08/09/2008

Les oiseaux à la conquête de la Ville

 Contrairement à une idée reçue, il y a de plus en plus d’oiseaux à vivre en ville…. Ça surprend, hein ? Evidemment, si on construit une ville sur un milieu naturel, le nombre d’espèce diminue….mais une fois que la ville est établie, le nombre d’espèces  va ensuite réaugmenter. A Paris, le minimum a été atteint semble-t-il au début du 20ème siècle, avec une vingtaine d’espèces qui y nichaient. On en est à près de 60….. !

Il y a sans doute des explications à chercher du côté de l’histoire de la ville en question (vieillissement des arbres par exemple), mais il y a aussi un phénomène général, qu’on va retrouver parfois aux mêmes dates dans différentes villes d’Europe…C’est le phénomène d’urbanisation (le vrai terme est « synurbanisation », mais on va rester simple….). Deux exemples typiques :

- le Pigeon ramier ne nichait avant qu’en milieu rural, en général en forêt . Depuis le milieu du 19ème s. il niche dans Paris et Londres, il s’est ensuite établi dans les villes européennes du Nord et de l’Est au cours du 20ème s, mais il n’a occupé les villes méditerranéennes (Montpellier, Naples, Alger) que vers 1990-95  et il ne niche toujours pas dans le centre ville de Marseille.

Corneille mantelée sur poubelle Istanbul red

La Corneille mantelée s'est aussi bien adaptée à la vie à Istambul !

- on a du mal à imaginer Paris sans elle, mais la Corneille (noire dans l’ouest européen, mantelée pour l’est et l’Italie) a « conquis » les villes européennes essentiellement entre les années 60 et 80 et la Pie en général un peu avant.

Moineau Villette red

Version aviaire du HLM à la Villette !

Quel intérêt présente la ville pour les oiseaux ? La ville présente un certain nombre d’avantages : il fait moins froid en hiver (+3° en hiver entre ville et banlieue), il y a beaucoup de nourriture disponible….grâce à nos rebuts, il n’y a pas de chasseurs, jusqu’à peu il n’y avait pas beaucoup de prédateurs (quoique les chats ne se nourrissent pas que de Kitekat même en ville….) et, avec un peu d’imagination, il y a plein de sites de nidification potentiels. Même s’il y a des inconvénients ( pollution, bruit, lumière, etc.), la ville présente donc de nombreux avantages….

Comment ça se passe ? Ça commence souvent par l’hivernage : l’espèce profite des meilleures conditions offertes par la ville pour y rester l’hiver. C’est ce qu’on a vu, semble-t-il, à Paris pour la Bergeronnette des ruisseaux qu’on a notée de plus en plus dans les années 90, y compris en dehors des voies d’eau.

  Ramier balcon fleuri red

Un Ramier qui en plus choisit son cadre de vie.... 

Très souvent la nidification commence dans les zones périurbaines pour se rapprocher progressivement du centre ville. Le phénomène  été noté, par exemple pour la Corneille à Caen dans les années 70-80, pour le Pigeon ramier à Dijon entre 1980 et 1990 alors qu’à Marseille on le trouve actuellement seulement dans la zone périurbaine….il y a gros à parier qu’il sera en centre ville dans quelques années !

 

Cette urbanisation s’accompagne de nombreuses adaptations : je les ai déjà évoquées dans certains de mes posts : les oiseaux s’accoutument à la présence humaine (voir l’exemple du Héron cendré ici -et ), ils modifient leurs sources de nourritures (des exemples en cliquant ici ) et ils doivent souvent trouver de nouveaux lieux de nidification ( allez voir )..

Quels sont les mécanismes qui amènent une espèce à s’établir en ville ? Principalement deux schémas principaux, dont il est possible qu’ils s’appliquent tous les deux à des espèces différentes. D’abord, la conquête progressive des villes d’Europe centrale et de l’est à partir de l’Europe du Nord-ouest par le Merle et le Pigeon ramier a fait penser à l’intervention d’individus « pionniers » qui iraient d’une ville à l’autre pour implanter des populations urbaines nouvelles. C’est évidemment ce qui s’est passé pour la Tourterelle turque à partir de 1950 dans sa « conquête de l’Ouest » européen, et peut-être pour le Merle mais on ne pense pas que ce soit valable pour le Pigeon ramier. Pour lui, et un certain nombre d’autres espèces, on pense plutôt que c’est un problème de « crise du logement » en milieu rural autour des villes qui pousse l’espèce à chercher des sites de nidifications en ville. L’espèce s’urbanise donc seulement dans les régions où elle est nombreuse et pas dans les régions où elle est rare.

 Héron silhouette sur pont B_Chaumont red
Bientôt le Héron nicheur dans Paris ?

Finalement, la ville va-t-elle devenir une réserve pour protéger les espèces en difficulté ? Non, pas vraiment…..D’abord parce qu’on vient de voir qu’une espèce en « mauvaise santé » n’a aucune raison de s’urbaniser. Mais certaines espèces peuvent s’établir en ville quand elles sont en bonne santé puis s’y développer alors que les populations naturelles sont en difficulté. C’est ce qui se passe en France pour la Pie…mais c’est semble-t-il une exception.

Autre raison de ne pas trop compter sur les villes pour sauver la biodiversité : ce ne sont pas toutes les espèces qui s’installent en ville. Ce sont en général des espèces opportunistes d’origine forestière, omnivores et sédentaires. Les insectivores migrateurs sont sous-représentés ainsi que les nicheurs au ras du sol (sans doute un problème avec les chats….). Et c’est dans ces catégories qu’on trouve beaucoup d’espèces en difficulté, sans compter les espèces de milieux ouverts (prairies humides, champs de céréales, etc.) qui naturellement n’arriveront pas à s’adapter en ville. Il est donc important de continuer à s’occuper de la biodiversité aussi en milieu rural…..

 

 

 

 

 

09:23 Écrit par Frédéric dans des espèces très urbaines | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Très intéressant tout cela surtout quand on voit le nombre de corneilles en ville. Chez moi, Bruxelles, il y a 2 weekend, j'ai photographié une pie sur un banc. J'ai loupé de peu la photo qui la montrait le bec dans un paquet de chips et le bout de bec taquinant une canette de bière !!!

Écrit par : Cécile | 18/09/2008

Répondre à ce commentaire

la pie pourkoi vou metter po la pie paceke jdoi faire un exposer deçu et jtouve rien aider moi silvouplait

Écrit par : pinto | 21/12/2008

Répondre à ce commentaire

la corneille mantelée Bonjour, je crois avoir identifier la corneille mantelée qui vient tous les matins, au lever du soleil. Cette corneille cogne mes fenêtres avec son bec, de façon violente et cherche à entrer dans mon appartemant, je ne sais pas trop quoi faire. Est elle perdue ? cherche t elle quelque chose ?

Avez vous déjà entendu parler d'un tel phénomène ?

Écrit par : thairaize | 23/06/2009

Répondre à ce commentaire

Corneille mantelée en Crète En vacances en Crète cet été, j'ai vu plusieurs corneilles mantelées à Réthymnon, dans les arbres du Jardin municipal, sur une antenne de télévision et sur un lampadaire au port. Plumage très caractéristique.

Écrit par : Nicolas | 03/09/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.