09/02/2010

C'est ma place !....

Un sujet fait polémique chez les ornithologues: les espèces dites "invasives"…

Tout d'abord, et c'est une partie du problème, il ne faut pas confondre automatiquement "exotique" et "invasive" : une espèce exotique n'est invasive que si elle a tendance à se développer et à poser problème au milieu qui l'accueille...Ensuite vient une autre question : que faire face à une espèce invasive ?....mais on ne l'abordera pas ici !

Pour parler de la Perruche à collier, pas de problème pour les 2 premiers termes de la définition : c'est une espèce clairement exotique (elle niche naturellement en Inde, en Asie du Sud-est et en Afrique subsaharienne ); elle est clairement en phase d'expansion en région parisienne : dans Alauda (2009 n°2), Ph. Clergeau,  A.Vergnes et R.Delanoue montre que la population de perruches, établie en région parisienne dès les années 70, mais spécialement depuis 1990, s'est développée "à bas bruit" jusqu'en 2000 environ puis a "explosé" au 21ème siècle pour atteindre plus d'un millier d'individus en 2008.

La question est de savoir si l'espèce est gênante : pour les agriculteurs indiens, pas de doute, c'est une peste qui s'attaque aux récoltes de riz et d'arbres fruitiers ! Mais en France ? La perruche vit peu (ou pas) dans les milieux agricoles mais dans les parcs urbains :il n'y a donc pas de problèmes agricoles. De plus, aucun dégât n'est signalé sur les arbres des jardins. Il faut dire qu’ elle se nourrit beaucoup aux mangeoires.

Le problème concerne la concurrence avec les oiseaux cavicoles (= qui nichent dans des cavités creusées dans les arbres). Elle est incapable de creuser sa loge, tout au plus peut-elle agrandir une cavité dans un bois bien pourri ! Elle utilise donc en général des loges de pics ou des trous qui sont utilisés aussi par des étourneaux, des pigeons colombins et des sittelles. En plus, comme elle niche très tôt (les premiers accouplements ont eu lieu début février à Paris comme d'habitude), elle passe avant les autres.

Perruche-Pic vert2 Gestraud red

Mais...c'est qu'elle me plairait bien cette loge !....photo Y Gestraud

Les avis divergent sur l'impact de la Perruche à collier: pour Bruxelles, l'atlas publié en 2008 montre l'absence d'impact sur le pigeon colombin (qui augmente) et la sittelle (qui se maintient). D.Strubbe et E.Matthysen en 2007 (Invasive ring-necked parakeets Psittacula krameri in Belgium: habitat selection and impact on native birds.   Ecography 30: 578-588) pensent au contraire que la sittelle peut être affectée par la présence de la Perruche et complètent leur  démonstration en 2009 (Experimental evidence for nest-site competition between invasive ring-necked parakeets Psittacula krameri  and native nuthatches  Sitta europaea.   Biological Conservation) par une "expérience" qui montre qu'en cas de forte densité de perruches, l'impact est tout à fait notable. La question est de savoir si cette densité "expérimentale" correspond à une densité possible naturellement...

Perruche-Pic vert1 Gestraud red

........Non mais...qu'est ce que vous croyez ? C'est chez moi ! photo Y.Gestraud

En revanche, il semble qu'il n'y ait pas d'impact notable sur les pics : si leur loge est utilisée, ils en creusent une autre ! Les photos prises le 22 janvier  au parc Montsouris par Yves Gestraud montrent en tout cas que le Pic vert n'apprécie pas ce squattage..... Il faut noter que, malgré son bec impressionnant, le pic vert a déjà beaucoup de mal à résister à un étourneau qui veut lui prendre sa loge… alors, une Perruche !

15:40 Écrit par Frédéric dans des espèces très urbaines | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

MERCI POUR L INFO .... o;)

Écrit par : Lècia | 09/02/2010

Répondre à ce commentaire

vignobles En Grande-Bretagne, les plus gros dégâts aux cultures que font ces perruches sont apparemment (et ne rigolez pas) aux vignobles (£5000 par an pour un vignoble dans le Surrey, réduction de la production de 3000 a 500 bouteilles) donc, potentiellement en France, des vignobles pas trop loin de villes ou elles s'installeraient, y'a risque...

Écrit par : Nathalie | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

ça alors.. mais d'où viennent-elles???? échappées des cages ou lâchées volontairement ?

Écrit par : mariedom | 11/02/2010

Répondre à ce commentaire

Les perruches en Ile de France J'avais fait un point rapide la situation sur le post que vous pourrez trouver à l'adresse suivante http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/post/4982971/un-peu-dexotisme-en-ville
mais il commence à dater : depuis est sorti un article dans Alauda (2009) qui dit qu'on en est à 1100 individus sur la région parisienne (mais seulement 1-2 couples dans Paris intra-muros). Elles ont été lâchées (volontairement ou non) à Orly et à Roissy !

Écrit par : Frédéric Malher | 11/02/2010

Répondre à ce commentaire

Vu la très grande population d'étourneaux (quoique je ne sais pas s'ils sont tous nicheurs par ici) qui se compte par centaine ? dizaine ? de milliers, 1000 perruches à coté, c'est pas grand chose en terme de concurrence sur les cavités des arbres, non ?

Écrit par : Vincent | 12/02/2010

Répondre à ce commentaire

Perruches et étourneaux C'est vrai que ce ne sont pas les étourneaux qui nous inquiètent le plus.....les Sittelles, les Pigeons colombins et les Pics sont à suivre avec plus d'attention !

Écrit par : Frédéric Malher | 12/02/2010

Répondre à ce commentaire

Je me suis mal exprimé, je voulais dire "Pensez vous que l'installation de 1000 perruches puisse vraiment représenter un danger pour les pics et les sittelles alors que les étourneaux qui sont bien plus nombreux n'ont à priori (à vérifier) jamais constitué de danger pour ces espèces (en terme de concurrence sur les cavités pour la nidification) ?"

Écrit par : Vincent | 20/02/2010

Répondre à ce commentaire

Compétition étourneaux/nicheurs cavicoles C'est effectivement une bonne remarque : l'étourneau est en plus un concurrent teigneux ! Quand il veut piquer une loge à un pic vert, ce n'est en général pas le pic vert qui gagne !
Ce qui peut rendre l'impact des perruches plus embêtant que celui de l'étourneau, c'est le fait que la Perruche niche très tôt dans la saison : les accouplements ont lieu début février et les nids sont occupés dans la foulée...
Quand les autres cherchent un trou, les perruches sont déjà servies !

Écrit par : Frédéric Malher | 22/02/2010

Répondre à ce commentaire

bien le bonjour de Belgique, ici les colliers ne se limitent plus aux grandes villes, j'habite un petit village(Bracquegnies) et les perruches sont bien présentes, elles se propagent par les canaux(calme et grands platanes plein de jolis trous).Le longs de ces mêmes canaux se rencontrent également pics vert, et nombre de mésanges(longues queues,charbonnières, bleues...) les perruches nichant très tôt les cavités ne sont elles pas libre quand les autres espèces veulent nicher?(l'envol de la collier se fait à plus ou moins 50 jours)

Écrit par : léandre | 19/04/2010

Répondre à ce commentaire

Ce matin j'ai été surprise d'observer 3 perruches à collier se régaler des fruits rouges d'un arbre semblant être un pommier du japon ! En lisant votre article(très interressant) qui m'a été signalé par une amie Facebook je ne suis plus surprise ! Je les ai prise en photo ;J'habite à Versailles

Écrit par : Claire Chaudon | 15/11/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.