07/02/2009

La vie mouvementée de la Pie parisienne

Voici encore un oiseau qui fait partie intégrante de l’avifaune parisienne et qui pourtant n’est pas à Paris « depuis toujours ». A la fin du 19ème siècle il n’y en avait pas et vers 1930 il y en avait tellement peu qu’un ornithologue parisien (Legendre) n’en cite qu’un ou deux couples et la place dans la catégorie « rencontrée de temps en temps dans Paris ». Un autre ornithologue (P.Barruel) ne la considère toujours pas comme commune dans les années 40 mais signale à la fin des années 50 qu’elle niche dans les grands arbres des parcs importants. On doit pouvoir donc dater son implantation de cette période.

Pie_Observatoire_Vincennes red

A l'observatoire ornithologique du bois de Vincennes....

Ensuite elle sort de ces parcs pour nicher dans les arbres du bord des rues. Il semble que ce soit une règle pour un certain nombre d’oiseaux qui s’installent en ville : au début on s’établit dans le milieu qui ressemble le plus à son milieu d’origine ( milieu rural ouvert entrecoupé de bosquets ou d’arbres isolés) puis on s’adapte vraiment, en utilisant des arbres isolés le long des rues et – pour certaines espèces – on va même jusqu’à nicher sur des bâtiments (comme le pigeon ramier par exemple). Parallèlement, le régime alimentaire peut changer : déjà que « dans la nature » la Pie est opportuniste, en ville on peut la voir manger n’importe quoi n’importe où….y compris dans les poubelles ou les caniveaux !

Quelques mots d’abord sur le comportement « dans la nature » de la Pie : comme la plupart des corvidés, c’est un omnivore à tendance carnivore . Au moment des nids, c’est un redoutable prédateur, mais elle peut se contenter de charogne (voir la photo) et en hiver de…ce qu’elle trouve !

Pies Courneuve red

Non, elles n'ont pas tué ce lapin....il a dû mourir de maladie

.

On l’a beaucoup accusée de faire des dégâts dans les populations de petits oiseaux, voire sur les canetons des parcs suburbains : c’et vrai que sa densité dans un parc comme la Courneuve (93) peut faire se poser des questions…..auxquelles F. Chiron a répondu dans sa thèse (voir quelques éléments sur cette thèse en cliquant là) en montrant qu’il n’y avait pas moins de petits passereaux dans les coins où il y avait beaucoup de pies…

J’ai évoqué son nid qui est placé sur un arbre ( j’ai vu une photo d’une pie ayant niché sur une façade – à Berlin – mais c’est une exception…) . Quand il est complet, il a une forme caractéristique : grosse boule de branches apparemment sans grand ordre (en fait elles sont maintenues par une couche de boue à l’intérieur ), il est normalement surmonté d’un « toit », lui aussi fait de branches entrecroisées. Evidemment, cela ne protège pas contre la pluie, mais ça doit limiter les risques de prédation…..

Nid de pie red

En bas de chez moi, une Pie avait construit ce nid dans un Tulipier de taille modeste

.

Et effectivement ….. risques de prédation il y a ! Son « meilleur ennemi » est la Corneille et , dès le début de la construction du nid (voire plus tôt !), on peut assister à la rivalité ancestrale qui oppose ces espèces….ce matin par exemple, dans le 19ème arrondissement , une corneille était posée sur un vieux nid de pie qu’elle s’employait à démonter, pendant que le couple légitime propriétaire de la construction criait haut et fort son mécontentement…Et quand le nid est construit et qu’il contient des œufs ou des jeunes, la Corneille n’hésitera pas à en faire son 4 heures !

Et pourtant, alors que la Corneille noire, qui s’est établie à Paris au début des années 60, a vu sa population « exploser » depuis les années 80, elle ne semble pas arriver à faire disparaître la Pie de notre capitale : le nombre de pies ne semblent pas avoir baissé en 20 ans (pour plus de détails, il faudra attendre la publication de l’Atlas des Oiseaux Nicheurs de Paris….) et quand j’étudie la densité des 2 espèces dans les rues parisiennes, je ne trouve aucune « corrélation négative » : le nombre de corneille ne semble pas faire baisser le nombre de pie (là, pour avoir plus de détails, il faudra attendre que j’écrive un article sur mes comptages parisiens….quelques détails en cliquant là ).

A noter qu’au niveau européen, on retrouve une implantation urbaine et un développement de la Pie en général avant  la Corneille et on signale toujours la rivalité entre les 2 espèces….mais personne ne note une diminution de la Pie !

Elle sait se défendre la bougresse !….

18:21 Écrit par Frédéric dans des espèces très urbaines | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour j ai bien aimé votre analyse j ai depuis samedi une petite pie qui doit avoir 6à 8 mois et me pose beaucoup de questions à son sujet et sur son espèce pourriez me guider.Vous en remerciant

Écrit par : Mme QUINIOU | 27/04/2009

Répondre à ce commentaire

Pourriez vous m aider car ma fille m'a ramené du park une petite pie j aimerai avoir des renseignementssur sn comportement etc....
Vous en remerciant

Écrit par : Mme QUINIOU c | 27/04/2009

Répondre à ce commentaire

je serai curieuse de connaitre leur vie c'est a dire le comportement vis a vis du male le nombre de bebes toutes ces choses,j'ai la chance d'avoir un nid de pies en face de ma fenetre,dans un arbre ,tres haut,j'en suis tres heureuse et tres curieuse

Écrit par : nicola | 17/02/2014

Répondre à ce commentaire

Un texte simple mais qui présente les principaux aspects de la vie de la Pie bavarde, oiseau qui mérite effectivement votre curiosité ! http://oiseaux_yonne.voila.net/descrip/piebavar.htm## ANCRE5

Écrit par : Frédéric Malher | 17/02/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.