28/09/2009

Si ça, c'est pas de la photo ornitho-urbaine.....

Mon "concours" est pile dans l'actualité ornithologique ! La photo date de la semaine dernière...le temps que la nouvelle me parvienne, que je demande l'autorisation du photographe, Pierre-Cedric Petit et qu'elle me parvienne par l'intermédiaire de Rémi Fonters qui a raconté l'histoire sur ObsRhonAlpes.......et voici les photos  de Pierre-Cédric et le texte de Rémi....

Blongios Grenoble P-C Petit 2 red

" Hier, mardi 22 septembre, un blongios nain juvénile a fait une halte migratoire d'une journée... sur un balcon en centre-ville de Grenoble ! C'était au 7 rue Haxo, 2ème étage. L'endroit était plutôt insolite pour cette espèce, mais il avait l'air en pleine forme."
 Blongios Grenoble P-C Petit 1 rognée

25/09/2009

La Charbonnière au poteau et celle qui en pince pour vous

Bon d'accord, tout le monde connaît un cas de Mésange charbonnière nichant dans une boîte aux lettres ou tapant au carreau si vous êtes en retard pour mettre des graines sur l'appui de votre fenêtre.....

Mais une Charbo qui niche dans le pied d'un lampadaire c'est déjà plus rare....c'est JJ Boujot (voir le lien pour son blog dans la colonne de gauche) qui l'a photographiée sur l'île aux Cygnes , en aval de la tour Eiffel !

mésangecharbonnière JJ Boujot bis

 

Quant à cette jeune mésange lilloise (enfin plus précisément de Villeneuve d'Ascq !) elle devait se demander ce que pouvait être ce drôle d'engin accroché à un séchoir à linge....c'est Pierre-René Legrand, grand hirundologue devant l'Eternel qui l'a photographiée.

Mes charbo Villeneuve Ascq PRL red

 

16/09/2009

Les noiseaux de Paris

J’ai entre les mains un de ces documents improbables, exemplaire ronéotypé  (terme que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître….) d’un travail d’un rêveur et poète impénitent, qui nous donne conscience de faire partie d’un club de privilégiés. J’ai pensé injuste de garder ça pour moi.

Je ne connais pas son auteur, Jean-Marie GIBIARD , mais je suis sûr que c’est un esprit libre, papillonnant d’un domaine à l’autre et plein d’humour…..un extrait de son avant-propos en dira plus que des commentaires sérieux :

« A l’origine de ce guide, une découverte : l’ornithologie et l’anthroponymie sont miscibles….De la réaction chimique des méthodes scientifiques de ces deux disciplines émerge une science nouvelle : l’ornithonymie, à la lumière de laquelle nous nous proposons dans les pages qui suivent de recenser le plus complètement possible l’avifaune anthroponymique de la ville de Paris ou, si l’on préfère, l’ensemble des noiseaux de Paris ( nous baptisons ainsi, au moyen du « n »  de politesse, les personnes portant un nom d’oiseau). »

Une idée de son sens de l’humour ?....voici la fin de ses remerciements : « Les remerciements vont également à Melle Chouquet, standardiste à la Préfecture de Paris qui, le 16 octobre 1980, au cours d’une passionnante conversation téléphonique portant sur le concept recouvert par l’expression « poireauter sur la ligne », me permit de battre mon record personnel de débit de cochonnerie à la minute »

Mes remerciements à moi vont à Guilhem Lesaffre qui m’a fait le précieux cadeau d’un des deux exemplaires qu’il possédait !

Voici quelques extraits :

« Histoire éclair du peuplement de Paris par les noiseaux

(….) Il semble que ce soit vers le XIIIème siècle que les premières espèces de noiseaux aient commencé à s’installer (…)

Corbeau hambourg réduit

Celui-ci, photographié à Hambour, s'appelerait plutôt Krähe
.

Parmi les espèces pionnières, les rapaces dominent tout particulièrement avec les AUTOUR, EPERVIER, FAUCON, HIBOU….Arrivent peu après les premiers anatidés, tels les CANARD, OIE, CYGNE…., des phasianidés comme PERDRIX, CAILLE, FAISAN,…, des corvidés comme les PIE, GEAI, CORBEAU…, des fringillidés tels PINSON et MOINEAU

(….)

Le XVIème siècle apporte BARGE, CHOCARD, ENGOULEVENT, GREBE, FLAMANT, MILAN. Mais ce siècle est aussi celui des grands voyages et découvertes, il ramène d’outre mer de nouvelles espèces telles les CONDOR, COLIBRI, ALBATROS, TOUCAN….

(….)

Au XXème siècle, jusqu’aux années soixante, la population des noiseaux s’accroit rapidement. La progression des nicheurs est quasi générale tant sur le plan des effectifs que sur celui de la répartition.

Cette expansion doit être mise en relation directe avec le desserrement de la pression des espaces verts, la diminution de l’emprise de la faune et de la flore sauvage, la colonisation générale du béton (saluons au passage les efforts des inventeurs et promoteurs du béton armé et de l’architecture métallique qui ont permis la progression verticale des nichoirs), l’effet bénéfique, semble-t-il, des gaz d’échappement et de la piquante gasoilisation de l’air. (….)

 

SITUATION ACTUELLE ET EVOLUTION

Aujourd’hui, en 1980, Paris est peuplé de 171 espèces , représentant 13063 noiseaux abonnés au téléphone.(…)

Si l’on considère qu’un ménage parisien est composé en moyenne de 3 membres de famille (chiffre inférieur à celui de la moyenne nationale qui tourne autour de 4), on obtient un total de 40470 noiseaux, soit 1,7% environ de l’ensemble des habitants du Paris intra-perifericos.

