01/02/2012

Apprendre les chants : Grive musicienne et étourneau

 

Cette fois encore, le calendrier de cette année m’a pris de vitesse et vous avez pu déjà entendre nos deux vedettes du jour produire leurs premiers chants : cette année, la Grive musicienne a été notée en train de chanter dans Paris dès le 8 janvier !

 

Voici deux oiseaux qu’on peut confondre parfois avec un merle : avec la femelle pour la grive et avec le mâle pour l’étourneau ! …. et pourtant si on regarde un peu il y a de nettes différences.

Grive musicienne Vincennes 130609 rognée.jpg

Cette grive animait de son chant le bois de Vincennes

De la merlette, la grive a le dos brun, même s’il est un peu plus clair ; mais surtout, elle est plus petite et a la poitrine marquée de taches brunes sur un fond blanc (alors que la merlette ou le jeune merle ont une poitrine brune , avec éventuellement des taches brun sombre ). Comme le merle elle se nourrit souvent au sol, dans les pelouses par exemple, et chante sur une branche assez élevée. Son chant correspond à un de mes plus vieux souvenirs d’ornithologue débutant : c’est mon grand-père qui, sur un chemin de la Sarthe, m’a appris à reconnaître son chant : « Philipp’ Philipp’… didouît- didouît ». Evidemment la transcription est celle de mon grand-père et vous avez le droit d’entendre autre chose…  mais la répétition de deux notes claires et sonores suivies de la répétition de deux motifs plus  confus et souvent plus graves  est assez caractéristique de l’espèce (sa cousine la Grive draine ne répète pas son motif). Vous pouvez vous faire votre idée par vous-même ! http://www.corif.net/site/chantsidf/chantsidf11.htm

 

 

 

Il arrive assez souvent à la Grive musicienne de faire des improvisations, mais que dire de l’Etourneau sansonnet, un imitateur né !

 

Son plumage au printemps est suffisamment sombre avec un bec vaguement jaune pour faire penser au merle mais regardez mieux : son plumage est irisé de reflets multicolores et tacheté de blanc. Son bec est plus long et fin et surtout, il marche (ou court) sur les pelouses, il ne sautille pas ! Décidément non, on ne doit pas le confondre avec le merle !

 

Etourneau_nid_Marais red.jpg

Les trous d'aération sont parfois bien utiles pour nicher...

Comment décrire le chant d’un imitateur ? On peut tout trouver dans son chant : Loriot ou Martinet (effet garanti en plein hiver !), grincement de porte, parfois même aboiement ou sonneries diverses, le tout intégré à une suite ininterrompue de gazouillis plus ou moins grinçants, accompagné par des mouvements spasmodiques des ailes qui scandent son chant. Dire que c’est très beau serait un peu exagéré !....

 

Vous pouvez l’entendre en cliquant sur le même lien, c’est l’image juste en dessous de la Grive musicienne… profitez-en pour réviser le merle, il est juste à côté !

 

Les commentaires sont fermés.