25/05/2008

Le Moineau à Paris : ça baisse ou pas ?

Les résultats de l’enquête

             « Moineaux à Paris » 

 

Depuis que les ornithologues londoniens ont réalisé que les effectifs de leurs moineaux s’effondraient spectaculairement ( le célèbre décompte des Moineaux de Kensington Gardens qui trouvait environ 2500 moineaux en 1920 , n’en trouvait plus que 8 en 2000 ! ) tout le monde s’est mis à regarder les siens : Berlin a répondu « Chez moi, tout va bien ! » mais Hambourg, Prague , Amsterdam ont dit « Chez nous , c’est aussi une grave chute ! ».

Paris avait l’image chez les ornithologues anglais d’une ville riche en moineaux….faut dire qu’en 5 jours de balades à pied dans le centre de Londres en février 2007, je n’avais trouvé qu’une bande de 7 oiseaux ! A Paris, on en voit incomparablement plus, évidemment ! Mais est-ce que cela ne masquerait pas quand même le début d’un déclin ?

Moineau1

Pour en avoir le cœur net, le Corif et la LPO ont décidé de démarrer en 2003 une enquête qui permettrait d’avoir une réponse précise….

Le principe est le comptage par point : on tire au sort des points dans Paris, un observateur reste 10 mn et compte les moineaux qu’il voit et il refait le même point chaque année….

Comme 150 points environ ont été suivis, nous avons une idée de la densité relative de l’espèce (mais pas des effectifs absolus !) et de l’évolution , globale et par quartier.

Le travail statistique et cartographique a été effectué par Romain Julliard et Frédéric Jiguet du Muséum National d’Histoire Naturelle.

 And the result is.......  

-> il y a une très nette différence entre les quartiers de la périphérie Nord et Est   et ceux de l’Ouest : il y a une corrélation très nette entre moineaux et prix du mètre carré , plus c’est cher et moins il y a de moineaux.

 

-> sur 18 des 20 arrondissements, les effectifs sont stables (hausse non significative de 0,2%)

 Arrdt 11 et 15

>-> deux arrondissements montrent une baisse très nette (et significative….) : le 11ème (-92% !) et le 15ème (-74%).

 Des explications ? 

 

-> le lien avec le prix du mètre carré est un résultat déjà connu en Grande-Bretagne : il semble qu’on peut expliquer cela par l’obsession de la propreté et de la netteté des quartiers chics, pas de miettes par terre , pas d’herbes folles (et donc pas d’insectes) au pied des arbres ou entre les dalles du parking, pas de trous dans les façades…donc pas de nourriture pour les adultes ni pour les jeunes (qui sont insectivores) et pas de sites de nidification…..J’ai déjà traité ce problème sur mon blog (cliquez pour le lire)

 Moineau2

-> pourquoi cette chute dans 2 arrondissements ? On est dans un brouillard quasi complet…. Une piste : le 11ème est un quartier devenu très branché, ses anciennes usines ont été transformées en loft, en refaisant tous les joints, en nettoyant les cours, en mettant plein d’insecticide pour garder les si jolies roses du parterre qu’on a installé dans le mignon jardinet….. Et pour le 15ème ?….est-ce que l’explication fonctionne aussi ?

 

 L’avenir…..

 

Evidemment, on continue l’enquête !

Cinq ans , cela ne donne qu’une idée un peu courte….. Il va falloir suivre plus précisément ces  2 arrondissements…mais aussi les autres pour savoir si ces 2 chutes vont rester des exceptions ou s’ils ne sont que les signes avant-coureurs d’un effondrement général à Paris …..

20:36 Écrit par Frédéric dans Le Moineau domestique | Lien permanent | Commentaires (40) |  Facebook |

19/05/2008

On cause de Nature en ville au Festival de la Nature

Logo Fete de la Nature

Ce Week-End aura lieu partout en France la Fête de la Nature....pour trouver le programme cliquez ici.

Dans ce cadre est organisé à l'Île St Germain (Issy les Moulineaux - 92) le Festival de la Nature avec des tas d'animations, d'évènements et de personnalités qui viendront causer de la Nature.....mais pas seulement loin des villes : cette année un accent est mis sur la présence dans les villes de la nature sous toutes ses formes..... C'est ainsi que j'aurai le plaisir de parler de la Nature en Ville le samedi 24 à 12h : je parlerai évidemment de l'adaptation des oiseaux à la Ville mais aussi des astuces trouvées par la végétation pour apparaître dans des endroits où elle n'était pas attendue....  Je serai suivi à 12h30 par Guilhem Lesaffre (président du Corif) et Sandrine Mor (administratrice de la LPO) qui rendront publics en avant-première les résultats de l'enquête Moineaux à 12h30 : le Moineau diminue-t-il à Paris comme dans d'autres grandes villes européennes ?

