21/09/2008

Les oiseaux pendulaires

Les sociologues appellent "pendulaires" les habitants des banlieues qui font quotidiennement le trajet entre la banlieue et Paris pour travailler. Un certain nombre d'oiseaux font le trajet inverse : un bon nombre dorment dans Paris et partent le matin pour se nourrir dans les champs de lointaines banlieues.

 Commençons tout de suite par une exception : à Paris au moins, les hérons qui se nourrissent des poissons des pièces d'eau  (on doit pouvoir estimer à une dizaine au moins le nombre de hérons parisiens ) passent la nuit à l'extérieur de la ville : au bois de Vincennes, peut-être au parc de la Courneuve ou ailleurs ). A Istanbul la situation est bien différente puisqu'il y a une colonie en centre ville et les hérons changent parfois carrément de continent pour aller pêcher.... en Asie !

Le plus souvent, nous avons donc des oiseaux qui profitent de l'abri de la ville pour dormir et parfois pour nicher, ce qui donne donc des densités impressionnantes : 12 couples de Ramiers ont niché sur un hectare au square de la Roquette à Paris (S.Detalle), 70c de Pigeons colombins sur 25 ha du parc de la Colombière à Dijon dans les années 80 (Tomialojc)! De même de nombreuses villes hébergent (parfois à leur corps défendant ...) des corbeautières : les Corbeaux freux ( à ne pas confondre avec les Corneilles qui ne font pas de colonies) apprécient les grands arbres et la tranquillité du centre ville pour installer leurs nids. La journée, ils vont se nourrir d'insectes et de graines dans les champs environnants. Comme ils n'aiment pas faire trop de trajet, ils désertent les villes qui s'étendent trop : c'est ce qui s'est passé à Londres en 1916 et à Paris pendant les années 50 : la dernière colonie était  située sur le quai de la Mégisserie, au bord de la Seine !

Choucas A.Fossé red

***Un couple de Choucas angevins (photo A.Fossé)

 

Le Choucas des tours, petit corbeau qui fait des colonies bruyantes dans les clochers et les monuments, va souvent aussi se nourrir à l'extérieur des villes et c'est peut-être pour ça qu'il est en régression dans Paris alors que l'espèce se porte plutôt bien dans le  reste de la France...

Un cas célèbre est celui des étourneaux qui viennent profiter du microclimat urbain (plus chaud et moins de vent) pour constituer des dortoirs en ville. Ces dortoirs urbains peuvent compter des dizaines (voire des centaines) de milliers d'oiseaux dont les déjections posent évidemment un problème pour les carrosseries qui se trouveraient dessous ! "Et si on rajoute à ça le bruit et l'odeur"...... 

Dortoir BNF lumières red

******Une arrivée spectaculaire des étourneaux à la BNF

 Les mouettes viennent aussi dormir en dortoirs, parfois en ville, comme celui qui est sur la Seine en aval de la Tour Eiffel. Plus surprenant, les bergeronnettes grises viennent aussi dormir en hiver dans des dortoirs qui sont situés curieusement dans des endroits bruyants et éclairés, comme des rond-point routiers ou des places face à une gare !

Quoiqu'on en pense, cela permet d'observer des mouvements ou des rassemblements impressionnants : j'ai déjà raconté le spectacle de la BNF envahie d'étourneaux (cliquer ici pour lire). Les mouvements matinaux de dispersion sont moins spectaculaires mais quand même intéressants à suivre : pour les Ramiers, on peut voir le matin très tôt (le maximum est dans le quart d'heure qui suit le lever du soleil) des vols parfois importants (plusieurs dizaines) quittant Paris. C'est un moment intéressant pour les compter, d'autant plus qu'ils ne rayonnent pas tout autour de Paris : les principaux axes de départ sont vers le N-NE par la Villette, vers le S-SW le long de la Seine, vers le Sud  par la porte d'Orléans, vers le SE par la porte d'Ivry et vers le bois de Vincennes autour de la porte de St Mandé.

