14/08/2007

Ornithologie paléo-urbaine

Lors de mon périple italien cet été, j’ai pu voir un Merle bleu  sur les ruines étrusques d’Orvieto (Ombrie). Je me suis fait la réflexion : « Comme d’habitude…. », réflexion idiote car c’était la première fois que je visitais cette ville (superbe !….). En fait, je réagissais inconsciemment au fait que j’avais vu assez souvent cette espèce sur des ruines ou des édifices historiques (Forum de Rome, Château de Collioure,….). Certaines espèces semblent « spécialisées » dans les ruines……

Cela m’a rappelé d’autres souvenirs d’oiseaux en sites historiques plus ou moins ruinés : il y a quelques décennies, j’ai fait la « coche » de la Sittelle de Neumayer, une Sittelle originale qui préfère les rochers aux troncs d’arbres, en Grèce dans les ruines d’Olympie avant de revoir l’espèce sur d’autres sites (Delphes en particulier). C’est aussi en Grèce que j’ai vu mon premier nid d’Hirondelle  rousseline (mais pas l’oiseau, hélas !) dans les ruines de Mistra, sur le site de Sparte (en Albanie, l’espèce a colonisé les centaines de « mini-bunkers » construits par le régime d’Enver Hodja pour lutter contre une éventuelle invasion !).

Djemila(ruines de Djemila (Algérie)

 

 

 

 

 

 

 

En Algérie, j’ai eu aussi l’occasion de fréquenter quelques sites antiques et l’oiseau préféré de ce genre de sites était sans conteste le Traquet rieur qui y trouve les rochers qu’il recherche dans son milieu naturel. Plus curieusement, j’ai le souvenir d’une Cisticole observée à quelques mètres dans les ruines de Tiddis, entre Constantine et Jijel .


T.rieur_ P

Traquet rieur

(photo P.Dubois http://moineaudeparis.com/)

On peut voir aussi des rapaces dans ces hauts lieux de la culture : à Rome, accompagnant des élèves sur le Forum, j’ai pu voir un Faucon pèlerin perché à proximité du Sénat et le Faucon crécerellette est aussi connu pour fréquenter beaucoup de sites historiques…..

Vous connaissez d’autres espèces « ruiniphiles » ?

Commentaires

ruiniphiles Parfois le moineau soulcie apprécie les ruines. Aux Forts de l'Esseillon (Savoie) , outre cette espèce, le martinet à ventre blzanc nichait aussi dans les ruines du Fort Victor Emmanuel. Le Monticole de Roche aussi peut aimer ces vieilles pierres...

Écrit par : olivier | 20/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les exemples ne manquent pas. En voici quelques-uns au Moyen-Orient :
Les ruines de Palmyre (Syrie) accueillent (entre autres) la Chevêche d'Athéna et le Traquet deuil.
Celles de Pétra (Jordanie) le roselin du Sinaï.
Le site égyptien de Saqqara héberge la race ascalaphus du Grand-Duc (aujourd'hui considérée comme une espèce à part entière).

Écrit par : Thierry | 13/09/2007

Répondre à ce commentaire

dans les ruines ? En Algérie, outre le traquet rieur, à Timgad j'ai noté la cigogne blanche nicheuse sur les chapiteaux de colonne et le grand corbeau nicheur sur un arc de triomphe ; avec en prime rubiette de Moussier, traquet motteux, crécerelle, chevêche et des tas d'autres. A Djemila, outre la rubiette, on peut voir la huppe, l'étourneau unicolore, la crécerelle et d'autres.

Écrit par : pierre | 20/09/2007

Répondre à ce commentaire

l'ornithologie urbaune Merci d'avoir repondu à mon courrier.J'ai lu avec grand interet votre interview du 28 mars 2007 d'autant plus que mon theme d'étude pour le DEA que je fais, porte sur l'inventaire ornithologue de la ville dans laquelle je reside.Pouvez vous m'indiquez ou me faire parvenir, SVP, des articles scientifiques sur le sujet de "l'ornithologie urbaine"? merci d'avance.

Écrit par : FREDERIC GUEYE | 25/10/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.