se réfugie souvent dans une cour d’immeuble (encore un cas la semaine dernière à Paris), malheureusement souvent à la suite d’un choc contre un carreau. Si on en trouve une qui ne peut être relâchée après un peu de repos dans une boîte en carton, on peut toujours l’apporter à l’Ecole Vétérinaire de M-Alfort mais, si l’extrémité du bec est cassée - ce qui n’est hélas pas rare - elle sera euthanasiée car elle ne pourra jamais plus se nourrir. D’autres sont trouvées plus rapidement par un rapace et on ne trouvera alors qu’une ceinture scapulaire avec les ailes !

 

Becasse 1a BNF 230210recolor-red.jpg

Celle-ci s'était posée dans la "forêt" de la BNF ....

 

Pour la petite histoire, j’avais déjà cité le cas de ce jeune Grand-Duc de la ville de Luxembourg qui avait été retrouvé dans un bistrot de la ville basse : l’espèce niche en effet dans la falaise qui coupe la ville en deux et, comme c’est fréquent chez les rapaces nocturnes, le jeune était sorti du nid un peu trop tôt et avait été retrouvé sur la route en dessous.

 

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2011/03/15/noctambules-ailes-en-ville.html

 

 Quand je vous disais qu’il faut faire la tournée des bistrots !

Bon, ben je vais aller boire un coup…..mais c’est juste pour la bonne santé de l’ornithologie parisienne !

 

Commentaires

Et bien " A la tienne ! " Si c'est pour l'orn'hips thologie parisienne...

Écrit par : Ticho | 03/12/2012

Répondre à ce commentaire

On ne voit donc pas que des éléphants roses dans les bars... :-)

Se pourrait-il qu'il s'agisse du même râle que j'ai vu dans les roselières de Bercy ce vendredi 7 décembre (et sans doute le mardi précédent très furtivement) ? Je suis formel : il ne s'agissait pas d'une des 19 poules d'eau qui aurait entrepris un régime !

Et bravo pour votre blog très instructif et divertissant, Frédéric !

Écrit par : Chloropus | 08/12/2012

Répondre à ce commentaire

Pas impossible : l'oiseau ayant été relâché au jardin de la Réunion près du Père-Lachaise, il a pu rester dans Paris.
Pourriez-vous me contacter en privé pour me donner qq détails sur votre obs de Bercy ( onglet "me contacter" dans la colonne de gauche ) ?
Merci
Frédéric Malher

Écrit par : Frédéric Malher | 08/12/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour
Un râle d'eau a élu domicile ce matin sur ma terrasse visiblement il ne repart pas. Que dois je faire ?
Appelez moi
Cyril 0626208921
Paris 18 eme

Écrit par : CATELAIN | 02/04/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.