Region parisienne Google map

Principales directions des vols de Ramiers le matin à Paris 

Mis à part le bois de Vincennes, les autres axes de départ correspondent aux directions des champs les plus proches de Paris, situés à une dizaine de km quand même....

17:04 Écrit par Frédéric dans des espèces très urbaines | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/09/2008

Les oiseaux à la conquête de la Ville

 Contrairement à une idée reçue, il y a de plus en plus d’oiseaux à vivre en ville…. Ça surprend, hein ? Evidemment, si on construit une ville sur un milieu naturel, le nombre d’espèce diminue….mais une fois que la ville est établie, le nombre d’espèces  va ensuite réaugmenter. A Paris, le minimum a été atteint semble-t-il au début du 20ème siècle, avec une vingtaine d’espèces qui y nichaient. On en est à près de 60….. !

Il y a sans doute des explications à chercher du côté de l’histoire de la ville en question (vieillissement des arbres par exemple), mais il y a aussi un phénomène général, qu’on va retrouver parfois aux mêmes dates dans différentes villes d’Europe…C’est le phénomène d’urbanisation (le vrai terme est « synurbanisation », mais on va rester simple….). Deux exemples typiques :

- le Pigeon ramier ne nichait avant qu’en milieu rural, en général en forêt . Depuis le milieu du 19ème s. il niche dans Paris et Londres, il s’est ensuite établi dans les villes européennes du Nord et de l’Est au cours du 20ème s, mais il n’a occupé les villes méditerranéennes (Montpellier, Naples, Alger) que vers 1990-95  et il ne niche toujours pas dans le centre ville de Marseille.

Corneille mantelée sur poubelle Istanbul red

La Corneille mantelée s'est aussi bien adaptée à la vie à Istambul !

- on a du mal à imaginer Paris sans elle, mais la Corneille (noire dans l’ouest européen, mantelée pour l’est et l’Italie) a « conquis » les villes européennes essentiellement entre les années 60 et 80 et la Pie en général un peu avant.

Moineau Villette red

Version aviaire du HLM à la Villette !

Quel intérêt présente la ville pour les oiseaux ? La ville présente un certain nombre d’avantages : il fait moins froid en hiver (+3° en hiver entre ville et banlieue), il y a beaucoup de nourriture disponible….grâce à nos rebuts, il n’y a pas de chasseurs, jusqu’à peu il n’y avait pas beaucoup de prédateurs (quoique les chats ne se nourrissent pas que de Kitekat même en ville….) et, avec un peu d’imagination, il y a plein de sites de nidification potentiels. Même s’il y a des inconvénients ( pollution, bruit, lumière, etc.), la ville présente donc de nombreux avantages….

Comment ça se passe ? Ça commence souvent par l’hivernage : l’espèce profite des meilleures conditions offertes par la ville pour y rester l’hiver. C’est ce qu’on a vu, semble-t-il, à Paris pour la Bergeronnette des ruisseaux qu’on a notée de plus en plus dans les années 90, y compris en dehors des voies d’eau.

  Ramier balcon fleuri red

Un Ramier qui en plus choisit son cadre de vie.... 

Très souvent la nidification commence dans les zones périurbaines pour se rapprocher progressivement du centre ville. Le phénomène  été noté, par exemple pour la Corneille à Caen dans les années 70-80, pour le Pigeon ramier à Dijon entre 1980 et 1990 alors qu’à Marseille on le trouve actuellement seulement dans la zone périurbaine….il y a gros à parier qu’il sera en centre ville dans quelques années !

 

Cette urbanisation s’accompagne de nombreuses adaptations : je les ai déjà évoquées dans certains de mes posts : les oiseaux s’accoutument à la présence humaine (voir l’exemple du Héron cendré ici -et ), ils modifient leurs sources de nourritures (des exemples en cliquant ici ) et ils doivent souvent trouver de nouveaux lieux de nidification ( allez voir )..

