13/12/2009

Epervier d'Europe vs Moineau domestique

Dans la partie "Articles scientifiques résumés"  de mon blog (cliquez sur la colonne de gauche ), je rends compte d’un article à paraître dans « The Auk » qui fait un lien très net entre le retour de l’épervier après sa forte baisse entre 1950 et 1970 et le déclin du Moineau en Grande Bretagne : en gros, l’idée est que le moineau avait perdu l’habitude de se méfier d’un prédateur et il a été une victime de choix quand l’épervier est revenu. En plus ça expliquerait pourquoi il n’y a pas de déclin à Paris et à Berlin car il n’y a pas ou peu d’éperviers !

Epervier J

Une photo splendide prise en plein coeur de Paris par J.Lejeune

Qu’en est-il en France ?

D’après le STOC 2008, le Moineau domestique est stable en France entre 1989 et 2008 et, à ma grande surprise, je l’avoue – l’Epervier est en chute libre depuis 1989 (-77%) et même depuis 2001 (-13%, non significatif malgré tout). Ce sont des résultats un peu contradictoires avec ceux de l’Enquête des Rapaces nicheurs de France qui notait tout de même une densité d’épervier deux fois plus faible en France qu’en G-Bretagne. Voilà donc peut-être une explication à un résultat (celui du Moineau ) qui est contradictoire avec les autres pays européens : il n’y aurait pas assez d’éperviers pour faire baisser le moineau en France… ;

Pour Paris, l’évolution du Moineau n’a été mesurée qu’entre 2003 et 2007 (enquête Corif-LPO) avec une stabilité globale et un effondrement ( -72% et -94% en 4 ans !) dans 2 arrondissements (le 11è et le 15è). La présence d’éperviers a connu une augmentation très nette en hiver depuis le début du 21ème siècle et l’espèce a niché pour la 1ère fois (3 couples) en 2008 avec un seul couple qui a réussi en 2009.

Soyons clair : ce n’est pas l’épervier ( nicheur évidemment pour une question de date, mais hivernant aussi ) qui peut expliquer cet effondrement  dans ces 2 secteurs : il n’y a pas plus d’éperviers hivernants là qu’ailleurs….

L’augmentation des éperviers hivernants n’a donc pas fait baissé jusqu’à présent le nombre de moineaux sur Paris….mais il y a peut-être une explication dans l’article même : les moineaux urbains anglais auraient été habitués à l’absence de prédateurs et auraient un peu « endormi » leur vigilance. L’arrivée de l’épervier les aurait pris par surprise. A Paris, ils n’ont jamais été sans prédateurs, ou en tout cas pas depuis longtemps : le Faucon crécerelle est implanté depuis longtemps et en période de nidification il consomme énormément de moineaux.  Nos moineaux seraient donc restés aguerris…..

En revanche, je reste toujours sur ma faim à propos d’une question non résolue par ce modèle : pourquoi cette baisse ne se retrouve pas dans d’autres espèces de petits passereaux….

19:40 Écrit par Frédéric dans Le Moineau domestique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Epervier d'Europe vs Moineau domestique "En revanche, je reste toujours sur ma faim à propos d’une question non résolue par ce modèle : pourquoi cette baisse ne se retrouve pas dans d’autres espèces de petits passereaux…." Oui, Je suis en accord avec Frédéric Malher, sur ce point. On dois etudier aussi le développement, par exemple, du merle noir ou du Pinson des arbres qui vivent dans les villes

Écrit par : maurizio fraissinet | 26/12/2009

Répondre à ce commentaire

Les corvidés J'ai observé cette année, la destruction totale d'un groupe de moineaux qui vivait en face de chez moi et qui venait se nourrir sur ma fenêtre.
J'ai vu les pies dévorer tous les petits dans leurs nids et les corneilles noires tuer et manger des adultes. Les éperviers et les faucons se font chasser par les corneilles qui sont de plus en plus nombreuses et de moins en moins peureuses... (elles ont agressées mon chat !)

A Paris, je suis certain que les moineaux ont plus a craindre les corvidés que des rapaces...
Il n'y a que les autours qui ne craignent pas les corvidés et ils sont peu nombreux dans notre capital.

Écrit par : Riccardo MANACH | 03/01/2010

Répondre à ce commentaire

cette photo est magnifique

Écrit par : ari | 27/01/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.