28/06/2008

Au fait, combien d'espèces à Paris ?

Combien d’espèces  d’oiseaux ont été vues dans ou au-dessus de Paris intra-muros (i.e. sans les bois de Vincennes et de Boulogne)? Combien de fois cette question a été posée, souvent par un journaliste…mais pas seulement ! Et souvent on est un peu sec, parce qu’on ne s’est pas forcément posé cette question qui n’a, il faut le reconnaître, qu’un intérêt limité, tant ce nombre est surtout sensible aux observations « exceptionnelles » qui , elles-mêmes, sont surtout fonction d’un facteur chance et d’une pression d’observation au moins autant que de la richesse du milieu : il n’est qu’à voir l’efficacité d’un observateur particulièrement accrocheur, surtout en période de migration, pour faire augmenter le « score » de l’endroit….

Ceci étant dit, il faut reconnaître qu’il y a une jouissance particulière à faire une liste d’espèces (tous les ornithos qui font leur « log » chaque soir de sortie comprennent ce que je veux dire !) et je ne veux pas faire croire que j’y suis insensible !

balbuzard_Vincent Pälomares red

Balbuzard en migration à Andance (Ardèche) photo V.Palomarès

.

Je m’y suis donc collé [ surtout grâce à l'ouvrage de G.Lesaffre et de P. Le Maréchal : les Oiseaux d'Ile de France chez Delachaux et Niestlé], en partie aussi parce qu’on compte la publier dans le cadre de l’Atlas des oiseaux nicheurs de Paris… résultat ( provisoire, des compléments peuvent encore arriver) : 200 espèces ! Ce nombre « rond » peut faire croire à un trucage, mais je jure que non… la dernière espèce remonte à peu : jeudi 26/6, E. Roy a entendu un Oedicnème survolant nuitamment le 19ème arrdt !

Tout d’abord il faut préciser que 12 espèces n’ont pas été revues depuis 1950 : l’Aigle de Bonelli, sans doute échappé, capturé en 1901,la Perdrix grise qui fréquentait encore le Rond-Point des Champs-Elysées en 1905 ( !…), la Bécassine sourde qui a été observée en ….1874 sur les étangs de la Glacière (le 13ème arrdt n’était pas encore ce qu’il est !), les Guillemots de Troïl et les Pingouins torda vus un lendemain de tempête en 1863, le Hibou petit-duc qui nichait encore porte de St Ouen en 1895 et la Pie-grièche à tête rousse qui nichait au Père-Lachaise au moins jusqu’en 1874 (et d’autres) n’ont jamais été revus dans Paris…..

Pour les espèces « récentes » (post-1950), je ne vais pas vous donner la liste, ce serait un peu lassant (188 espèces…)  et ceux que ça intéresse n’auront qu’à acheter l’Atlas !…. ;-)

GCN Camargue mai 07 red

Grèbes à cou noir en Camargue 

.

Quelques indications quand même, classées dans l’ordre taxonomique :

Le Grèbe à cou noir en 1996, l'Océanite cul-blanc en 1952, le Cormoran huppé pendant l’hiver 95-96, le Bihoreau en 91 (aux Buttes-Chaumont !), la Grande Aigrette en 2004 au-dessus du 14ème et en juin 2006 au-dessus du 19ème, la Spatule en 1962, le Cygne chanteur le 25/2/1956 : les anciens se souviennent de la température qui régnait alors… moi on me l’a racontée ! En tout cas, ça explique aussi les observations du Fuligule milouinan et des Macreuses noire et brune aux mêmes dates….

Pour les rapaces, on peut mettre l’observation d’un Percnoptère en 1962 sur le compte d’un échappé de zoo, mais sûrement pas le passage d’un Circaète au-dessus de la tête de 8 acteurs de l’Atlas à la recherche de Bergeronnettes de ruisseaux le 11/5/2008 au Pont Royal (75001). On ne sait pas bien  quoi faire des 3 observations d’Aigle royal, dont la dernière en 1973 … échappé ? observateur trop enthousiaste ? Les Faucons émerillon et hobereau ainsi que le Balbuzard pêcheur se sont avérés moins rares que supposés et ont été vus plusieurs fois ces dernières années.

Les passages nocturnes et les accidents qui y sont souvent liés ont permis de noter la présence de la Caille, de la Marouette ponctuée (gare de Lyon … !) , du Râle d’eau et de la Bécasse. Les autres limicoles sont représentés (entre autres) par l’Huîtrier-pie, le Pluvier doré , la Barge à queue noire et le Courlis cendré.

goeland_bec_cercleCKerihuel

Goéland à bec cerclé à St Brieuc (photo C.Kerihuel)

.