 

Une bonne occasion de se rencontrer ....et pour les non-parisiens, consultez le programme, il y a plein de choses à côté de chez vous....c'est sûr !

05/05/2008

Bergeronnette....des ruisseaux, dîtes-vous ?

Si on veut une idée de l’importance de l’adaptation dont peuvent faire preuve les oiseaux pour s’installer en ville, la Bergeronnette des ruisseaux peut servir d’exemple …

« Sous les ombrages, la rivière fraîche reflète la voûte feuillue des arbres et le ciel changeant ; tantôt lisse et calme, clapotant sur les galets blancs et polis ; tantôt écumante parmi les grosses pierres des rapides ou contre une falaise  de terre qu’elle ronge de ses méandres. » Voilà comment Paul Géroudet décrit le milieu d’origine de cette espèce … Promenez-vous le long du canal St Denis ou du canal St Martin et vous verrez l’effort d’imagination qu’il faut faire pour entendre le clapotis de l’eau sur les galets blancs !….

BdR C.Ouvrard

Sur une amarre aux Tuileries photo C.Ouvrard

 

Au 20ème siècle, la Bergeronnette des ruisseaux n’était qu’un nicheur occasionnel à Paris : une nidification aux Buttes-Chaumont en 1990, 2 au Bois de Boulogne en 1995 et 96.

En 2000 et 2001 un couple profite d’une flaque d’eau qui s’est formée sur le toit en terrasse d’une école dans le 14è pour  y nicher (l’assèchement de la flaque a fait fuir les oiseaux). C’est en 2002 que semble commencer la nidification régulière de l’espèce le long des cours d’eau de la capitale : S.Malignat constate la nidification de l’espèce le long du canal St Denis près du Bd MacDonald. En 2003, on la retrouve nicheuse près de la cité des Sciences et au port de l’Arsenal, près de la Bastille. Si la couvée de la Bastille fut détruite sans doute par des rats, celle de la Cité des Sciences s’envola.

Ecluse Flandres très réduite

................Le canal St Denis près de la Cité des Sciences...lieu de nidification !

 

Les années suivantes , l’espèce fut trouvée le long de la Seine (en particulier à l’île St Louis) et en 2008 on peut considérer qu’entre 10 et 15 couples de Bergeronnettes des ruisseaux nichent dans Paris. La Seine et les canaux St Martin et St Denis sont régulièrement occupés, mais aussi parfois le parc des Buttes-Chaumont, le pied de la Tour Eiffel et une (au moins…) terrasse partiellement inondée !

Il faut remarquer que cette implantation s’est passée très rapidement : en moins de 10 ans, on peut considérer que tous les quais des canaux ou de la Seine ont été occupés et il nous reste sans doute quelques sites à découvrir loin des cours d’eau…

BdR Olivier S

La preuve qu'elle se reproduit le long de la Seine (15è)... photo O.Sigaud 

 

Cette implantation a été précédée par une forte augmentation de l’hivernage  : actuellement on peut voir en hiver cette espèce n’importe où dans Paris, près de l’eau évidemment, mais aussi sur des toits en terrasse et parfois même ailleurs comme cette observation que j’ai faite entre la gare du Nord et l’Opéra, quartier a priori peu accueillant pour un oiseau de bord de ruisseau campagnard !

Paris n’est pas un cas isolé : Bruxelles a vu aussi sa population de bergeronnettes des ruisseaux augmenter entre 1993 et 2003 (périodes de ses 2 Atlas), grâce en particulier à l’occupation des rives d’un canal traversant le territoire de « Bruxelles-capitale ». On retrouve aussi l’espèce à Liège, à Douai, à Londres et elle semble s’établir à Lille. En revanche à Hambourg et à Berlin, l’espèce n’est pas établie en centre ville et reste cantonnée à des secteurs qui ressemblent à son milieu d’origine.

On peut noter qu’une autre espèce du bord des eaux s’est adaptée depuis assez longtemps aux quais urbains : il s’agit du Cincle plongeur, qu’on trouve dans de nombreuses petites villes des vallées montagnardes, que ce soit dans les Pyrénées (Bagnères de Bigorre, St Jean Pied de Port ) ; les Alpes françaises (Bourg d’Oisans) ou suisses (Brig).

À quand le Martin-pêcheur ? Paris va sans doute répondre bientôt….. ;-)

09:14 Écrit par Frédéric dans des espèces très urbaines | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |