31/08/2009

Concours de la photo ornitho-urbaine prise au portable sur le toit d'une voiture....

Eh oui, j'ouvre une sous-catégorie vachement pointue dans le concours de la photo ornitho-urbaine : la photo prise au téléphone portable d'un oiseau posé sur une voiture....

J'ai effectivement reçu cet été 2 paires de photos de ce type,la rencontre me semblait trop drôle pour être passée sous silence !

Et en plus, ce sont 2 espèces pas trop banales en ville (la 2ème surtout....)

Tout d'abord Philippe Maintigneux (qui, au Corif, a plein de domaines d'intervention, mais en particulier tout ce qui touche à la com') a fait cette rencontre place d'Aligre (Paris 12ème) :

GoelandBrunAligre2M

>>>>>>>>>>>>>>C'est donc un Goéland brun (Paris est la seule ville française de l'intérieur des terres a en avoir comme nicheurs ...).

GoelandBrunAligre4Maintigneux

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>...mais peut-être la lecture de l'enseigne lui a-t-elle fait croire que la mer était à côté !

Maintenant à Nancy, Sébastien Geisen a vu un drôle d'oiseau posé sur une voiture et a eu le réflexe de sortir son téléphone....

Autour Geissen Nancy 2 rognée red

 Un autour juvénile ! D'où pouvait-il bien venir ? De pas très loin pense F.Hipp qui m'a fait suivre la photo....du moins, s'il est venu tout seul !

Autour Geissen Nancy 1 rognée red

.

>>>>>>N'a-t-il pas fière allure sur sa voiture ?

28/08/2009

Ornithologie de congrès à Zürich (suite et fin)

Comme je ne perds pas mes habitudes perverses (voir le post sur les villes d’Italie centrale en cliquant ici), j’ai fait des décomptes d’oiseaux dans les rues de Zurich , en me rendant à pied tous les matins du centre ville au campus de l’Université, en limite nord de la ville, où avait lieu le congrès de l’EOU. La méthode est simple : je note tous les oiseaux observés ou entendus le long du trajet, en ne tenant pas compte des oiseaux qui volent au-dessus de la hauteur des toits.

Zurich trajet et secteurs

J’ai séparé mon trajet en 3 secteurs (A : 1,1 km ; B : 0,85 km ; C : 1,45 km) et j’ai effectué 4 trajets (de samedi 22 à mardi 25/8) en 50 mn en moyenne, à partir de 7h45 environ.

 

Voici les résultats bruts :

SECTEURS

       A

B

C

 Jours

1

2

3

4

1

2

3

4

1

2

3

4

Moineau

8

12

14

9

4

 

 

1

4

 

1

 

Pigeon

 

3

2

2

4

2

3

6

 

 

 

 

M.bleue

1

1

 

 

 

1

2

 

3

1

1

 

M.charbo

2

2

 

 

 

 

 

 

3

5

 

 

Corneille

 

2

 

 

 

 

1

 

1

 

 

1

Pie

 

 

 

 

 

 

 

 

1

1

 

 

T.turque

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

 

RQ noir

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Verdier

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

M.longue queue

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

Sittelle

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

Geai

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

Sans vouloir donner à ces résultats une significativité qu’ils n’ont pas, on peut cependant en tirer quelques enseignements :

- comparaison entre les secteurs : le secteur C situé en périphérie a une variété d’espèce nettement plus forte (10) mais une abondance moyenne (7,25 ind/visite) plus faible que le secteur A du centre ville ( resp. 6 esp et 14,7ind/visite) : on retrouve un résultat bien connu : l’urbanisation réduit la diversité et augmente la densité des oiseaux

- comparaison entre WE et jours de semaine : 12 esp au total les 2 jours de WE (8,5 en moyenne) contre 6 les 2 jours de semaine (4,5 en moyenne)….pas de doute il vaut mieux faire les comptages en WE !

- quelques données sur les espèces :

+ Moineau domestique : belle densité en centre ville, la faiblesse en périphérie doit s’expliquer par la dispersion des jeunes dans les zones vertes toutes proches (il y avait des groupes de moineaux à l’université)

+ Pigeon domestique : ce qui frappe, c’est leur faible effectif, nettement moins important que celui du moineau. Nous n’avons vu durant notre séjour que 2 groupes importants (près du lac sur des lieux de nourrissage)

+ Mésanges et Corneille : représentées dans le centre comme en périphérie

+ Pie et Tourterelle turque : seulement en périphérie (je n’en ai jamais vu en centre ville durant mon séjour)

+ pas de Merle, de Ramier ni de Troglodyte alors qu’il y a des arbres et des buissons partout ! Il est vrai que cela nécessiterait une confirmation à une meilleure époque….

 

 - comparaison avec Paris :

j’ai fait régulièrement des comptages dans les rues parisiennes (pour qq détails cliquez ici  ) et même si la 2ème quinzaine d’août n’est pas celle où j’ai le plus compté , j’ai effectué (en 6 ans…) 7 comptages entre le 20/8 et le 1/9 depuis la porte de Pantin jusqu’à la Bastille.

