06/08/2008

Découvertes parisiennes

Quel feu d'artifice ! Pour son bouquet final le futur Atlas des Oiseaux Nicheurs de Paris (à paraître fin 2009 ) a fait fort....qu'on en juge : dans les deux derniers mois du travail sur le terrain, ce sont pas moins de 3 espèces dont la reproduction a été démontrée....et quelles espèces !

Le Martin-pêcheur était déjà un trophée de valeur : qui aurait pu croire que cette espèce, qui creuse d’habitude son tunnel dans une rive sableuse, avait trouvé le moyen de nicher dans un quai bétonné ? Et pourtant c’est le cas de ce couple qui a trouvé , en aval de la Tour Eiffel, coincée entre deux péniches, une cavité dans le quai qui lui donne sans doute accès à une zone meuble (ou un tuyau ? de l’extérieur, on ne voit pas  ce qu’il en est…).

M-pêcheur JJ Boujot Paris red

L'heureux papa (mandibule inférieure noire) devant son nid (photo JJ Boujot)

Après avoir été étonnés de la présence tardive d’un Martin-pêcheur , nous (O. Sigaud, T.Bara, T.Kuwabara, le découvreur et moi) nous sommes relayés (enfin…pas 24h/24 quand même !) pour essayer de voir ce qu’il en était et c’est Guilhem  Lesaffre qui a eu la joie de voir d’abord le couple, puis la scène tant attendue de l’arrivée du mâle avec un poisson dans le bec la tête vers l’avant : si elle est vers l’arrière il va l’avaler lui-même mais s’il met la tête vers l’avant, c’est pour que ça puisse entrer dans le gosier d’un autre Martin-pêcheur, la femelle au nid ou un jeune ; cela apporte donc la preuve de la nidification.

Martin-pêcheur juvénile red

Le joyeux bambin (photo G.Lesaffre)

Il a même eu le plaisir de voir un jeune juste sorti le 19 juin, reconnaissable à la pointe blanche de son bec et ses pattes noires.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx>>Guilhem est encore responsable de la découverte de la 2ème espèce de cette liste, mais seul cette fois-ci : au parc de Bercy, il a vu une Rousserolle effarvatte qui nichait dans la « roselière » qui borde un des bassins. On espérait bien trouver cette espèce nicheuse à Paris, mais on pariait plutôt sur une friche ferroviaire qui a abrité de nombreux chanteurs de cette espèce, mais sans doute des migrateurs : ils sont coutumiers du fait de se cantonner provisoirement au cours de leur voyage, histoire de donner de faux espoirs aux ornithos locaux…. ;-)

La cerise sur ce gâteau déjà bien fourni est arrivée mercredi 30/7 : T. Kuwabara a observé au parc Montsouris 2 jeunes éperviers bien volants mais encore dépendants de la femelle qui leur a apporté une proie. C’était la preuve qu’ils avaient niché sur place !…… et de 57 ! ( c’est le nombre d’espèces nicheuses certaines qu’on a finalement trouvées). Il faut battre le fer tant qu’il est chaud : cela m ‘a donné l’idée d’aller aux Buttes-Chaumont où nous avions soupçonné la nidification de cette espèce à cause du nombre d’observations qui y avaient été faites ce printemps….Avant même d’entrer dans le parc, le cri caractéristique des jeunes non encore émancipés m’a rempli d’aise : je n’étais pas venu pour rien ! Effectivement, j’ai vite trouvé l’endroit où 2 jeunes et la femelle faisaient le ménage chez quelques intrus qui s’approchaient trop : ils ont eu tôt fait de raccompagner un geai, une pie et deux-trois corneilles aux limites de leur espace vital !

Epervier juv Montsouris O.Sigaud red

L'un des jeunes de Montsouris (photo O.Sigaud)

Il faut dire que cette espèce est très discrète pendant la nidification (la preuve….. on ne les avait trouvés plus tôt dans ces endroits très fréquentés par les ornithos) mais les jeunes sont très bruyants au nid et pendant les quelques semaines où ils restent dépendants des adultes. C’est la meilleure période pour les trouver….

A l’heure où j’écris le nid du parc Montsouris n’a pas été trouvé, mais j’ai peut-être trouvé celui des Buttes-Chaumont : contrairement à l’habitude de l’espèce de nicher sur un conifère, ici le nid est situé en haut d’un vieux Sophora, situé au sommet d’une butte.

Le gag de l’histoire, c’est que, dès le début du travail de l’Atlas, j’avais dit que j’offrirais le champagne à la personne qui prouverait la nidification de l’épervier !….il ne me reste plus qu’à m’exécuter !

 

Commentaires

coucou!!! coucou, sa fais un moi que je n'est pas touché a un ordinnateur et je t'écrit d'un office de tourisme.je suis content d'aprendre la nidification de l'épervier.j'ai fais un séjour de 2 semaines en corse ou j'ai observé le pélerin,le goéland d'audouin,le guépier;le cormoran de desmarest,le balbusard,le martiner a ventre blanc;la cistude et bien d'autres animaux.Je suis actuellement a Six-Fours les plages près de toulon.La semaine derniere je suis allé observé 175 dauphins bleu et blanc,1 rorqual comun,2 cachalot,1 requin peau bleu,ainsi que thon rouge;bonite,puffin cendré et yelkouan,mouette mélano et sterne caugek au large de toulon avec l'association regard du vivant.Hier je suis allé observé les tortue d'herman dans le jardins d'un ami.
Bonne vacances
a la rentrée!!!

Écrit par : nicolas | 09/08/2008

Répondre à ce commentaire

juste un mot Je viens souvent sur ton blog, Fred, et c'est un vrai plaisir le nombre de choses que j'apprends. Ton post sur les "mauvaises herbes" m'a fasciné et je m'en suis servi en classe...J'espère que nous pourrons prochainement en parler de vive voix. Bizz

Écrit par : jérôme | 22/08/2008

Répondre à ce commentaire

Martin Pêcheur Bonsoir,
super travail que votre site !
Je regardais le sujet sur le martin pêcheur!
j'ai le même cas dans le port de commerce de La Rochelle/La Pallice ou je travail 1 couple( ou plusieurs ) vivent en eaux salées et visiblement se reproduisent entre cordages de navires et bord quai disloqués! étonnant non !

Écrit par : Proteau | 17/09/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.