05/11/2008

Les oiseaux et les voies de chemin de fer

Quels rapports les oiseaux entretiennent-ils avec les voies de chemin de fer ? La question peut sembler curieuse et pourtant ils sont importants ….. que les voies soient en activité ou abandonnées !

Et d’abord une remarque purement comptable : la superficie qui est propriété de RFF (Réseau Ferré de France) est très importante à Paris (longez les voies de la gare de l’Est ou de la gare d’Austerlitz par exemple pour en avoir une idée ! ) ou en banlieue (si vous prenez le train vers l’est de la France, regardez le paysage entre Pantin et Noisy-le-Sec pour en être persuadé !)

Voies SNCF Austerlitz red

Les voies de la gare d'Austerlitz

En plus, le paysage offert, même s’il n’est pas très esthétique, est bien différent du paysage urbain moyen, riche surtout en constructions et en parcs plus ou moins arborés : c’est un milieu qu’on qualifie d’ouvert, c’est à dire avec une végétation souvent rare et basse coupée de buissons, ce qui peut plaire à des espèces d’oiseaux qui ne trouvent pas très facilement leur bonheur en ville.

FauvetteGrisette_P_Dubois redec

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxFauvette grisette mâle en plein chant... (photo P.Dubois)

Les terrains ferroviaires permettent donc à des espèces originales de se maintenir en milieu urbain et d'y nicher : on y trouve des espèces qui nichent dans les buissons, linotte et fauvette grisette par exemple, hypolais polyglotte ou fauvette babillarde, mais aussi des espèces qui nichent sur les terrains découverts : le cochevis huppé, avant qu’il disparaisse de Paris et de sa proche banlieue, appréciait ce genre de terrain. Plus étonnant encore, le petit gravelot occupe ce genre de terrain même s’il est éloigné de l’eau : il a sans doute niché (et niche peut-être encore ) sur les terrains qui entourent les voies entre Pantin et Noisy-le-Sec.

C’est aussi une voie de pénétration des villes pour certains migrateurs : la rousserolle effarvatte, pourtant oiseau de roselières, apprécie  beaucoup de suivre les voies au cours de ses migrations, au moins quand elle les poursuit « à pied », en passant de buisson en buisson, ce qui lui permet aussi de se nourrir en même temps. Il est même arrivé qu’une d’entre elle se retrouve sur des voies en sous-sol de la gare de Lyon, sortant du tunnel qui l’amenait de la station Châtelet !….

voie SNCF red

x

x

x

x

x


Les voies de la gare de l'Est au Blanc-Mesnil

x

x

x

x

x

x

x

Parmi les migrateurs qu’on peut y voir à l’occasion d’une halte, on peut aussi citer les Tariers pâtre et des prés, le Traquet motteux. A noter que les voies, en dehors des oiseaux, sont des axes de pénétration pour certains mammifères : le renard en profite pour entrer dans Paris…

C’est aussi un milieu qui offre aux hivernants des sources de nourriture, spécialement des graines aux fringilles (pinson, verdier, serin, chardonneret, etc.) et moineaux. 

PC Charonne red

La Petite Ceinture dans le 20ème arrondissement

A une époque où Réseau Ferré de France pense à monnayer certains de ses terrains, la question de la biodiversité doit entrer en ligne de compte…..

Commentaires

Blog très intéressant.
Oies cendrées ou bernaches du Canada?
C'étaient bien des bernaches du Canada.
Amitiés,Pierre.

Écrit par : Pierre | 07/11/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.