Extrapolant ces chiffres à la France entière (…) on peut audacieusement avancer (zavançons joyeux porteurs du flambeau de la Science, etc.) que près d’1 200 000 Français portent un nom d’oiseau. »

Vous avez donc compris que notre spécialiste en ornithonymie s’est fondé sur l’annuaire du téléphone pour connaître le nombre de foyers portant des noms d’oiseaux, original (p.ex. Etourneau) ou transformé (Létourneau, Estournel, Letournel, etc.) et suivre leur évolution. L’ensemble est classé par ordre systématique comme dans un guide ornitho et comprend parfois quelques commentaires :

(Plongeon) IMBRIN : 2 IMBRIN. En diminution. Paris comptait 9 ind. Il y a encore une dizaine d’année.(…)

PETREL (sp.) : 3 PETREL . Accidentel. Le couple du 16è hiverne tous les ans à Nice (…)

BLONGIOS (Nain) : Rare. Aucun en 1980. A.Croupiou rapporte qu’il a observé en 1974, au n°15 de la rue Bazout (14è), dans la cage d’escalier, en train de balayer les marches, une Albertine Blongios, non abonnée au téléphone. A.Croupiou précise qu’elle n’avait rien d’une naine.

Cigogne R-Lenoir gros plan red

Vous avez peut-être déjà vu cette Cigogne sur mon blog....elle est Bd Richard-Lenoir

CIGOGNE (Blanche) : 17 CIGOGNE… DE LA GESIERE qui a bien observé la CIGOGNE du 10ème, de prénom Jaqueline, indique que c’est avec beaucoup de soin que ce noiseau entoure son balcon de nombreux végétaux (…)

CIGOGNE(Noire) :  1 seul  ind.  Actuellement en la personne d’un  Gabonnais, prénom Maximilien, qui fait son droit à Paris. Interrogé par téléphone pour les besoins de cette étude, il nous a dit être natif de Lambaréné où sa mère aurait connu de très près le Docteur Albert Schweitzer. »

 

Je m’arrête ici pour le moment, mais j’en ai d’autres sous le coude….et vous n’y couperez pas !.... ;-)

13/09/2009

Un Faucon supporter de l'ASNL !

Tout un chacun connait l’ASNL……non ?

M’enfin…..le plus grand club de foot de France ! Que dis-je ?.... du Monde !

Ca y est ?....l’Association Sportive Nancy-Lorraine, évidemment !

 

Crécerelle M.Picot Nancy P

 

P.Behr a surpris ce faucon crécerelle (femelle ou jeune) à Marcel-Picot (le plus grand stade du plus grand club du Monde…..) perché sur un des projecteur, le meilleur endroit pour suivre un match !

 

PS : je suis lorrain ?.....comment l’avez-vous deviné ?.....

09/09/2009

Un Ramier avec des boules Quiès ?

 

Et le concours continue !....

Voici une photo prise par Nicolas Lemaire à La Défense le 18 juin 2009  dans le chantier de l'ancienne tour AXA.Nicolas précise que le bruit était épouvantable !

pigeon-ramier-la-defense photo Nicolas red

07/09/2009

Vanneau futuriste...

Le concours de la "Photo la plus ornitho-urbaine" franchit l'Atlantique....du moins c'est Danièle Monier qui a profité d'une escale à Brasilia pour prendre ces photos.

Vanneau Brasilia Daniele Monier

>>>>>Il s'agit d'un Vanneau tero (Vanellus chilensis) ....

.

La photo montre clairement qu'on n'est pas dans un milieu très naturel, mais où sommes-nous ?

La photo suivante nous donne la réponse :

Brasilia_musée

 

L'oiseau était sur l'esplanade du Musée National de Brasilia....étonnant, non ? (aurait dit P.Desproges....)

03/09/2009

Encore en voiture...

Décidément les oiseaux ont une certaine attirance pour les voitures et surtout leur toit !

Dans la foulée du post précédent, j'ai reçu 2 photos d'oiseaux posés sur une voiture (bon, elles n'ont tout de même pas été prises au tel portable......).

Vous avez aimé le Goéland brun du Marché d'Aligre, vous adorerez le Goéland argenté d'Etretat ( 76)....;-)

C'est une oeuvre (non, non, le mot n'est pas trop fort....) de Patrick Dubois, dit "le Moineau de Paris", dont vous vous pouvez consulter le blog en cliquant sur la bonne ligne dans la colonne de gauche....)

 

 

Goeland Argente_Etretat P.Dubois

Miroir, mon beau miroir, ne suis-je pas le plus beau ?

.

Autre support le rétroviseur... Ici le problème est peut-être différent : les oiseaux sont souvent attirés par leur reflet dans un miroir car ils y voient un concurrent à chasser. Les Bergeronnettes semblent spécialement énervées par ce genre de reflet.

pie_retro O.Laporte red

Olivier Laporte (le photographe) pense, lui, qu'elle y cherchait des insectes

Pour la Pie, la situation peut être complètement différente : c'est le seul oiseau pour qui il a été démontré que certains individus au moins sont capables de se reconnaître dans une glace (un Chimpanzé à qui on place pendant son sommeil une tache blanche sur la figure essaie de l'enlever quand il se voit dans une glace...certaines pies en ont fait de même avec une tache blanche placée sur leur poitrine ! )