J’ai observé aussi peu d’espèces ( 10 si je ne tiens pas compte des laridés le long du canal St Martin ni de 3 occasionnels).

Moineau Zurich nourrissage red

>>>>>Il n'y a même pas besoin de leur donner à manger pour qu'ils viennent...ils viennent tous seuls !

La densité de Moineaux à Paris était supérieure ( de 10 à 21 ind/km suivant les secteurs contre 4 ind/km en moyenne à Zurich, dont 10 ind/km dans le secteur A), celle du Pigeon féral énormément plus forte (70-80ind/km à Paris contre 1,2 en moyenne à Zurich avec un maximum de 4,5 ind/km dans le secteur B…). Même en cette saison, je trouvais à Paris entre 2,5 et 4,5 Ramiers/km (plus que de Pigeons féraux à Zürich !), 2 Merles/km dans le secteur R-Lenoir et même de 2 à 3 Etourneaux au km le long du canal St Martin et du Bd R-Lenoir… Les Mésanges charbonnières et bleues ainsi que les corneilles étaient peut-être un peu plus nombreuses à Paris et , même s’ils étaient peu nombreux, les accenteurs y étaient présents ! En revanche le Troglodyte était quasiment absent de mes relevés (alors qu’il est régulièrement présent Bd R-Lenoir), son absence dans mes relevés zurichois n’est donc peut-être due qu’à la saison….

 

Pour conclure, revenons sur les absences surprenantes à Zürich : si l’absence d’observation de Crécerelle n’est pas forcément significative, celle déjà signalée du Ramier n’est sûrement pas due au hasard (en plus, son absence en ville – mis à part Genève et quelques parcs de Berne – est signalée dans le monumental « Oiseaux de Suisse » ). C’est sans doute aussi le cas de l’Etourneau et de l’Accenteur. Pour le Troglodyte, il faut rester prudent…. de même que pour la Poule d'eaau car il n' y a que le parc de l'université qui aurait pu en héberger.

Ces différences prouvent que l’urbanisation des espèces, même si c'est un phénomène général, ne suit pas le même rythme partout : ces disparités entre villes sont intéressantes à analyser pour mieux comprendre les phénomènes mis en jeu

27/08/2009

Ornithologie de congrès à Zurich

Ce qu’il y a de bien avec les congrès ornithologiques, c’est qu’on peut même y faire….de l’ornithologie, urbaine évidemment !

J’étais ces derniers jours à Zurich pour le 7ème congrès de l’EOU (European Ornithologists’ Union) et j’en ai profité pour découvrir l’avifaune zurichoise (même si ce n’est pas la meilleure saison….). Parfois, le terme « découvrir » est à peine exagéré….par exemple, pour un parisien, une ville sans Ramier est une vraie incongruité… et c’est le cas de Zurich !

Zurich Univ étang et fleurs red

Je ne suis pas sûr que ça favorise l'assiduité en amphi....

Tout d’abord une remarque qui a son importance : la ville de Zurich a développé une politique de libre développement des herbes folles et de coupe tardive qui donne au campus de l’Université un petit côté « alpage » et aux rues une image bien différente du cliché de la Suisse pays trop propre qui ne tolère pas une feuille morte…. ;-)

Zurich-Wintherturstrasse red

Buissons d'espèces locales, bandes herbeuses et voies de tram vertes Winterthurstrasse

Malgré la saison, j’ai pu noter 46 espèces dont 12 nouvelles dans les 4 dernières heures de mon séjour…comme quoi il faut y croire jusqu’au bout !

- Les moineaux : par réflexe « professionnel », une des premières questions que je me pose dans une ville que je découvre c’est s’il y a des Moineaux… A Zurich je n’ai pas eu à attendre longtemps la réponse : à la descente du TGV, il y en avait dans la gare !… Les décomptes dans les rues (cf. prochain post) me le confirmeront et les images de troupes (de jeunes surtout) en particulier au bord du lac encore plus… 

Moineaux Zurich red

Zurich fait bien partie des « villes à moineaux » (avec Paris et Berlin ). Evidemment, cela ne donne pas d’indication sur la tendance de cette population !….

- Les espèces les plus spectaculaires :

          + un Pèlerin (dont j’ai appris par la suite qu’il nichait en centre ville) cerclait à proximité d’une 50aine de Martinet à ventre blanc qui ont resserré les rangs, enlevant ainsi au Pèlerin tout espoir de réussite…

          + un Cincle (une des nouveautés du dernier jour) faisant sa toilette au milieu de la Sihl en plein centre ville (Stauffacherbrücke), puis partant à la pêche en picorant dans l’eau, puis se faisant recouvrir par la vague soulevée par un caillou, nageant ensuite sous l’eau dont la force l’a même une fois envoyé « atterrir » visiblement plus loin que prévu !