Pas moins de 14 espèces de Laridés ont fréquenté les bords de la Seine ! Le plus spectaculaire a sûrement été le Goéland à bec cerclé qui a sans doute traversé 8 fois au moins l’Atlantique nord pour relier ( on peut rêver un peu…) New-York à Paris ! A  côté de cette espèce, la Mouette mélanocéphale, pygmée ou tridactyle, la Sterne caugek ou naine et la Guifette noire font pâle figure…et pourtant quel ornitho ne serait pas prêt à traverser Paris à pied pour y voir une de ces espèces !

Après cet aspect un peu atlantique, un petit coup de Méditerranée… le Martinet à ventre blanc, le Guêpier, la Huppe, le Torcol ont survolé Paris au cours de leurs migrations, parfois un peu excessives (« over-shooting »).

Jaseur Sausset red

>>>>>>>Jaseur boréal au parc du Sausset (93)  

.

Pour les passereaux (87 espèces, quand même….), on va retenir le Jaseur (en particulier lors de la dernière invasion de 2004-5) , 2 Cincles au même endroit à 20 ans d’intervalle ( !…), la Locustelle tachetée de passage en automne 2004, les 4 Pouillots (eh oui…même le Bonelli !), la Pie-grièche écorcheur vue 2 fois au 21ème siècle, et, pour terminer, 5 espèces de Bruants ! Il faut quand même relever que leur statut est très différent, le Bruant zizi est le seul nicheur ( inattendu, isn’t it ?), le Bruant mélanocéphale sans doute un échappé, les 3 autres (jaune, des roseaux et proyer) n’étaient que de passage…

 Le tout a quand même une certaine gueule , pour une ville où il n’y a que des pigeons et des moineaux, non ?

   

22/06/2008

Le mystère des sternes de Gennevilliers perdure….

 J’ai déjà présenté le mystère que représente la présence de Sternes pierregarin dans la proche banlieue de Paris (texte lisible à http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/post/4700536/le-mystere-des-sternes-dile-de-France )

.

Sterne PG Gennevilliers en vol2 juin 08 red

Je suis retourné aujourd’hui 21/6 pour voir si je pouvais lever un coin du voile sur les sternes du port de Gennevilliers (92) : j’ai donc pris ma monture favorite (mon vélo pour les petits nouveaux…..) et j’ai remonté d’abord le canal St Denis jusqu’à rejoindre la Seine en face de l’Île St Denis, ce qui m’a permis de voir déjà 2 sternes. J’ai ensuite longé la Seine par la rive droite (balade très sympa sous les arbres et près de l’eau et sans voiture !…. atmosphère assez rare aussi près de Paris ! ). Le but était d’atteindre Argenteuil pour dominer une partie du site où des Sternes sont régulièrement observées . Pour ceux qui ignorent à quoi peut ressembler ce genre de port, voici une vue partielle de ce coin…..ça évoque bien peu le joli port de mer où vous alliez en vacances avec vos parents, ni les bords de Loire où niche cet élégant oiseau !

.

Sterne PG site Gennevilliers juin 08 red

 

Et pourtant, elles sont là ! Elles tournent au-dessus de l’eau, pêchent parfois un poisson, disparaissent derrière un des tas de sable que vous pouvez voir sur la photo….Je ne peux pas tout voir, mais rien n’indique la présence de jeunes que nourriraient les parents….La présence d’au moins 120 Goélands argentés rend aussi la présence d’une zone de nidification bien problématique….

 .Sterne PG Gennevilliers en vol juin 08 red

>>>>>Je traverse la Seine, contourne la zone du port, bien difficile à pénétrer ! Rien de nouveau vers le site évoqué précédemment que je peux voir par l’autre face. En revanche une zone où j’avais vu des sternes les années précédentes est accessible et j’y retrouve 6 sternes…..mais sans doute non nicheuses ! Elles somnolent sur le bord d’une barge, pêchent de temps en temps, mais alors elles avalent le poisson, sans penser à l’apporter à un quelconque poussin !

Voici le paysage, là aussi assez peu poétique…..

.

Sterne PG site Gennevilliers2 juin 08 red

Sterne PG Gennevilliers sur barge juin 08 red

Alors ?….. je pencherais pour des estivantes non nicheuses ou des nicheuses dont les couvées ont été détruites (par les Goélands évoqués plus haut ?). Hypothèses qui seront à réexaminer si on voit apparaître des jeunes début juillet comme ce fut le cas en 2005….

14/06/2008

Une Bergeronnette bien entreprenante…

Voici une histoire véridique entièrement réalisée sans trucage …. ;-)

Samedi 14 juin, le Corif organisait comme chaque année son WE Crécerelle, cette année sur 3 endroits, N-Dame, la Pitié-Salpétrière et la maison de l’Oiseau aux Arènes de Lutèce.