Quels sont les mécanismes qui amènent une espèce à s’établir en ville ? Principalement deux schémas principaux, dont il est possible qu’ils s’appliquent tous les deux à des espèces différentes. D’abord, la conquête progressive des villes d’Europe centrale et de l’est à partir de l’Europe du Nord-ouest par le Merle et le Pigeon ramier a fait penser à l’intervention d’individus « pionniers » qui iraient d’une ville à l’autre pour implanter des populations urbaines nouvelles. C’est évidemment ce qui s’est passé pour la Tourterelle turque à partir de 1950 dans sa « conquête de l’Ouest » européen, et peut-être pour le Merle mais on ne pense pas que ce soit valable pour le Pigeon ramier. Pour lui, et un certain nombre d’autres espèces, on pense plutôt que c’est un problème de « crise du logement » en milieu rural autour des villes qui pousse l’espèce à chercher des sites de nidifications en ville. L’espèce s’urbanise donc seulement dans les régions où elle est nombreuse et pas dans les régions où elle est rare.

 Héron silhouette sur pont B_Chaumont red
Bientôt le Héron nicheur dans Paris ?

Finalement, la ville va-t-elle devenir une réserve pour protéger les espèces en difficulté ? Non, pas vraiment…..D’abord parce qu’on vient de voir qu’une espèce en « mauvaise santé » n’a aucune raison de s’urbaniser. Mais certaines espèces peuvent s’établir en ville quand elles sont en bonne santé puis s’y développer alors que les populations naturelles sont en difficulté. C’est ce qui se passe en France pour la Pie…mais c’est semble-t-il une exception.

Autre raison de ne pas trop compter sur les villes pour sauver la biodiversité : ce ne sont pas toutes les espèces qui s’installent en ville. Ce sont en général des espèces opportunistes d’origine forestière, omnivores et sédentaires. Les insectivores migrateurs sont sous-représentés ainsi que les nicheurs au ras du sol (sans doute un problème avec les chats….). Et c’est dans ces catégories qu’on trouve beaucoup d’espèces en difficulté, sans compter les espèces de milieux ouverts (prairies humides, champs de céréales, etc.) qui naturellement n’arriveront pas à s’adapter en ville. Il est donc important de continuer à s’occuper de la biodiversité aussi en milieu rural…..

 

 

 

 

 

09:23 Écrit par Frédéric dans des espèces très urbaines | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/09/2008

TABLE DES MATIERES

Au risque de passer pour un peu narcissique, j’ai jugé utile de faire apparaître la liste complète de mes posts, pour faciliter les recherches sur mon blog.

J’ai donc fait figurer le regroupement par catégories, dans l’ordre chronologique inverse comme vous trouverez les msg si vous cliquez à droite dans la liste des catégories sur celle qui vous intéresse….

 

DES ESPÈCES TRÈS URBAINES

 

2/7/08 : Contr’offensive dans le match Vigipirate-Corneilles

5/5/08 : Bergeronnette…. des ruisseaux, dîtes-vous ?

26/4/08 : Encore un Autour des palombes à Paris

5/4/08 : Les Hirondelles de rivage de la région parisienne aiment bien les sites artificiels

15/3/08 : Colombins en folie

18/2/08 : Le match Vigipirate-Corneilles continue…

5/2/08 : Vigipirate 1 – Corneille 0

2/2/08 : Des merles qui n’ont pas froid aux yeux…ni ailleurs !

21/1/08 : Pas toujours facile de se loger en ville ! (à propos des sites de nids en ville)

10/12/07 : Les oiseaux communs de Paris

16/10/07 : De drôles de pèlerins…

8/10/07 : Des pics à la pelle !

3/10/07 : On l’appelle l’hirondelle des faubourgs…

26/9/07 : Les Goélands des toits parisiens

15/9/07 : Un peu d’exotisme en ville…(à propos de perruches, de bernache, de casarca..)

