14/02/2009

Apprendre les chants d'oiseaux en ville....

C’est le moment d’apprendre à reconnaître le chant des oiseaux : ils commencent à se remettre à chanter après la halte hivernale et donc il y a peu d’espèces qui chantent….ça évite beaucoup de confusion ….

Tout d’abord où trouver les chants des oiseaux ? Il y a plein de documents dans le commerce mais, si vous voulez vous faire une petite idée avant d’investir dans un document plus spécialisé, il vous suffit d’aller sur le site du Corif  http://www.corif.net/site/ et , sur la page d’accueil, de cliquer sur « Accéder à la sonothèque », mise à la disposition du Corif par Fernand Deroussen.

Avant de commencer, petite remarque liminaire (pléonasme gracieusement mis à notre disposition par Pierre Desproges….) : qu’est ce qu’un chant ? On croit parfois, que les oiseaux produisent des sons mélodieux pour montrer leur joie ou pour nous faire plaisir…. Plus prosaïquement, un chant est une manifestation sonore qui marque le territoire du chanteur ainsi que son désir de trouver une femelle….en plus il n’est pas toujours très mélodieux (par exemple le  chant du moineau domestique….). On appelle cris toutes les autres manifestations sonores , de significations variées (alarme, contact, etc.)

Accenteur chantant Londres red

Cet accenteur chantait de bon coeur en février dernier à Londres...

Quelle drôle d’idée d’apprendre les chants d’oiseaux en ville !….et pourtant, si on choisit bien son lieu et son heure, c’est effectivement un lieu bien pratique : les oiseaux sont peu farouches et vous pouvez donc plus facilement les approcher pour identifier la source sonore qui agrémente votre ouïe d’un torrent de notes non identifiées. Il suffit de se lever un peu tôt le week-end, quand il y a moins de voitures dans les rues et d’aller dans les parcs ou les squares pour pouvoir commencer votre formation…

Le rythme des chants varie tout au long de l’année : la pleine période est le printemps, au moment de la constitution des couples, disons, suivant les espèces, de mars à mai-juin. A cette période le concert est certes très agréable, mais un peu confus pour commencer à s’y reconnaître ! La nidification est souvent une période où les chants diminuent suivie par la mue postnuptiale, qui pousse la plupart des espèces au silence quasi complet de l’été. Certains ont un petit regain d’hormones en septembre qui provoque quelques chants, puis vient l’hiver où quasiment tout le monde se tait : il ne reste guère que le rougegorge qui défend aussi un territoire hivernal et qui donc chante souvent en hiver. Ecoutez donc son chant cristallin en cliquant ici  

 etourneau red

Cet étourneau s'époumonnait au jardin des Plantes à Paris

Quand les jours rallongent (dès janvier), les premières espèces commencent à chanter : le troglodyte, le merle, la grive draine, la mésange charbonnière (« titipû…titipû…. »). En ce moment (mi-février) on entend aussi les chants du grimpereau, de la mésange bleue, de la sittelle, de l’accenteur, de la grive musicienne (« filip – filip –filip …didouit-didouit-didouit ») mais aussi de la corneille (je vous conseille d’essayer d’identifier, grâce au comportement, quel est le chant de la corneille parmi ses productions sonores….). L’étourneau a aussi commencé à produire son mélange incroyable de notes avec lesquelles il mêle des imitations fort variées !On peut même déjà entendre les tout premiers pinsons, verdiers et serins qui sont en général un peu plus tardifs et commencent vraiment fin février.

HFenetre Geode red

Souvent le mâle d'Hirondelle de fenêtre commence une ébauche de nid et se met à chanter pour...;demander de l'aide ! ( photo prise à la Cité des Sciences de la Villette)

En mars les premiers retours se font entendre et vous pourrez donc reconnaître le chant du rougequeue noir sur un toit de bâtiment avec son bruit caractéristique de « papier de verre », celui du pouillot véloce (« zip…zap…zip...zap… »), de la fauvette à tête noire, puis en avril des premières hirondelles de fenêtre et enfin, le dernier arrivé, le martinet noir avec ses longs trilles stridents qu’il adore pousser en groupe au cours de sarabandes effrénés le long des rues.

Mine de rien, vous en serez à une vingtaine d’espèces dont vous aurez appris le chant ! Pas mal pour une première année d’ornithologie auditive…. ;-)

Commentaires

titipû Hello,
... Hier ai entendu titipû, titipû ...super contente d'avoir vu de mes yeux vu la petite mésange charbonnière par son chant alertée
Merci Frédéric pour tous ces articles sur les oiseaux

Écrit par : mariedom | 21/02/2009

Répondre à ce commentaire

Merci pour le lien de la sonothèque ! Je vais pouvoir reconnaître des oiseaux !
La plus facile pour moi pour l'instant, c'est la pie avec ses 15 copines dans le même arbre quand je passe devant. Elles pourraient avoir chacune un arbre mais non, c'est peut-être mieux d'être groupées ? Enfin, j'entends aussi les moineaux, les mouettes et maintenant les mésanges, même si elles je ne les vois pas...

Écrit par : clubescargot | 21/02/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.