Crécerelle Pitié-Salpé juin 08 d red

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>Le nid de la Chapelle St-Louis à la Salpétrière 

.

J’avais rencontré à N-Dame un des plus jeunes membres du Corif, Nicolas (mon « correspondant au parc Montsouris » ) avec qui j’allais rejoindre la Chapelle St Louis de l’hôpital de la Salpétrière où on peut observer facilement un nid de Faucon crécerelle….

En longeant la Seine au niveau du Jardin des Plantes, un cri de Bergeronnette grise nous interpelle et nous finissons par découvrir un jeune avec une queue largement incomplète sur un bateau amarré à cet endroit….sympa ! ça fait une preuve de nidification de plus pour l’Atlas des Oiseaux Nicheurs de Paris, en cours de réalisation….

Berg grise juv Paris 140608 e red

Je décide d’en faire quelques photos puisqu’elle a l’air coopérative…..elle court sur le toit du bateau….vers nous ! Elle fait même quelques pas de danse pour changer brusquement de direction….

Berg grise juv Paris 140608 d red

 


 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>Sur ces entrefaites arrive un petit groupe que nous avions rencontré à N-Dame : une mère accompagnant son fils ornitho et 2 copains qui ne le sont pas moins. On leur montre la bergeronnette et on en cause….jusqu’à ce que celle-ci, sans doute intriguée par notre intérêt pour sa petite personne, s’envole…..vers nous ! Elle volète quelques secondes au milieu de nous et…se pose sur la seule tête féminine de notre groupe ! J’ai à peine le temps de reculer de quelques pas pour me mettre à bonne distance (j’avais un télé sur mon appareil…) et de prendre 2 clichés et la bergeronnette repart vers son bateau après avoir compris un peu mieux ce que c’était que ces drôles de bipèdes qui baguenaudent sur les quais à côté de son lieu de naissance….

Berg grise juv Paris 140608 sur tête red

Quand on dit que la jeunesse est la période des expériences…..il y a une jeune bergeronnette et 4 jeunes ornithos qui s’en souviendront longtemps !

10/06/2008

Laissez pousser les « mauvaises herbes » !

Le billet de ce jour ne va pas parler d’oiseaux mais de plantes…..Ceci dit, que mange les oiseaux ? Des graines ou des insectes (en gros….) et d’où viennent les graines ? Que mangent les insectes ? Des plantes évidemment !

On peut bien sûr en planter….mais il y en a qui viennent toutes seules, on peut les laisser faire ! En plus, elles correspondent souvent mieux aux besoins des oiseaux locaux que les plantes exotiques qu’on amène parcequ’elles « sont jolies »…..  

Voici quelques photos, toutes prises dans Paris intra-muros, de plantes qui n’ont rien demandé à personne pour pousser….

.

Un Buddleya qui pousse entre les pierres du mur d’une maison du 19ème……

Buddleia sur mur rue G.Thill red

 

Un Bouillon blanc qui préfère les beaux quartiers (esplanade des Invalides)

Bouillon blanc Invalides juin 2008 001

 

..................................................Des composées (Eryngium canadiense) qui poussent entre les dalles d’un revêtement d’un sol d’un hôtel moderne

Aster Holiday Inn red

 

......................................................................Une petite Graminée qui profite du peu de terre qui s’est accumulée dans la trace d’un anneau d’amarrageHerbe anneau 27 janv.villette8

 

......Un certain nombre de plantes qui profitent de l’humidité apportée par un canal….

Un magnifique Figuier à la Villette

Darse Villette 221006figuier red

 

..........................Un Paulownia sur le canal de l’Ourcq

Pauownia 29 aout 07 red

 

.......Et, mes préférées, les plantes qui poussent dans les pieds d’arbre, depuis que les services de la Mairie de Paris (comme à Bordeaux) ont décidé de ne plus répandre d’herbicides….c’est quand même plus joli et en plus on ne voit plus les crottes de chiens !

Allée A.Honegger (pied d'arbre 2)red

 

.......................On y trouve même des Roses trémières !.....

Rose trémière Rue Petit juin 2008 red1

.

Rose trémière Rue Petit juin 2008 red4

03/06/2008

Les oiseaux du printemps (1/3-31/5) à Paris

Pour le détail des observations citées, reportez-vous au chapitre « Observations parisiennes » à la date donnée dans le texte

 

Le printemps est traditionnellement la saison la plus riche en observations : 89 espèces ont été notées dans Paris intra-muros…

Cette richesse est due à la rencontre des derniers hivernants avec les migrateurs estivaux, de passage ou de retour pour nicher.

