15/11/2012

Là, j'me la pète !

Demain soir, je suis à Constantine et samedi 14h30, je parle au 2ème Colloque International d'Ornithologie Algérienne à Oum el Bouaghi...

Le colloque est retransmis en direct sur le site de l'Université Larbi Ben M'hidi à l'adresse http://www.univ-oeb.dz/ : il suffit de cliquer sur le lien entouré sur la capture d'écran pour me voir ( ?) et m'entendre.... moi et plein d'autres intervenants passionnants!

 

Oum el Bouaghi_lien.jpg

Mon sujet ? " L'ornithologie urbaine en milieu steppo-désertique"...... cherchez Oum el Bouaghi sur une carte et vous comprendrez pourquoi !...;-) 

 

 

10/11/2012

Les corneilles joueuses

« Comportement étonnant d'une corneille noire cet après midi à Nancy.
J'aperçois une corneille qui pique ailes repliés puis elle redresse. Rien d'exceptionnel mais aussitôt elle repique et cette fois je distingue un petit point noir en chute que j'avais surement loupé
auparavant et que la corneille récupère avec son bec juste avant de redresser. Elle recommence de nouveau ce manège une dernière fois puisqu'elle est déjà proche du sol. Je me suis dit qu'elle allait
laisser sa pitance de fracasser au sol...mais non...ou plus tard ? Ou ailleurs ? Ou un jeu ? »

 

C’est le message qu’envoyait Patrick Behr la semaine dernière sur Obslorraine et Ornitho urbaine, 2 listes de diffusion ornithologiques .

 

Oui, la corneille peut jouer ! Une des plus belles illustrations est visible sur cette vidéo tournée, je crois, en Russie https://www.youtube.com/watch?v=dR0Ptvpw66E  . Il s’agit d’une autre (sous-)espèce : la Corneille mantelée, mais c’est vraiment la même chose…. En plus elle utilise un « outil » pour jouer !

J’y ai repensé ce matin en me promenant au parc des Buttes-Chaumont où j’ai pu voir (et photographier) un autre type de jeu : je m’accroche à une branche ….

 

Corneille_jeu-rognée1red.jpg

 

…… et je me laisse tomber !.... Hou, ça fait bizarre dans le ventre !.... ;-)

 

Corneille_jeu-rognée2red.jpg

 

Il y avait aussi des corneilles qui récoltaient les noix d’Amérique, plutôt pour les cacher que pour les casser. Mais je suis persuadé qu’au moins certaines en profitaient pour jouer un peu avec cette grosse bille, en la faisant rouler plutôt que de la saisir tout de suite

 

Corneille_noix-red.jpg

 

Celle-ci, toute fière d’avoir réussi à saisir la noix, se perche avec sa trouvaille mais va revenir sur le goudron pour essayer de la saisir de nouveau… 

 

corneille_noix1-red.jpg

 

En tout cas, quand elle a l’impression qu’un importun veut essayer de lui prendre son jouet, elle ne met pas de temps à s’en saisir et s’envoler avec !

 

Corneille-enfant_red.jpg

 

 Les corneilles sont toujours des oiseaux passionnants à observer !

 

02/11/2012

Un hôte exceptionnel de passage à Paris !

Même si ce blog n’est pas un blog participatif ( je suis un horrible égoïste….), il m’arrive d’utiliser des observations ou des photos de certains de mes lecteurs. Je vais une fois de plus céder à la facilité…. mais c’est pour une observation quasi exceptionnelle !

Dimanche dernier 28/10, Hugues Randriam (merci à lui pour son récit et ses photos !) se promenait au Jardin des Plantes et il a vu un oiseau bizarre, perché sur un platane qui se faisait houspiller par des corneilles.

 

Moyen-Duc MNHN HRandriam1red.jpg

 

Oui ! Il s’agit bien d’un Hibou moyen-duc faisant sans doute une pause au cours de sa migration automnale !

 

Moyen-Duc MNHN HRandriam2red.jpg

 

Les corneilles en arrivaient à lui laisser tomber des brindilles sur la tête ! En ville les rapaces nocturnes sont souvent dénoncés aux oreilles des ornithologues par les cris des corvidés ( le Geai est un grand spécialiste pour débusquer les hulottes !)

 

Moyen-Duc MNHN HRandriam3red.jpg

 

L’évènement est rarissime dans Paris…. mais pas unique ! Depuis 1950, il n’a été observé qu’une fois au 20ème s. ( en 1993) mais au 21ème siècle, il y a eu quelques observations : en 2006 en face des fenêtres du Muséum (!), en 2008 sur un toit du 9ème arrdt,  en 2010 au sq du Temple et  aux Tuileries.

Pour la phénologie, elle va être délicate à établir avec si peu de données, en plus bien dispersées : janvier, avril, mai et 2 fois en octobre pour le 21è s. Si on y ajoute le mois de novembre pour 1993, on note une légère prédominance de la migration automnale….. ;-)

Dans le chapitre des coïncidences, on peut signaler qu'un Hibou des marais avait été observé au même endroit au début du mois ! A quand le Grand-duc ?....;-)