05/01/2008

Tu viens dormir à la BNF ?

De nombreuses espèces d’oiseaux, surtout des passereaux, ont l’habitude de se rassembler pour dormir , surtout en dehors de la période de reproduction, en dortoirs de taille plus ou moins importante. Les plus importants se comptent en millions d’individus : 40 millions de Pinsons du Nord se rassemblaient dans un bois suisse il y a quelques années ! Ce sont aussi par millions qu’on compte les hirondelles rustiques venant dormir dans la zone d’Herbe à éléphant de la région d’Ebbakem au Nigeria. Certains ont de curieuses habitudes pour dormir tranquille : les bergeronnettes grises apprécient les arbres des places bruyantes et éclairées, souvent près des gares !

Les étourneaux ont toujours formé des dortoirs, en général dans un bosquet à l’abri du vent ou dans des roselières. Depuis quelques dizaines d’années, ils ont découvert qu’en ville on pouvait trouver des endroits plus abrités qu’à la campagne et qu’en plus il y faisait moins froid ! Nombreuses sont les villes qui ont vu, sans aucun plaisir…., les arbres bordant certaines de leurs rues se charger d’oiseaux venus souvent d’Europe centrale ou de Russie ! Les voitures qui sont garées sous ces mêmes arbres n’apprécient pas non plus…..

Dortoir BNF1red

A Paris, le problème des carrosseries ne se pose pas, puisque les étourneaux ont jeté leur dévolu sur le petit bois qui est enchâssé dans l ‘esplanade de la Bibliothèque Nationale de France, le long de la Seine face au parc de Bercy. Il y avait depuis plusieurs années un dortoir de Pigeons ramiers (1300-1400 oiseaux en 2002 et 2003) mais ceux-ci ont fui devant l’arrivée de milliers d’étourneaux ! Pendant les hivers 2003-2004 et 2005-2006 le record a sans doute été atteint avec environ 50 000 oiseaux , estimation très approximative !….

Les bons jours, le scénario se déroule de la manière suivante : les étourneaux arrivent par petits groupes qui vont se rassembler sur des points de « rendez-vous secondaires », en particulier les immeubles au NW des voies SNCF et les arbres du parc de Bercy. Quand tout le monde est là, les groupes convergent vers la BNF et c’est la folie la plus totale : des volutes d’oiseaux tournent et s’entrecroisent, formant dans le ciel des anneaux mouvants qui se rapprochent puis s’éloignent brusquement, le changement d’orientation des ailes qui se fait de manière quasi simultanée produit un changement de couleur immédiat comme un banc de poisson ! Les oiseaux se concentrent et c’est une boule noire qui semble léviter au-dessus de l’esplanade, ils se déconcentrent et le ruban s’éclaircit en semblant rebondir sur une tour avant de plonger vers le bois et de repartir en chandelle vers les sommets….

Dortoir BNF2red

Inutile de dire que l’ornithologue qui avait essayé de commencer à compter les oiseaux abandonne complètement tout espoir d’une estimation crédible…..De toute façon , le spectacle est trop beau et ce serait dommage de le rater pour compter des oiseaux qui refusent ostensiblement de l’être !

Buse Harris red
 

Ce spectacle fantastique a son revers : ces oiseaux font – comme tout le monde – des crottes et l’accumulation (quelques grammes par oiseau donnent des centaines de kilos par jour….) du guano a des effets négatifs sur les arbres qui tentent courageusement de pousser dans cet endroit ! L’administration de la BNF a donc demandé à des fauconniers d’intervenir pour chasser les oiseaux . Le 23 janvier 2006, on a donc vu arriver plusieurs Buses de Harris, rapace américain qui a l’habitude chasser en groupe, qui ont tenté de donner la chasse aux étourneaux au moment où ils arrivaient. Quelques oiseaux ont même été capturés par les Buses. Mais l’effet dissuasif a aussi été puissamment augmenté par l’usage de pétards et de drapeaux agités au moment les étourneaux essayaient de se poser …..Le bilan immédiat a été positif pour les auteurs de l’opération puisque le lendemain, il y avait à peine quelques centaines d’étourneaux qui essayaient de venir dormir…


 

Mais l’opération nécessiterait d’être renouvelée tous les ans au moins : pour preuve, les photos d’étourneaux de ce message ont été prises hier !… ;-)

Pour voir des scènes étonnantes (tournées en Californie) de vols d'étourneaux au dortoir, cliquez sur ce lien

Pour en savoir plus sur le problème des étourneaux en ville et les solutions possible : http://w3.rennes.inra.fr/etourneau/

Pour assister à l'arrivée des étourneaux, soyez sur place en gros 20mn avant l'heure du coucher du soleil, soit 16h45 pour demain.

