11/10/2011

Un matin aux Buttes-Chaumont

 

Ce matin 11/10, je suis allé avant le lever du jour aux Buttes-Chaumont pour suivre l’éveil de l’avifaune et les mouvements migratoires et pendulaires des oiseaux en ce début d’automne. Le temps était très doux (15°C !), couvert avec un vent modéré d’ouest.

J’arrive au parc au moment précis où les merles s’éveillent (7h30) : il fait encore presque nuit mais ça « tac-tac » de tous les côtés. Il y en a même un qui chante un peu… une petite note printanière !  Les premiers cris de Corneilles se font entendre aussi dans le jour qui point. Le temps de faire le tour du lac pour vérifier qu’il n’y avait pas de mouettes et je monte l’escalier qui mène à mon point d’observation. De là, je domine le Temple de Vénus, haut-lieu du parc, et surtout tout le nord de Paris et la banlieue nord-ouest.

B-Chaumont paysage red.jpg

Le jour commence à paraître, les merles se taisent (tous en même temps, comme ils avaient commencé 10mn plus tôt…). Seuls quelques rougegorges et troglodytes chantent encore un peu. Je suis là pour essayer d’assister au passage migratoire : avec le vent contraire (vent d’ouest pour une migration principalement vers le SW), je peux espérer que les oiseaux passent assez bas pour être vus… mais le petit matin est plutôt le domaine des « pendulaires », oiseaux qui font un aller-retour quotidien entre leur dortoir et leur lieu de nourrissage. C’est principalement le cas du Pigeon ramier qui dort dans les parcs parisiens et va se nourrir dans les champs de la grande banlieue (au-delà du Bourget et jusque dans l’Oise pour le secteur que je « couvre »).

Ramier vol.JPG

Aujourd’hui, je compterai  environ 400 ramiers quittant Paris en 1h20 ( le 2 octobre, j’en avais compté plus de 450 en moins d’une heure…). Le premier est passé à 7h55 et le gros du passage se fait dans l’heure qui suit le lever du soleil. Ils peuvent partir à l’unité ou à quelques-uns, mais j’ai vu aussi un groupe de plus de 50 individus…

Autres pendulaires que je comptais surveiller : les mouettes rieuses. Elles se rassemblent en dortoirs pour passer la nuit, en particulier sur des barges le long de la Seine. Pour le secteur Buttes-Chaumont - Villette- Pantin, les mouettes peuvent venir de 3 directions : du nord par le canal St Denis, de l’est par le canal de l’Ourcq et le sud par Belleville.

Mouettes pont d'Austerlitz retaillée.jpg

Pour les Buttes, pas de problème : elles viennent du sud, soit un peu SSE (par la place des Fêtes), soit un peu SSW. 59 sont passées entre 8h et 8h36, dont 24 sont restées sur le lac et les autres ont poursuivi vers le bassin de la Villette.

Et la migration ? Certains peuvent être surpris d’entendre parler de migration au-dessus de Paris… et pourtant ! En consultant les observations consignées sur les pages d’Ornitho parisienne (chercher dans la colonne de gauche de ce blog), vous pourrez voir la grande variété d’espèces qui ont été observées au-dessus de Paris (Balbuzard, Cigogne, Grue, Grande aigrette, etc.). A cette période, ce sont les petits passereaux qu’on attend, particulièrement les pipits farlouses, les pinsons, les bergeronnettes grises et les alouettes… Je n’ai pas vu toutes ces espèces ce matin, mais il y en avait quand même un peu, qui profitaient de l’abri du plateau de Belleville pour passer plus facilement le « col de la Chapelle » avant de traverser la Seine. En particulier, j’ai eu un groupe d’au moins 50 pinsons qui sont passés bien bas, presque sans un cri, me prenant presque par surprise, ainsi qu’un vol d’au moins 30 linottes, aussi silencieuses mais au vol plus sautillant. Et aussi quelques Bergeronnettes grises, une vingtaine de farlouses et ma première Grive mauvis de la saison, en provenance de Scandinavie, ou de Lettonie où j’avais pu en voir fin août…  

Vol cormoran_BChaumont2oct11 red.jpg

On peut aussi voir des cormorans, sans trop savoir s’ils sont en migration ou en mouvement pendulaire vers la Seine… (la photo a été prise sur place le 2 octobre 2011)

Si vous avez un peu de temps de libre, en ville ou à la campagne, restez un peu le nez en l’air, l’oreille aux aguets et vous verrez peut-être quelques migrateurs passer au-dessus de vous, moment toujours assez émouvant !

Les commentaires sont fermés.