 

Dans la catégorie hivernants traînards, on peut citer les Roitelets à triple-bandeau notés en mars, les Tarins des aulnes notés jusqu’au 2/4 au parc de Choisy , le Pinson du Nord du 13/3, les Grives mauvis du 8/4 aux Buttes-Chaumont et les 2 Litornes du stade L.Lagrange le 29/3.

 

Pour les nicheurs, les évènements de ce printemps auront été la première nidification parisienne de la Perruche à collier dont les jeunes se sont envolés du nid le 22 et le 23/5 et la nidification certaine du Martin-pêcheur dans un quai de la Seine en aval de la Tour Eiffel !

 

Les nicheurs sédentaires rares ont été suivis : la Tourterelle turque, qui a pondu près du parc de Choisy et a au moins commencé à le faire près de la Petite Ceinture dans le 14è, a été observée dans divers endroits sans suite remarquée ( porte de Pantin,  Jardin des Plantes, parc de Belleville) et près d’endroit où on a déjà supposé ou prouvé une nidification (dans le 5ème et dans le Marais).

Le Choucas continue sa diminution à Paris : 1 observation inattendue dans le 7ème arrdt en plus des localisations plus classiques du Marais, du 12ème et du Jardin des Plantes (mais…une seule obs d’un seul individu !).

La Mésange nonnette semble nicher au parc Monceau et le fait à l’ambassade du Royaume-Uni en bas des Champs-Elysées.

La nidification de l’Epervier est supposée, peut-être aux Buttes-Chaumont, par les observations régulières jusque fin mai, y compris des vols de parade !

La Chouette hulotte a été entendue dans le 11ème, le Pic vert dans les parcs des Buttes-Chaumont, Montsouris et de Bercy et au Père-Lachaise ainsi qu’à l’Hôtel Matignon. En revanche pas de Pic épeiche cette année !

 

 

 

 Les arrivées des migrateurs ont donné lieu au traditionnel concours de la première observation :  le 26/3 pour l’Hirondelle rustique, le 10/4 pour l’Hirondelle de fenêtre et le 17/4 (à 7h du matin….) pour le Martinet noir ….

 

 Pour les oiseaux de passage, ce printemps a donné lieu à des observations surprenantes :

Pour les Rapaces, à côté des Buses variables habituelles, un Faucon pèlerin le 13/3, un Autour juvénile trouvé mort le 17/4 et un Circaète Jean-le-Blanc est passé le 11/5 ( 1ère observation parisienne) !

Pour les nocturnes, un Hibou Moyen-Duc s’est posé le 2/4 sur un balcon du 9ème arrdt

 

 Pour les échassiers, une Cigogne blanche est passée le 7/5 au-dessus de l’île St Louis, 2 Bécassines des marais se sont posée à la friche Poniatowski le 6/4 alors que 3 Courlis cendrés passaient au-dessus de la Seine la veille ! Plus classiques, les observations de Chevaliers guignette, surtout allée des Cygnes avec un maximum de 5 individus du 4 au 16/5 au moins, mais aussi 1 ind au parc Montsouris dès le 17/4 et 1 près du parc de Bercy.

Autre oiseau d’eau rare dans Paris, une Foulque a séjourné parc Montsouris du 20/3 au 3/4.

Le Goéland marin vu le 15/3 au square de la Roquette est aussi une rareté à Paris.

 

Les sylvidés ont fourni un bon nombre de nos migrateurs : 10 observations de Pouillots fitis (dont 7 à 8 au Père-Lachaise le 20/4 !), 1 Pouillot siffleur le 14/5 au cimetière Montmartre.

Une seule Fauvette des jardins (le 17/4) mais 6 Fauvettes grisettes (dont un séjour de 12 jours en bas des Champs-Elysées ). Une Rousserolle effarvatte dans les bambous du Champ de Mars le 3/5 et une Hypolais polyglotte à Bercy le 4/5 complètent le tableau.

Pour les turdidés, un Merle à plastron passe aux Buttes-Chaumont le 8/4 alors que 2 Tariers pâtres étaient au parc Montsouris le 15/3 et un Tarier des prés à la friche Poniatowski le 19/4. Un Rougequeue à front blanc chante au cimetière de Passy le 10/5.

Enfin, une Bergeronnette printanière  au pont Alexandre III et un Gobemouche noir au square de la Roquette le même jour : le 20/4…..

 

Pour les exotiques, un Canard mandarin mâle séjourne sur la Seine de fin mars à mi-mai au moins  , une Sarcelle à collier est observée au pont Sully le 17/4 et 3 Bernaches du Canada sont observées régulièrement en vol au-dessus de la Seine 

19:31 Écrit par Frédéric dans Les saisons à Paris | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |