27/08/2009

Ornithologie de congrès à Zurich

Ce qu’il y a de bien avec les congrès ornithologiques, c’est qu’on peut même y faire….de l’ornithologie, urbaine évidemment !

J’étais ces derniers jours à Zurich pour le 7ème congrès de l’EOU (European Ornithologists’ Union) et j’en ai profité pour découvrir l’avifaune zurichoise (même si ce n’est pas la meilleure saison….). Parfois, le terme « découvrir » est à peine exagéré….par exemple, pour un parisien, une ville sans Ramier est une vraie incongruité… et c’est le cas de Zurich !

Zurich Univ étang et fleurs red

Je ne suis pas sûr que ça favorise l'assiduité en amphi....

Tout d’abord une remarque qui a son importance : la ville de Zurich a développé une politique de libre développement des herbes folles et de coupe tardive qui donne au campus de l’Université un petit côté « alpage » et aux rues une image bien différente du cliché de la Suisse pays trop propre qui ne tolère pas une feuille morte…. ;-)

Zurich-Wintherturstrasse red

Buissons d'espèces locales, bandes herbeuses et voies de tram vertes Winterthurstrasse

Malgré la saison, j’ai pu noter 46 espèces dont 12 nouvelles dans les 4 dernières heures de mon séjour…comme quoi il faut y croire jusqu’au bout !

- Les moineaux : par réflexe « professionnel », une des premières questions que je me pose dans une ville que je découvre c’est s’il y a des Moineaux… A Zurich je n’ai pas eu à attendre longtemps la réponse : à la descente du TGV, il y en avait dans la gare !… Les décomptes dans les rues (cf. prochain post) me le confirmeront et les images de troupes (de jeunes surtout) en particulier au bord du lac encore plus… 

Moineaux Zurich red

Zurich fait bien partie des « villes à moineaux » (avec Paris et Berlin ). Evidemment, cela ne donne pas d’indication sur la tendance de cette population !….

- Les espèces les plus spectaculaires :

          + un Pèlerin (dont j’ai appris par la suite qu’il nichait en centre ville) cerclait à proximité d’une 50aine de Martinet à ventre blanc qui ont resserré les rangs, enlevant ainsi au Pèlerin tout espoir de réussite…

          + un Cincle (une des nouveautés du dernier jour) faisant sa toilette au milieu de la Sihl en plein centre ville (Stauffacherbrücke), puis partant à la pêche en picorant dans l’eau, puis se faisant recouvrir par la vague soulevée par un caillou, nageant ensuite sous l’eau dont la force l’a même une fois envoyé « atterrir » visiblement plus loin que prévu !

Zurich site cincle 1red

Zurich site cincle 2red

- Quelques lieux

          + Ancien Jardin Botanique ( à peine 2ha sur une butte en centre ville), le seul Troglodyte de tout le séjour ( !), une des rares familles de merles de la ville et surtout une flopée de migrateurs précoces, sans doute « tombés » la nuit précédente à cause de l’orage : au moins un Gobemouche noir, une femelle de Rougequeue à front blanc, un Hypolais (déterminé comme ictérine pour des raisons géographiques….), un Rossignol  et même une Fauvette des jardins qui tenait absolument à chanter ! Les nombreuses baies et drupes (cornouillers, sorbiers, lierre, etc.) du parc attiraient aussi de nombreuses Fauvette à tête noire. Une jolie troupe de Pinsons récoltait plutôt les graines tombés au sol ou directement sur les fleurs. Un Pic épeiche se fait entendre

          + Dans le parc de l’Université (Irschel, en limite N de la ville) un étang permet la présence de 2 Rousseroles effarvatte, un héron vient aussi s’y nourrir, un Pic vert se fait entendre et un Gobemouche gris sort visiblement de son bain (il faisait bien chaud !…)

          + Sur le lac et les cours d’eau : force mouettes, foulques (dont un couple avec 2 jeunes encore en duvet rougeâtre sur la tête le 26/8 , c’est bien tardif je trouve… ) , cygnes et colverts mais aussi quelques Goélands leucophée( dont un posé – couché même ! – sur le toit du restaurant « Chez Félix », Bellevueplatz…..s’il y niche, son surnom est tout trouvé !), un Goéland brun, des Nettes rousses (malheureusement en éclipse, alors qu’en plumage nuptial les mâles sont superbes ! ) au milieu des bateaux (avec un Milouin), quelques Grèbes huppés et un Castagneux.

Nette rousse mâle eclipse Zurich 260809red

Même en éclipse, le mâle se reconnaît à son bec rouge vif

(  à suivre….)

Commentaires

Aah ! Dommage qu'on ne voit pas bien le cincle ! J'ai commencé à lire un livre "les moineaux", et bien première surprise, il y a plusieurs sortes de moineaux ! Bon, ça ne devrait pas m'étonner, il n'y a si longtemps je ne savais pas différencier les mâles et les femelles. Une fois qu'on connait les explications ça devient évident... A côté il y avait "nourrir les oiseaux dans sa main" mais je n'ai pas le courage de rester 2h debout avec la main tendue pleine de graine :-). J'ai vu un livre de nichoirs et mangeoires qui conseillait de laisser les oisillons tombés par terre et de "laisser faire la nature". Partant de ce principe, alors pourquoi l'auteur s'embete à nourrir des oiseaux et ne laisse pas "faire la nature" ?... trouvé une toute petite plume rayée et pas identifié le propriétaire.

Écrit par : clubescargot | 27/08/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.