Zurich site cincle 1red

Zurich site cincle 2red

- Quelques lieux

          + Ancien Jardin Botanique ( à peine 2ha sur une butte en centre ville), le seul Troglodyte de tout le séjour ( !), une des rares familles de merles de la ville et surtout une flopée de migrateurs précoces, sans doute « tombés » la nuit précédente à cause de l’orage : au moins un Gobemouche noir, une femelle de Rougequeue à front blanc, un Hypolais (déterminé comme ictérine pour des raisons géographiques….), un Rossignol  et même une Fauvette des jardins qui tenait absolument à chanter ! Les nombreuses baies et drupes (cornouillers, sorbiers, lierre, etc.) du parc attiraient aussi de nombreuses Fauvette à tête noire. Une jolie troupe de Pinsons récoltait plutôt les graines tombés au sol ou directement sur les fleurs. Un Pic épeiche se fait entendre

          + Dans le parc de l’Université (Irschel, en limite N de la ville) un étang permet la présence de 2 Rousseroles effarvatte, un héron vient aussi s’y nourrir, un Pic vert se fait entendre et un Gobemouche gris sort visiblement de son bain (il faisait bien chaud !…)

          + Sur le lac et les cours d’eau : force mouettes, foulques (dont un couple avec 2 jeunes encore en duvet rougeâtre sur la tête le 26/8 , c’est bien tardif je trouve… ) , cygnes et colverts mais aussi quelques Goélands leucophée( dont un posé – couché même ! – sur le toit du restaurant « Chez Félix », Bellevueplatz…..s’il y niche, son surnom est tout trouvé !), un Goéland brun, des Nettes rousses (malheureusement en éclipse, alors qu’en plumage nuptial les mâles sont superbes ! ) au milieu des bateaux (avec un Milouin), quelques Grèbes huppés et un Castagneux.

Nette rousse mâle eclipse Zurich 260809red

Même en éclipse, le mâle se reconnaît à son bec rouge vif

(  à suivre….)

19/08/2009

Tournepierre de concours

J'ai déjà parlé sur mon blog de Tournepierres anglais, pour relire le papier cliquez ici

et à cette occasion j'avais déjà parlé de Nathalie Mahieu, de ses photos et de son blog (mi français - mi anglais) : http://www.mahieu.org.uk pour les textes (illustrés) et

 http://www.mahieu.org.uk/gallery/v/fr/nature/ pour les photos

Elle a eu la gentillesse de m'envoyer d'autres photos pour participer à notre pseudo-concours... et je dois reconnaître que c'est encore une photo de Tournepierre qui a retenu en premier mon attention.....la voici donc, en provenance je le rappelle de Whitby, sur la côte N-Est de l'Angleterre.  

Tournepierre Restaurant Nathalie Mahieu red

Ne dirait-on pas qu'il sort du resto, bien repu d'un fish and chips et d'une pinte de bière ?.....;-)

16/08/2009

Il n'y a pas de barrière pour l'amour

Le titre est du photographe, Vicente Gimenez-Vicente, de Murcie (Espagne) et je ne vous cache pas que s'il y avait un classement à ce pseudo-concours, celle-ci serait pas loin de la première place dans mon classement personnnel....

il n'y a pas de barrière pour l'amour Murcie V. Gimenez Vicente red
 

 

Pour ceux qui n'auraient pas reconnu ces 2 oiseaux, il s'agit d'un couple de Serin cini et vous pouvez voir les photos de Vicente sur son site en cliquant au bon endroit dans la colonne de gauche (rubrique "Des sites utiles, géniaux, sympas, etc." )... et si vous voulez lui écrire, vous pouvez vous adresser à lui en français, il est parfaitement francophone .....

06/08/2009

Une photo doublement originale....

Saurez-vous reconnaître la double originalié de cette photo, prise par Jacques Coatmeur ( grand photographe naturaliste devant l'Eternel.....) ?

Perruche à collier Ph. J. Coatmeur red

 

 Sa première originalité saute évidemment aux yeux...et c'est d'ailleurs le thème de ce concours !

La deuxième est plus difficile à deviner : cette Perruche à collier n'a pas été photographiée dans un quelconque parc d'Île de France (ou de Bruxelles, Amsterdam, Londres, Barcelone, Cologne.....) mais tout simplement.....dans son pays d'origine qui est, ne l'oublions pas, la région indo-malaise (du moins pour cette sous-espèce, une autre venant d'Afrique) !

04/08/2009

Du bon usage d'un lampadaire....

J'ai déjà parlé d'un cas d'utilisation de lampadaires par des hirondelles. Vous pouvez trouver la photo en cliquant ici

Mais ici, il s'agit encore du concours de la "photo la plus ornitho-urbaine"...et donc les photos à suivre ne sont pas de moi....mais de Catherine André en Isère

Lampadaire à mésange CathAndre 1

Voici les lieux de l'action.....

Lampadaire à mésange CathAndre 2

Un oeil observateur remarque quelques brins de mousse qui dépassent !

Lampadaire à mésange CathAndre 3

Heureusement le "chapeau" se soulève pour découvrir....

Lampadaire à mésange CathAndre 4

....un superbe nid de mésange qui avait le chauffage par le sol et l'éclairage de l'entrée !