14/11/2007

Le Moineau de Buffon et le Moineau de Quépat

Tout le monde a au moins entendu parler de Buffon ( 1707-1788), mais qui connaît Néré Quépat ? De son vrai nom René Paquet, ce magistrat messin a séjourné à Paris pendant la 2ème moitié du 19ème siècle et a observé les oiseaux de Paris. Il en a tiré une publication (Ornithologie parisienne, ou catalogue des oiseaux sédentaires et de passage qui vivent à l'état sauvage dans l'enceinte de la ville de Paris - 1874 ) qui nous donne une idée très précise de l’avifaune parisienne à cette date  et permet des comparaisons intéressantes (voir dans la colonne de gauche « Mes articles et communications » le résumé de « Histoire des oiseaux nicheurs de Paris »).

Ils ont tous les deux écrit sur le Moineau domestique, mais en des termes bien différents…… Il est facile de deviner quelle description me plait le plus !

 

BUFFON (Histoire Naturelle – tome VIII, ed. 1822):

 

« Ils suivent la société pour vivre à ses dépens : comme ils sont paresseux et gourmands, c’est sur des provisions toutes faites, c’est-à-dire sur le bien d’autrui, qu’ils prennent leur substance ; nos granges et nos greniers, nos basses-cours, nos colombiers, tous les lieux , en un mot, où nous rassemblons ou distribuons des grains, sont les lieux qu’ils fréquentent de préférence ; et comme ils sont aussi voraces que nombreux, ils ne laissent pas de faire plus de tort que leur espèce ne vaut ; car leur plume ne sert à rien, leur chair n’est pas bonne à manger, leur voix blesse l’oreille, leur familiarité est incommode, leur pétulance grossière est à charge ; ce sont de ces gens que l’on trouve partout et dont on n’a que faire, si propres à donner de l’humeur, que dans certains endroits on les a frappés de proscription en mettant à prix leur vie. »

.

N-Dame Paris 17 juin 07 recadrée

 

QUEPAT ( Ornithologie parisienne – 1874)

 

« Les moineaux qui vivent à Paris sont au moins trois fois aussi nombreux que ses habitants.

Le moineau de Paris a toutes les qualités et tous les défauts des Parisiens.

….Nous connaissons de vieux moineaux qui ont lu Voltaire, puis applaudi à la réaction cléricale du règne de Charles X ; qui ont mangé sur le parapluie de Louis-Philippe sans dédaigner plus tard les miettes des banquets réformistes.

Les mêmes moineaux ont soutenu le coup d’Etat du 2 décembre(a) et ensuite ont coopéré au 4 septembre (b). Ils ont excusé le 18 mars (c) et la Commune, ce qui ne les a pas empêchés deux mois après d’applaudir M.Thiers. Survient le 24 mai(d) ; M.Thiers est renversé….Que firent nos moineaux ? Ils se réunirent en masse sur les toits de l’Académie Française et piaillèrent plusieurs jours en l’honneur du duc de Broglie(e). »

 

(a) qui a donné au futur Napoléon III tous les pouvoirs

(b) fondation de la 3ème République

(c) début de la Commune

(d) Mac Mahon devient Président à la place de Thiers

(e) probablement Albert de Broglie , ennemi de Thiers, qui  devînt président du Conseil à la chute du Versaillais….

16:32 Écrit par Frédéric dans Le Moineau domestique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Moineaux et Cigognes l'ornithologie politique pas mal.
hop vu une cigogne (dessinée bien sur) sur l'immeuble qui surplombe le petit jardinet de la chapelle de la gare de l'Est.

Écrit par : L'adcr | 17/11/2007

Répondre à ce commentaire

m malere pour quoi vous vous dene tant de male a fair se cite je vous apresi comme sa je poure en savoir plus sur les animeauxgras a vous mercie

Écrit par : colombelle | 24/11/2007

Répondre à ce commentaire

m. j aime vo cour il son interesen j aime les animeaux que vous non presenter

Écrit par : lever | 24/11/2007

Répondre à ce commentaire

je ai les oiseaux migrateur.j aime les pignons

Écrit par : harloque | 26/11/2007

Répondre à ce commentaire

jador les pi et je ai les pignon est je n aime pas les coq

Écrit par : tini | 26/11/2007

Répondre à ce commentaire

Les perruches se sont aussi élevées au rang des oiseaux de Paris, et dans leur beaux habits verts, ne seraient-elles pas un peu devenues les nouvelles académiciennes ?

Écrit par : luc sonnet | 22/12/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.