24/6/07 : Les oiseaux du caniveau

20/6/07 : Les corneilles et le plan Vigipirate

17/6/07 : Les Faucons crécerelle de Paris

15/6/07 : Les hérons de Paris….et d’ailleurs !

 

HISTOIRES VRAIES D’OISEAUX EN VILLE

 

14/6/08 : Une bergeronnette bien entreprenante….

14/4/08 : Une draine peu farouche

29/3/08 : Convoitise de corneilles (à propos d’un épervier)

23/3/08 : Combat aérien au-dessus du Marais ( à propos d’un Héron et de Goélands)

3/3/08 : Un Merle têtu

5/1/08 : Tu viens dormir à la BNF ? ( le dortoir d’étourneaux)

19/12/07 : Un conte de (presque ) Noël ( à propos d’un Tichodrome)

23/10/07 : Le Héron des bassins

21/10/07 : En direct de ma fenêtre (à propos d’un épervier)

13/10/07 : Encore la Chouette des Buttes…

8/10/07 : Dernière minute : la Chouette hulotte des Buttes-Chaumont encore là !

30/9/07 : Le Cormoran et les Corneilles

28/8/07 : Des oiseaux bien curieux (à propos de Mésange à longue queue)

 

L’ORNITHOLOGIE URBAINE EN MARCHE

 

31/8/08 : Paris en été….résumé des observations 1/6 – 31/8/08

6/8/08 : Découvertes parisiennes

28/6/8 : Au fait, combien d’espèces à Paris ?

22/6/08 : Le mystère des sternes de Gennevilliers perdure…

3/6/08 : Les oiseaux du printemps (1/3 –31/5/08)

2/3/08 : Les oiseaux de l’hiver 2007-2008 dans Paris intra-muros

29/11/08 : Paris en automne….

12/9/07 : Les Mouettes en vacances d’hiver à Paris

9/9/07 : Suivre les migrations au-dessus de Paris ?

15/8/07 : L’Atlas des Oiseaux Nicheurs de Paris

1/8/08 : Les oiseaux urbains d’Italie centrale

30/6/08 : Le mystère des Sternes d’Île de France

 

LE MOINEAU DOMESTIQUE

 

25/5/08 : Le Moineau à Paris : ça baisse ou pas ?

9/3/08 : Le Moineau, gavroche ou rupin ?

14/11/07 : Le Moineau de Quépat et le Moineau de Buffon

20/9/07 : Les Moineaux ou les autos ?

4/7/07 : Le Moineau : déclin ou pas déclin ?

 

LES LIEUX DE L’ORNITHOLOGIE

 

8/7/08 : Ornithologie urbaine en Lorraine

13/1/08 : On va aux Buttes ?…

29/12/07 : Ornithologie mussipontaine

26/11/07 : Des oiseaux au collège !

20/11/07 : Bruxelles : un tour du Monde en 6 espèces d’oiseaux !

18/6/07 : Les friches parisiennes

 

LA QUEUE DU COQ MAISON

 

10/6/08 Laissez pousser les « mauvaises herbes » !

19/5/08 On cause de Nature en Ville au Festival de la Nature

6/4/08 : « Guide des oiseaux de Paris » O.Labbaye

20/3/08 : Je cause sur un autre blog !…. ;-)

3/2/08 : Le brouillon de la cigogne du Bd R-Lenoir ?

1/1/08 : Bonne année !

17/12/07 : « Les oiseaux de Paris » J.Riegel, S.Mor et P.Mur

6/11/07 : Un peu de pub…

5/10/07 : Eurobirdwatch 2007

26/9/07 : Jeudi 27/9 à 6h20 sur France-Inter…

2/9/07 : La Cigogne du Bd Richard-Lenoir

30/8/07 : Un livre pour les naturalistes urbains

14/8/07 : Ornithologie paléo-urbaine

26/6/07 : Faire un nichoir ou l’acheter ?

14/6/07 : Mystère aux Buttes-Chaumont ( Paris 19ème)