Commentaires

Question Il y a des nichoirs pour faucons pelerin sur les tours de la bibliothèque (au moins un nichoir que je voyais a chaque fois que je sortais de mon boulot ces derniers mois) Pourquoi "importer" des Buses de Harris (d'amérique du nord) plutot que de foutre tout de suite un couple de Pelerin?
De voir cette photo de Buses de Harris en plein Paris m'a fait penser a mon petit séjour a New York en 2004 ou j'ai pu sans jumelles ni rien observer des Buses a Queue Rousse se balader tranquille dans Manhattan.
Je vois une buse variable chaque année, un milan noir pourquoi pas...Mais c'est pas tres folichons comme rapaces diurne a Paname. Les nicheurs c'est même pas la peine d'y penser.
Bon...J'espère voir Le Pèlerin trainer ses plumes du côté du Bateau Phare un de ces jours.
j'ai un peu abandonné l'ornithologie depuis mon adolescence, c'est toujours chouette de voir de beaux piafs survoler la ville. Toujours chouette de lire de belles aventures comme on peut en lire ici...

Écrit par : L'anonyme de Chateau Rouge | 06/01/2008

Répondre à ce commentaire

Les pèlerins ne sont pas obéissants ! La différence c'est que les Buses de Harris sont apprivoisées et ne sont là que de passage avec leur fauconnier, alors que les Faucons pèlerins sont des oiseaux sauvages qui ne font pas toujours ce qu'on attend d'eux ! La preuve, ils ne viennent toujours pas nicher dans les nichoirs (il y en a 2) prévus pour eux.... Il y a fort à parier que si on lâchait un couple de pèlerins à la BNF, ils trouveraient plus sympa d'aller voir ailleurs....Ceci dit, le couple sauvage le plus proche de Paris n'est qu'à une cinquantaine de kilomètres, alors, un peu de patience !...;-)
Frédéric Malher

Écrit par : Frédéric Malher | 06/01/2008

Répondre à ce commentaire

Les oiseaux à la BNF J'ai assisté à ce phénomène tout à l'heure vers 17h et c'est vraiment très impressionnant autant du point de vue visuel que sonore! N'y connaissant rien aux oiseaux je me demandais vraiment pourquoi il y avait un tel rassemblement et grâce à votre blog maintenant j'en connais la raison.
Bonne continuation

Écrit par : Justine | 13/01/2008

Répondre à ce commentaire

bonjour,
superbes photos,
je vous laisse mon blog
(www.flash-nature.skyrock.com)
laissez-moi votre avis
merci

Écrit par : jean-michel | 09/02/2008

Répondre à ce commentaire

Adresse pas bonne... Bonjour J-Michel,
merci de ton commentaire mais je ne peux pas visiter ton site : l'adresse ne semble pas bonne !
Frédéric Malher

Écrit par : Frédéric Malher | 10/02/2008

Répondre à ce commentaire

bonjour,
Merci pour toutes ces histoires partagées. ai bien aimé l'histoire des nids des merles !!!!

Écrit par : mariedom | 03/11/2008

Répondre à ce commentaire

Question Bonsoir ou bonjour (à vous de choisir...),
Merci pour vos informations qui me sont précieuses.
Je suis en études de cinéma et cherchais à "capturer" par l'image ce phénomène, des plus incroyables à Paris, pour un projet. C'est avec grand regret que je découvre ce soir que, dans un premier temps, ce véritable spectacle n'a pas lieu toute l'année, mais qu'en plus je risque de ne plus jamais y assister!!
Sauriez-vous où je serai sujette à retrouver une telle magie dans Paris?
Je me doute que la réponse sera négative mais sait-on jamais!!

Merci.

Zoé

Écrit par : Zoé | 21/04/2009

Répondre à ce commentaire

Merci de ces notes. J'en étais à me demander si ces bruits d'oiseaux, entendus hier soir en entrant et en sortant de la bnf, n'étaient pas un enregistrement! Cela me réjouit d'apprendre qu'il s'agit d'étourneaux réels! Alors même si je suis bien consciente des dégâts des étourneaux (en ville et à la campagne), il y a un charme plus que certain à savoir ce lieu si minéral (sauf justement ces arbres) occupé par des oiseaux. Savez-vous ce qui a attiré les étourneaux en ce lieu? Quels autres lieux de Paris ont-ils élu? Y a-t-il d'autres espèces que les étourneaux à séjourner là? J'ai eu grand plaisir à vous lire. Merci.

Écrit par : kéralloche | 07/01/2011

Répondre à ce commentaire

L'abri du vent est sans doute l'élément majeur du choix de l'endroit : les pins gardent leurs aiguilles en hiver et le "bois" de la BNF est dans un creux entouré de bâtiments. Il existe d'autres dortoirs d'étourneaux, mais pas aussi gros : un lierre du quai N-Dame et la Bambouseraie de la Villette sont 2 exemples que je connais pour cette année

Écrit par : Frédéric Malher | 09/01/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.