05/05/2008

Bergeronnette....des ruisseaux, dîtes-vous ?

Si on veut une idée de l’importance de l’adaptation dont peuvent faire preuve les oiseaux pour s’installer en ville, la Bergeronnette des ruisseaux peut servir d’exemple …

« Sous les ombrages, la rivière fraîche reflète la voûte feuillue des arbres et le ciel changeant ; tantôt lisse et calme, clapotant sur les galets blancs et polis ; tantôt écumante parmi les grosses pierres des rapides ou contre une falaise  de terre qu’elle ronge de ses méandres. » Voilà comment Paul Géroudet décrit le milieu d’origine de cette espèce … Promenez-vous le long du canal St Denis ou du canal St Martin et vous verrez l’effort d’imagination qu’il faut faire pour entendre le clapotis de l’eau sur les galets blancs !….

BdR C.Ouvrard

Sur une amarre aux Tuileries photo C.Ouvrard

 

Au 20ème siècle, la Bergeronnette des ruisseaux n’était qu’un nicheur occasionnel à Paris : une nidification aux Buttes-Chaumont en 1990, 2 au Bois de Boulogne en 1995 et 96.

En 2000 et 2001 un couple profite d’une flaque d’eau qui s’est formée sur le toit en terrasse d’une école dans le 14è pour  y nicher (l’assèchement de la flaque a fait fuir les oiseaux). C’est en 2002 que semble commencer la nidification régulière de l’espèce le long des cours d’eau de la capitale : S.Malignat constate la nidification de l’espèce le long du canal St Denis près du Bd MacDonald. En 2003, on la retrouve nicheuse près de la cité des Sciences et au port de l’Arsenal, près de la Bastille. Si la couvée de la Bastille fut détruite sans doute par des rats, celle de la Cité des Sciences s’envola.

Ecluse Flandres très réduite

................Le canal St Denis près de la Cité des Sciences...lieu de nidification !

 

Les années suivantes , l’espèce fut trouvée le long de la Seine (en particulier à l’île St Louis) et en 2008 on peut considérer qu’entre 10 et 15 couples de Bergeronnettes des ruisseaux nichent dans Paris. La Seine et les canaux St Martin et St Denis sont régulièrement occupés, mais aussi parfois le parc des Buttes-Chaumont, le pied de la Tour Eiffel et une (au moins…) terrasse partiellement inondée !

Il faut remarquer que cette implantation s’est passée très rapidement : en moins de 10 ans, on peut considérer que tous les quais des canaux ou de la Seine ont été occupés et il nous reste sans doute quelques sites à découvrir loin des cours d’eau…

BdR Olivier S

La preuve qu'elle se reproduit le long de la Seine (15è)... photo O.Sigaud 

 

Cette implantation a été précédée par une forte augmentation de l’hivernage  : actuellement on peut voir en hiver cette espèce n’importe où dans Paris, près de l’eau évidemment, mais aussi sur des toits en terrasse et parfois même ailleurs comme cette observation que j’ai faite entre la gare du Nord et l’Opéra, quartier a priori peu accueillant pour un oiseau de bord de ruisseau campagnard !

Paris n’est pas un cas isolé : Bruxelles a vu aussi sa population de bergeronnettes des ruisseaux augmenter entre 1993 et 2003 (périodes de ses 2 Atlas), grâce en particulier à l’occupation des rives d’un canal traversant le territoire de « Bruxelles-capitale ». On retrouve aussi l’espèce à Liège, à Douai, à Londres et elle semble s’établir à Lille. En revanche à Hambourg et à Berlin, l’espèce n’est pas établie en centre ville et reste cantonnée à des secteurs qui ressemblent à son milieu d’origine.

On peut noter qu’une autre espèce du bord des eaux s’est adaptée depuis assez longtemps aux quais urbains : il s’agit du Cincle plongeur, qu’on trouve dans de nombreuses petites villes des vallées montagnardes, que ce soit dans les Pyrénées (Bagnères de Bigorre, St Jean Pied de Port ) ; les Alpes françaises (Bourg d’Oisans) ou suisses (Brig).

À quand le Martin-pêcheur ? Paris va sans doute répondre bientôt….. ;-)

09:14 Écrit par Frédéric dans des espèces très urbaines | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

peut tu me dire sur quelle est l'école du 14é les bergeronnettes ont tenté de nicher(c'est peut etre la mienne!!!)

Écrit par : nicolas | 06/05/2008

Répondre à ce commentaire

depuis 3 ans, les bergeronnettes font leur nid au niveau d'un bollard flottant du sas aval de l'écluse du temple sur le canal saint martin. Il y a même eu 3 couvées la deuxième année. A cette endroit, elles sont à l'abri des regards (sauf des bateaux) et des prédateurs.

Écrit par : guillaume | 08/03/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.