01/07/2009

A vélo, les oiseaux sont plus beaux.....

Ceux qui lisent mes messages sur les listes de diffusion ornithologiques connaissent mon goût pour le vélo et le néologisme « vélornithologie » que j’ai réussi à diffuser dans le petit monde du Web ornitho [ je reconnais fort volontiers que ce n’est pas moi qui l’ai inventé : alors que je cherchais à créer un mot de ce genre, je tournais autour de quelque chose du style « ornithovélogie » quand la copine de l’époque d’un ami ornitho (je tairai donc son  nom pour la paix des ménages….de toute façon il y a prescription, ça remonte à 1996 !) m’a suggéré « vélornithologie » ce qui sonnait effectivement nettement mieux ! ]

Velornithologie Moineau Domestique P Dubois red

 Quelle plus belle illustration de la vélornithologie que cette photo de Patrick Dubois (dit le Moineau de Paris....) ?

Je voudrais essayer d’en faire comprendre les avantages que l’ornitho peut y trouver, en plus du plaisir qu’on peut aussi y trouver…

Je ne reviendrai pas sur la justification écologique de l’utilisation du vélo (éventuellement en association avec le train…..), juste dire qu’on peut difficilement se plaindre des conséquences du réchauffement climatique sur l’avifaune et continuer à faire 500 km en voiture pour aller cocher une espèce rare…..

Je préfère parler de l’avantage du vélo pour voir des oiseaux ou même, d’un point de vue scientifique, pour les dénombrer ! 

Deux rappels de base pour ceux qui ont oublié ce qu’était la bicyclette :

- un vélo ne fait pas de bruit (ou très peu)

- il n’y a pas de plafond sur un vélo (c’est gênant quand il pleut mais pratique pour voir les oiseaux en vol….)

 

J’ai le souvenir de m’être placé juste à l’aplomb d’un crécerelle qui faisait le St Esprit au-dessus de la piste cyclable du canal de l’Ourcq : même si elle fut brève (forcément…il a été surpris part la taille de la souris ! ), cette vision – difficile à réaliser en voiture, même avec ma vieille 2ch à toit ouvrant…. - m’a laissé un souvenir impérissable !

 Col P.St Bernard1

Quelle plus belle manière de profiter des paysages et des oiseaux qu'on y trouve que le vélo......même si on arrive un peu essouflé !

Il est vrai que nous ne sommes pas spécialement dans le milieu urbain, mais il m’arrive de sortir de la ville…il m’arrive même d’aller à la campagne !…. ;-)

 

Je disais que le vélo pouvait être un moyen de comptage des oiseaux : je ne suis pas inconscient, ça ne peut pas marcher avec toutes les espèces ! Je ne me vois pas dénombrer les roitelets en sillonnant une forêt à vélo ! Le chant est trop faible et la densité de l’espèce souvent trop forte. La marche à pied est la seule méthode efficace pour dénombrer l’ensemble des espèces d’une zone de qq dizaines d’hectares.

Mais si vous passez à des milieux ouverts, des espèces facilement visibles (traquet pâtre qui se perche sur les fils, bouscarle dont le chant explose au moindre passage) ou à territoire qui dépasse les possibilités d’un marcheur (rapaces), le vélo révèle tous ses avantages méthodologiques….

Si vous devez dénombrer les cisticoles sur une grande zone, ou les pie-grièches à la période l’envol des jeunes sur des dizaines de km², ou repérer les busards, ou encore essayer de trouver les rolliers du Haut-Var, la vélornithologie ne vous permettra sans doute pas de calculer des densités précises des espèces, mais devrait vous permettre de calculer des indices kilométriques : IKAV = Indice Kilométrique d’Abondance Vélornithologique ….. ;-) … bien pratiques pour faire des comparaisons d’une année sur l’autre par exemple (j’avais testé grossièrement la méthode en Camargue pour voir l’impact d’un hiver froid sur les densités de Cisticoles et ça avait assez bien marché )

Vélombre

Il est parfois heureux qu'il y ait des oiseaux pour occuper le cerveau du cycliste qui traverse certaines plaines agricoles un peu plates......

En plaine agricole, dénombrer – par exemple - les bruants proyers ou les fauvettes grisettes est un vrai plaisir à vélo ! En banlieue, vérifier s’il y a vraiment autant de Tourterelles turques qu’on le croit est évidemment plus facile à vélo qu’en voiture ..... Quant à l'Hypolais polyglotte et le Rougequeue à front blanc nicheurs au port de Pantin, je ne les aurais sans doute jamais trouvés si je n'allais pas à mon collège à vélo !

 

A vous d’inventer d’autres applications !……

Commentaires

Tagué en bleu ...

Écrit par : Lècia | 06/07/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.